COMMUNISME en URSS - A ses risques et périls chez les cocos

Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Monde COMMUNISME en URSS - A ses risques et périls chez les cocos

Message par Calculette le Jeu 10 Nov - 0:26


La Toute Première Fois que je suis allée en URSS, en 1982, le communisme soviétique était à son apogée.
En pleine Guerre froide entre l'Est et l'Ouest, la subversion battait son plein..

Dès l'arrivée à l'aéroport de Sheremetyevo, vide de tout civils, quelques militaires, armes au poing, assuraient le comité d'accueil dans une salle gigantesque, sol de marbre et sièges ultra modernes.

Pour l'anecdote nous voyagions entre amis dont un prof qui devait devenir, quelques années plus tard, le maire socialiste
d'une grande ville bretonne. Son nom? demandez-le lui  (S'il me lit, je le salue au passage!)
Je me souviens des "joutes" amicales que nous avions au cours de notre périple,....tandis qu'il s'extasiait sur la discipline de ces tout jeunes pionniers du parti, chemises blanches et foulards rouges.

Il devait déchanter rapidement... quand il essaya, avec nous, de décrypter les chants mélodieux de ces chères têtes blondes où pointaient les slogans "anti-fascistes" (entendez: "Anti-tout ce qui n'était pas Communiste"...)

Je ne vous détaillerai pas les clichés habituels mais bien réels de cette période: place rouge déserte, militaires fuyants à notre approche de peur d'être "contaminés", moscovites rasant les murs, goum vide, files d'attente dans les rues (jamais su dans quel but..), les femmes mouillant leur précieux collants dans les toilettes pour qu'ils résistent plus longtemps... (Truc à retenir les filles... ), surveillés en permanence..
Il n'y a que dans des endroits très sombres et isolés, que nous avons eu des sourires, même des bourrades amicales!!...

Par contre, pas vu de grande misère dans les rues, aucun détritus, les sacs plastiques soigneusement rapiécés... pas de clochards... c'était peut être le bon revers de la médaille, allez savoir......

Après Moscou et Leningrad ( on ne parlait plus, ou pas encore, de Saint Petersbourg), nous découvrions Kiev, capitale de la République Soviétique d'Ukraine, rejointe par le train dans le wagon affecté aux "étrangers"....

Dans le métro, heure de pointe, nous discutions entre français et bretons  (juste pour voir si vous suivez ). A une station, montèrent trois babouchkas d'un age avancé... des paysannes, fatiguées, l'air triste et renfermé.
Je me levai de mon siège et désignai ma place à l'une d'entre elles.
Sans me regarder, elle s'assit et ne bougea plus, fixant le bout de ses pauvres godasses.
Nous poursuivions donc avec animation nos bavardages .... J'avais complètement oubliée la grand-mère  quand, quelques stations plus loin, la mamie ronchon se leva...

Je tenais une poignée en hauteur et l'autre bras était ballant...Je n'eus pas le temps de la laisser passer, elle me bouscula pour sortir, et en même temps, je sentis quelque chose de rond, de lisse, de dense glisser dans ma main... Je n'osais plus bouger moi non plus...  Le métro reparti, la babouchka disparut.
Je chuchotais à mon mari que j'avais un "objet non identifié" dans la main... Hum... il y avait trop de monde... Les amis firent cercle autour de moi pour me cacher des autres passagers.. Et là, j'ouvris la main.... Je découvrais...

un Œuf peint traditionnel.... si simple et si joli: un trésor de précision dans les entrelacs de fleurs et de motifs géométriques de toutes les couleurs..
Quelle l'émotion!! Il faut imaginer l'atmosphère délétère de l'époque....

A l'approche de Pacques, cette dame russe, nous donnait un signe d'amitié comme une "bouteille à la mer"...
A l'insu des autorités omniprésentes et à ses risques et périls....

7ans plus tard, un de ces formidables mouvements de libération devait  enfin aboutir :

En souvenir de cette courageuse vieille Dame, en hommage à cette âme slave, sensible et opprimée, j'ai profité de la naissance de mon petit Arthur pour me faire appeler "Mamouchka" (nom russe, soufflé par une sympathique cliente, juive ashkenaze, rescapée des pogroms)

Parce que je suis profondément attachée aux valeurs de Liberté de Penser, d'Aimer, de s'Exprimer  

©Calculette pour Revolte.exprimetoi.com
Boutons de partage en marge à gauche en haut. Merci ! 💙💐


Dernière édition par Calculette le Sam 31 Déc - 1:09, édité 18 fois
avatar
Calculette

Féminin Filloniste
Nombre de messages : 4515

http://revolte.exprimetoi.com

Revenir en haut Aller en bas

Monde Re: COMMUNISME en URSS - A ses risques et périls chez les cocos

Message par mps le Ven 11 Nov - 18:19

J'étais en Russie début septembre.

Consternation de voir ce pays jadis prospère totalement ruiné par des décennies de communisme.

Oui, les centres-villes sont très propres, et les tubes touristiques admirablement restaurés, mais le reste ...

Au marché, les prix sont comme les nôtres, les loyers pratiquement aussi ...mais le salaire de base est de 100 euros/mois (9 heures/jour) ; un chirurgien dans un hopital public gagne 300 euros, et un super-winner, à Moscou uniquement, 5OO euros !

Tout ce monde s'empile dans les HLM pourris, dont les carreaux cassés sont remplacés par du papier journal : des 45 m² qui coûtent au moins 3 salaires. De là, par des métros bondés à faire peur, ds bus pourris ou des voitures, il faut compter 3 heures pour entrer ou sortir de Moscou. A ajouter au 9 heures de travail !

Pas de crèches publiques, pas de gardiennes, 4 années primaires, et deux secondaires. Seuls, les plus doués vont au-delà, moyennant un minverval salé. Certaines univesités sont gratuites, mais ne mènent à rien. En gros, le niveau d'instruction frise le zéro absolu, et j'ai marchandé avec des camelots ... qui se trompaient en leur défaveur !!! Jamais vu cela, même au fond de l'Afrique ...

Aucune "classes moyennes" : on trouve toutes les grandes marques internationales, mais pas une petite boutique de fringues, par exemple. Aucun sens du marketing, aucune idée de soldes de fin de saison chez les marchands de souvenirs, etc.

Mais surtout, au maximum 10 % de gens qui ont la niaque, se démènent, et font d'autant plus facilement fortune qu'il n'y a pas de concurrence. Les autres vivent de résignation, et jouent perdant systématiquement.

Je crains qu'il faille plusieurs générations pour que la Russie se remette de son communisme.
avatar
mps

Féminin Sarkozyste
Nombre de messages : 204

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum