Le projet "Islam de France" de Macron met notre laïcité gravement en péril au profit de l'islamisme

Répondre au sujet

Aller en bas

Macron Le projet "Islam de France" de Macron met notre laïcité gravement en péril au profit de l'islamisme

Message par Calculette le Lun 12 Fév - 14:26

Le projet "Islam de France" de Macron met notre laïcité gravement en péril au profit de l'islamisme 
Voici un billet de Mohammed Louizi publié sur sa page Facebook

Mohammed Louizi a écrit:Un proche de Macron: « la loi 1905 n’est pas un texte sacré ».
☆☆☆☆☆

Dans les colonnes du JDD, daté du 11 février 2018 -- presque 70 ans, jour pour jour, de la "mort" d'Hassan al-Banna, le fondateur des Frères musulmans, et 7 ans, jour pour jour, de la chute du pouvoir d'Hosni Moubarak en Égypte, permettant aux Frères musulmans de prendre le pouvoir en la personne du Frère Mohamed Morsi -- on rapporte qu’un proche d’Emmanuel Macron dit: «la loi 1905 n’est pas un texte sacré. Elle a déjà été modifiée 13 fois». En effet, sous l’accroche «Ce que Macron veut faire pour l’islam», le JDD consacre sa «une» ainsi que 5 pages à la «réforme» macronnienne de l’objet-islam, qui s’annonce dans la précipitation en ce premier semestre 2018. Macron prévient: «Je ne dévoilerai une proposition que quand le travail sera abouti. Ma méthode pour progresser sur ce sujet, c’est d’avancer touche par touche.» !

Une vision laïcité-islam qui restera donc entièrement voilée, échappant délibérément par le fait du prince au débat public -- comme lors de la campagne présidentielle me diriez-vous -- et qui ne se dévoilera que mèche de cheveux par mèche. Macron dit vouloir aller vite alors que la réforme de l’objet-islam n’est pas une affaire d’agenda politique mais affaire d’un débat de société inévitable. Cette réforme tant espérée devrait être l’aboutissement d’un long processus qui devra être mené publiquement, et non en catimini, ou face à des religieux et des islamistes dans les salons de l’Élysée, dénonçant, je cite, «la radicalisation de la laïcité». Ce sont des «états généraux de l’islam», comme je l’ai proposé dans la note «Libérer l’islam de l’islamisme», publiée par la Fondapol en janvier 2018, qui devront aboutir à une réforme autant paradigmatique que structurelle.

Le président veut aller vite. Gerald Darmanin (présenté comme petit-fils d’un musulman), son ministre des Comptes publics, lui murmure dans les oreilles que «la période est propice»,rapporte Le JDD, car «il y a une accalmie sur le front du terrorisme»! L’hebdomadaire cite quelques noms des interlocuteurs du président: «Hakim El-Karoui, Gilles Kepel, Haïm Korsia…». Le président affiche avoir rencontré le philosophe tunisien Youssef Seddik[1], qui comme Gilles Kepel, un fervent critique de l’islamisme, que je cite dans «Plaidoyer pour un islam apolitique» (Michalon-2017). Dénoncer «la radicalisation de la laïcité» et rencontrer Youssef Seddik, c’est un peu l’autre sens du «et en même temps»: le séant entre deux chaises. Toutefois, l’on peut craindre que, au bout du compte, la ligne d’Hakim El-Karoui soit privilégiée. On pourrait craindre que certaines préconisations de l’Institut Montaigne ne soient désormais dans les tuyaux des ordonnances macronniennes ou du 49.3.

Maintenant que la «méthode» est annoncée, l’on n’aurait que des pistes parcellaires de cette «réforme» qui seraient publiées au compte-gouttes. Cependant, le lecteur qui s’intéresse à cette question sociétale vitale, peut déjà lire «L’islam, une religion française» (Gallimard-2018) de son auteur Hakim El-Karoui, un très proche interlocuteur d’Emmanuel Macron, que le JDD cite à plusieurs reprises, pour s’apercevoir qu’au-delà de l’illusion concordataire, c’est bien l’équilibre de la loi du 9 décembre 1905 qui risque d’être bousculé définitivement, irréversiblement. En lisant le JDD, j’ai eu comme l’impression par moment de me relire. Plus exactement de relire quelques recommandations de la note Fondapol, qui n’a été citée à aucun moment, bien que la rédaction l’ait bel et bien reçue depuis quelques semaines.

