Primaire de Droite : Juppé est un danger pour les Chrétiens d'Orient

Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

16112016

Message 

Christianisme Primaire de Droite : Juppé est un danger pour les Chrétiens d'Orient





Primaire de Droite : Juppé est un danger pour les chrétiens d'Orient


Patrick Karam président de la Coordination des Chrétiens d’Orient en Danger (CHREDO) rentre d’Égypte. A la veille de la Primaire de la Droite et du Centre, il nous fait part de sa très profonde inquiétude concernant Juppé et justifie aussi son soutien total à Sarkozy.
                 
L' Égypte revient de loin, de très loin. Le déplacement que je viens d'effectuer dans ce pays vise à saluer la renaissance d'un pays qui n'est pas passé loin du chaos avec les frères musulmans de Morsi. Il s'agissait également d'encourager la volonté du président Al Sissi de réformer l'islam, de donner toute leur place aux chrétiens et de pousser à l'adoption d'un texte reconnaissant le génocide arménien qui a recueilli le soutien d'une majorité des députés égyptiens.

On se souvient de la répression contre les musulmans modérés et des persécutions que subissaient les coptes : enlèvement de femmes et de jeunes filles violées et converties, mariées de force, voilées intégralement, églises vandalisées et brûlées, hommes menacés, frappés et tués devant des soldats qui restaient l'arme au pied et détournaient les regards. Et tout cela dans l'impunité la plus totale des assaillants qui appartenaient au parti au pouvoir.
Et malheureusement, à l'époque la plus sombre pour les chrétiens, il s'est trouvé des pays et des responsables politiques à soutenir sans réserve les Frères Musulmans et les islamistes. C'était le cas d'Alain Juppé qui plaidait à l'époque pour "leur laisser le bénéfice du doute". Au Caire en mars 2011, il recevait des jeunes cadres de l’organisation interdite des Frères Musulmans et les légitimait par une déclaration qui avait choqué les démocrates :
Alain Juppé a écrit:"Plusieurs de ces jeunes (Frères musulmans) m’ont fait part de leur vision d’un islam libéral et respectueux des règles démocratiques (…) la présentation qui est parfois faite de ce mouvement mérite sans doute d’être révisée" (Mars 2011 au Caire) "En Tunisie, en Égypte, en Syrie... ne stigmatisons pas a priori tous ceux qui se qualifient d'islamistes. Il y a des gens attachés à l'islam et en même temps prêts à accepter les règles de base de la démocratie."(Le Parisien du 27 août 2011)
Alain Juppé s’est lourdement trompé. A cause de lui, parce qu'il invite à refuser de "stigmatiser ceux qui se qualifient d'islamistes", parce qu'il confond intentionnellement islam et islamiste et laisse croire que les islamistes peuvent aussi être des démocrates, la France a donné un chèque en blanc aux mouvances les plus radicales et anti-occidentales sans demander en échange le respect des droits de l’homme, sans s'assurer des conséquences de leur soutien. En Égypte où les chrétiens coptes représentent entre 6 et 15 millions de personnes et en Syrie, on voit ce que sont devenus les mouvements qu'il soutenait. En cela, la France a tourné le dos à son histoire. Cela été un coup terrible pour les démocrates musulmans et les chrétiens qui ont ressenti cela comme une trahison.


Un mémorial du génocide arménien à Beyrouth (De gauche à droite : Patrick Karam, le patriarche APHREM, Catherine Vierling)              
Juppé, le négationniste
Dans cette même logique aveugle de compromission, M. Juppé s'est opposé fermement à la loi qu'a portée Nicolas Sarkozy, alors président de la République, sur la pénalisation du négationnisme en reprenant à son compte la position négationniste de la Turquie lors d'un déplacement à Ankara en novembre 2011. A l'époque, il demandait la création d’une commission d’historiens sur le génocide, ce qui revient à remettre en cause son existence. C’est le même procédé qu’utilise l'iranien Ahmadinejab qui, pour contester la Shoah, réclame une commission d’historiens.  Il justifiait sa position moralement condamnable par des considérations politiques liés au poids économique de la Turquie et considérait que
Alain Juppé a écrit:"Cette proposition de loi est intellectuellement, économiquement et diplomatiquement une connerie sans nom. On n’a pas à se lancer dans un concours des génocides.Tout ça pour tenter de récupérer les voix des Français d’origine arménienne. C’est ridicule !"
Quatre ans plus tard, le voilà qui, oubliant ses beaux principes dans une tentative de récupérer les voix des Français d'origine arménienne, déclare en novembre 2016 dans "Les Nouvelles d'Arménie": 
Alain Juppé a écrit:"Le génocide de 1915, le premier de l'ère moderne, a mené à la mort près d’un million et demi d’Arméniens, soit presque la moitié de la population arménienne de l’Empire Ottoman de l'époque. C'est une tragédie abominable qui ne doit pas être oubliée. Je sais l’importance du souvenir de ce drame dans l'histoire du peuple arménien dont nous nous sentons si proches. Je n’oublie pas que ce drame a eu lieu, aussi, parce que les Arméniens étaient des alliés de la France durant la Première Guerre Mondiale. Et au-delà, je mesure l’importance de cette commémoration pour l’humanité entière, pour éviter que de tels actes de barbarie ne se reproduisent." (Les Nouvelles d'Arménie - novembre 2016)
Quel Juppé faut-il croire ? Celui de 2012 ou celui de 2016 ?