J’aime dire à mes proches que ne suis ni un devin qui s’ignore, ni un ignorant qui devine, mais lorsque je relis mon billet «Édouard Philippe, futur premier ministre?»[2]-[3], je me dis que les «jalons de Macron» pour la question laïcité-islam-évangélisme étaient déjà posés. On attendait le moment adéquat pour l’afficher. Maintenant, c’est chose faite. J’avais écrit le 10 mai 2017:

«Il se murmure ici où là que l’un des enjeux sociétaux du quinquennat Macron serait la « réforme » du cadre constitutionnel laïc français, pour, dit-on, adapter la loi du 9 décembre 1905 à l’islam et à la tradition évangéliste. Là aussi, le profil du futur premier ministre devrait correspondre. Par ailleurs, l’on se souvient de cette étude intitulée « un islam français est possible », que l’Institut Montaigne avait publiée en septembre 2016[4]. Elle avait recommandé quelques orientations. Certaines vont dans le bon sens. D’autres sont très dangereuses. J’y reviendrai le moment venu. L’auteur de cette étude est le franco-tunisien Hakim El-Karoui, un ancien du réseau franco-américain Young Leaders et qui, en 2008, avait fondé un réseau/programme similaire entre l’Europe et la Méditerranée -- Young Mediterranean Leaders -- « dont de nombreux membres sont entrés au gouvernement tunisien »[5]. Dans un document de travail (non public), de 26 pages, de l’Institut Montaigne intitulé « L’islam français : le connaître, l’organiser - Présentation des recommandations au Comité directeur de l’Institut Montaigne », datant de juillet 2016, dont je garde une copie, on trouve l’ossature du document rendu public mais pas que !

Ce document non communiqué -- j’y reviendrai -- recommande, vers la fin, deux choses: «aggiornamento de la loi de 1905» et «extension du Concordat sur tout le territoire». Les rédacteurs considèrent que la loi de 1905 n’est plus adaptée car «conçue pour gérer un stock défini et non un flux de cultes en Métropole» -- (laïcité et culte approchés avec des termes marchands «stock», «flux»!). Elle pourrait « faire l’objet d’une actualisation en procédant à la «nationalisation» de tous les édifices cultuels construits entre 1905 et aujourd’hui en France, pour les soumettre au même régime juridique que les édifices cultuels antérieurs à 1905». Plus loin encore, ce document préconise l’ «abrogation de la loi de 1905 et la révision en profondeur de la Constitution. Création d’une politique publique religieuse prenant en charge les nouveaux cultes (notamment islam et évangélisme). La puissance publique finance, organise et contrôle ces cultes». Le coût de cette mesure est estimé à quelques 17 milliards d’euros!

Sur cette question de la Laïcité, il semble(rait) que la feuille de route d’Emmanuel Macron serait celle préconisée par l’Institut Montaigne : à confirmer. Les imprudents diraient même que cela ressemblerait à une adaptation à l’américaine du cadre laïc français (multiculturalisme, fin de la neutralité de l’État, accommodements raisonnables). D’autant plus qu’Emmanuel Macron, Hakim El-Karoui (Institut Montaigne) et Édouard Philippe se connaissent et font partie, tous les trois, des promotions du réseau/programme franco-américain … Young Leaders!»

Le 10 mai 2017, je disais «il semblerait …», «à confirmer», etc. Désormais l’usage de la prudence du conditionnel n’a plus aucune raison d’être. Le JDD nous apprend qu’un proche de Macron dit: «la loi 1905 n’est pas un texte sacré». Ainsi, le processus de sa remise en question est-il déjà «En Marche»? Le trio "Young Leaders" (Macron--Philippe--El-Karoui) va-t-il soumettre la laïcité française aux rudes revendications des communautaristes islamistes?

Je me souviens que lorsque j’avais publié cet article, en interrogeant le sens de certaines fréquentations d’Édouard Philippe qui suscitent bien des interrogations légitimes, comme lorsqu’il a reçu à la mairie du Havre un élu frère musulman marocain, Mohamed El-Bachir Abdellaoui, issu du parti islamiste PJD (Parti Justice et Développement), pour signer un protocole de jumelage entre Le Havre (un fief frérosalafiste) et la ville de Tanger, où cet islamiste occupe le poste de maire[6], c’est Hakim El-Karoui, en personne, qui a pris la défense d’Édouard Philippe, en répondant à mon tweet en ces termes : « Ce n’est pas lui qui a décidé des élections au Maroc!»[7] : circulez y a rien à voir!

Ce qui m’inquiète le plus dans cette ligne, qui avance voilée, c’est qu’elle souffle «en même temps» le chaud et le froid. Le propre d’une illusion bien orchestrée. La lecture attentive de l’essai «L’islam, une religion française» du même Hakim El Karoui le montre et le démontre. Difficile de le lire sans être interpellé, à chaque chapitre, par sa capacité à critiquer certains discours islamistes «et en même temps» à utiliser leur champ lexical et à promouvoir, inconsciemment, certaines de leurs propagandes, certaines de leurs solutions. Sa conception de la laïcité est plutôt proche du français Jean Baubérot et du britannique Jérémy Corbin (l’ami des islamistes). En tout cas, elle n’est pas celle de Pascal Bruckner ou de Caroline Fourest.

D’ailleurs, et c’est loin d’être anecdotique, Hakim El-Karoui considère et juge très sévèrement l’essayiste qui, avant tout le monde, avait démasqué le «Frère Tariq». Ce n’est pas ce qu’en retiendrait l’auteur. En effet, quand il écrit «elle prend des libertés avec la vérité», il ne fait que recycler et donner raison à l’accusation de «mensonge» que des chroniqueurs et des islamistes, y compris Tariq Ramadan, ont tenté de coller au dos de l’essayiste. Il va encore plus loin avec une imprudence qui me paraît dangereuse, lorsqu’il écrit: «Son positionnement est clair. Elle sera contre l’islam. Parce que c’est une religion.» (p.161) Pour enfoncer le clou, il conclut son paragraphe sur des termes insoutenables: «Et puis bien sûr, elle est utilisée par les islamistes qui disent aux musulmans: «Regardez, la laïcité, c’est l’autre nom de l’islamophobie.» (p.169) Hakim El-Karoui considère-t-il que Caroline Fourest est «islamophobe»? Son propos reflète-t-il cette «radicalisation de la laïcité» que dénonçait Emmanuel Macron, dans les Salons de l’Élysée, entourés de religieux et de quelques … islamistes aux manettes du CFCM?

Celui qui appelle à une «insurrection culturelle» contre l’islamisme, fait appel au «libéralisme de Macron». Il dit: «Le libéralisme de Macron devrait l’inciter à permettre à la société civile française et musulmane de gérer le culte, indépendamment du ministère de l’Intérieur et des États d’origine» (p.257). L’on sait que la «société civile française et musulmane» est noyautée par les islamistes depuis plus de trente ans. L’on sait aussi que bien des aspects et des effets d’un certain libéralisme, dans sa version dévoyée, radicalisée et sauvage, dans les dimensions sociales, économiques et financières de cette version, favorisent l’implantation chronique de l’islamisme, type Frères musulmans, dans tous ces «territoires perdus de la République». Dans ces zones, on pourrait même être tenté de formuler cette équation qui paraîtrait simpliste alors qu’elle ne l’est pas: Plus de «ce type» de libéralisme, en particulier, c’est moins d’État. Moins d’État, c’est plus d’islamisme.

L’auteur fait appel aux «bonnes volontés» pour, dit-il, «lutter contre les islamistes en utilisant les mêmes armes qu’eux : l’action sociale et l’insurrection culturelle» (p.248). Ce proche du président n’est pas sans savoir que si les islamistes utilisent l’action sociale, partout dans le Monde et pas uniquement en France, comme moyen efficace de prosélytisme et comme opium d’endoctrinement: «je remplis ton estomac pour assujettir ton cerveau». Ils l’utilisent dans des ghettos sociaux et dans des banlieues appauvries là où les services de l’État se retirent petit-à-petit, au nom d’un certain libéralisme, cédant de l’espace à l’islamisme, qu’on le veuille ou pas. Les choses se précisent malgré tout.