          
D'autres faits montrent son ambiguïté et son double discours lorsqu'il s'agit de la Turquie. Alain Juppé est membre du conseil scientifique de l’Institut du Bosphore, lobby mis en place par la TUSIAD (MEDEF turc) pour défendre les intérêts turcs et promouvoir l’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne. Pourtant il se déclare contre cette entrée or lorsqu’il était ministre des affaires étrangères du gouvernement Balladur, il imposa le traité d’union douanière en 1995 entre l’Europe et la Turquie contre la Grèce, contre une partie des députés européens et des socialistes français.
Il ne fait pas mystère de sa turcophilie, une position intenable à l’heure où la Turquie joue un double jeu avec Daech et l’Occident et pratique un odieux chantage sur les immigrés. On n’avancera pas avec la Turquie tant qu’elle s’obstinera à nier la réalité du génocide arménien et qu’elle continuera son double jeu vis-à-vis des islamistes.
En Syrie, Ankara veut nous convaincre qu’il existe des "bons islamistes" qui défendent nos valeurs, qu’il faut soutenir contre Daech. De qui se moque-t-on ? Et quel est le sens de poursuivre les négociations d’adhésion à l’UE avec ce régime infréquentable qui exerce une oppression sans précédent sur sa population ?
Si l’histoire bégaie c’est parce que nous avons commis des erreurs par le passé et nous en payons les conséquences : terrorisme, crise des réfugiés, disparition des chrétiens notamment en Irak dont les rescapés ne peuvent ni ne veulent rentrer chez eux.
               
Nous avons aujourd’hui en France le devoir de nous poser la question de nos liens avec l’Arabie saoudite, le Qatar et la Turquie, une question qui se pose sous l’angle du rapport de forces. On ne peut plus accepter le chantage turc ni le chantage commercial des Saoudiens et des Qataris.
                  
Les musulmans en Europe et dans le monde font l’objet de la propagande des prédicateurs et imams islamistes téléguidés par l’Arabie saoudite, le Qatar ou encore la Turquie. En France, les imams sont majoritairement étrangers (80%). Cela explique que de nombreux imams parlent mal le français, voire pas du tout, et qu'ils ont besoin d’un encadrement spécifique afin de comprendre le contexte politique, culturel et social de la France. Sur les 600 imams (sur 2000) rétribués en France, près de 60% est rémunéré par trois pays qui les ont détachés : l’Algérie (140), la Turquie (150) et le Maroc (48). Cela donne à bon compte à ces pays un contrôle sur leurs ressortissants et interroge la souveraineté nationale du pays d’accueil car le système favorise l’ingérence.
                    
Ainsi l'administration religieuse turque, qui exerce un contrôle sur les mosquées et sur la parole religieuse, l'étend aussi dans les pays où des communautés turques d’une certaine importance sont installées. C’est le cas en France où les imams turcs, les mieux formés en théologie mais aussi les plus mauvais francophones, présents surtout dans l'Est de la France, sont désignés par le Diyanet, le service des affaires religieuses. La Turquie se  donne ainsi les moyens de prévenir toute évolution politique de ses nationaux. Elle peut en outre faire pression sur notre pays comme en 2012 à l’occasion de la loi portant sur le négationnisme des génocides pour laquelle les mosquées turques se trouvaient en première ligne dans l’organisation des manifestations.
               
Les imams rémunérés par des puissances étrangères restent en France pour une durée qui n'excède pas quatre années, insuffisante pour connaître et comprendre le pays d'accueil. Complètement déconnectés des problématiques françaises, ils se révèlent incapables d’adapter leur discours religieux. Leurs prêches sont déphasés et parfois dangereux pour des populations qui n'ont pas une culture religieuse structurée. Cette déconnexion se pose avec plus d’acuité pour les imams qui viennent pour de courtes périodes, qui ne parlent pas français et ignorent tout de notre culture. Pendant le ramadan, ou certaines fêtes musulmanes, pour répondre à l’afflux de fidèles, les moquées font appel à des religieux venant de pays musulmans pour assurer les prêches. Leur discours religieux est complètement inadapté. Quant aux prédicateurs étrangers invités pour quelques prêches, la vision qu’ils développent peut poser un vrai problème en termes de sécurité publique ou d’antisémitisme. Ajoutons à ce contexte compliqué, le discours de haine et de victimisation porté par des sites internet, des médias étrangers, et des mouvements radicaux qui alimentent le trouble et vise à déstabiliser notre pays. La