En attendant de voir plus claire, de comprendre la vision d’ensemble d’Emmanuel Macron au sujet de la question laïcité-islam, une novlangue orwellienne désigne par le terme «réforme» ce qui apparait comme la soumission de la laïcité à l’islamisme. La même novlangue, au lieu de dire islamiste, elle dit «radicalisé». Quant aux filles qui ont répondues à l’appel du «jihad sexuel», pour servir, par l’arme des cuisses, la jouissance des jihadistes de Daesh, et qui reviennent désormais avec des enfants en bas-âge, cette novlangue les appelle: «les revenantes». Quant à l’islamisme, il ne peut que se frotter la barbe. Une telle «réforme» permettrait à ses agents d’avancer. Il pourrait hériter du poste de «Grand imam de France», si la République le veut ... inchallah.

Son endoctrinement de la jeunesse continuera. L’épisode de Mennel Ibtissem qui, sous la pression, a quitté The Voice, rattrapée par de récentes publications insoutenables, le confirme. Episode après l’autre, on constate les dégâts catastrophiques que produit l’islamisme chez une jeunesse française, bercée depuis la petite enfance dans ces «pièges-à-jeunes», dans tous ces cercles islamistes publics et privés, connus des services de l’État. Une jeunesse manifestement peu armée face à un rouleau compresseur idéologique qui a su se faire l’égale d’une religion, qui sur-joue la victimisation et s’étend de manière cancéreuse là où la République se rétrécit, là où l’État se retire peu à peu.

Que faire? L’objet de la note Fondapol est aussi de proposer dix recommandations précises, préventives et curatives, axées principalement sur l’enjeu de la jeunesse. Car si la France consent à abandonner une partie de sa jeunesse, une partie de ses enfants, une partie d’elle-même, entre les mains des islamistes, son devenir sera, tôt ou tard, une partition douloureuse à la façon des Balkans. Oui, la France n’est pas immunisée contre une guerre civile. L’islamisme prépare d’ailleurs, dans les têtes, une éventuelle confrontation similaire à celle qui a eu raison de la Yougoslavie en 1992, souvenons-nous ! Oui, il y avait un pays qui s’appelle la Yougoslavie. Ce pays n’existe plus. Dirait-on, un jour, la même chose pour la France ?

L'islamisme emmène sa jeunesse, dans des voyages touristiques, à Srebrenica par exemple en Bosnie-Herzégovine -- que chanta Mennel dans une chanson -- pour entretenir une mémoire qui, loin d’être celle de cette jeunesse française, participe à développer ce sentiment de persécution présumée de l’islam par un Occident judéo-chrétien ou par une France laïque. Ce genre de voyages qui passent sous les radars, accentuent bien des ruptures et sèment dans les têtes, les graines des affrontements de demain. Si l’unité et l’indivisibilité de la France tiennent, c’est grâce à la loi 1905. La toucher, la modifier, c’est prendre l’immense risque de précipiter le chaos.

Je ne suis pas un prophète du malheur. Je suis simplement un citoyen qui compare la France de 1999, l’année de mon arrivée, à celle de 2018. Oui, je m’inquiète. Et ce n’est pas en disant: «la loi 1905 n’est pas un texte sacré» que l’on va me rassurer. Enfin, aucun texte n'est sacré. Ce qui est sacré, c’est la Vie. C’est l’Humain. La laïcité protège l’une et libère l’autre. L’islamisme menace l’une et soumet l’autre. Il ne faut pas être forcément lucide pour s’en apercevoir. Il ne faut surtout pas se tromper de cible. Le réveil risque d’être douloureux. Puisse le message de cette note être entendu !
.
.
.
---------
Notes :
---------

[1]- http://www.lemondedesreligions.fr/une/youssef-seddik-il-faut-donner-aux-francais-un-islam-dont-ils-seraient-fiers-08-02-2018-7002_115.php
[2]- https://www.facebook.com/mohamed.louizi/posts/10213224455470887
[3]- http://mlouizi.unblog.fr/2017/05/11/edouard-philippe-futur-premier-ministre/
[4]- A télécharger ici : http://www.institutmontaigne.org/res/files/publications/rapport-un-islam-francais-est_-possible.pdf
[5]- Lire ici : http://archives.lesechos.fr/archives/2012/Enjeux/00294-033-ENJ.htm
[6]- Lire ici : https://www.opinion-internationale.com/2016/10/27/le-havre-et-tanger-se-lient-damitie-entretien-avec-les-maires-edouard-philippe-et-mohamed-el-bachir-abdellaoui_47035.html
[7]- https://twitter.com/MohamedLOUIZI/status/862590107668316160
avatar
Calculette

Féminin LR
Nombre de messages : 4553

http://revolte.exprimetoi.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum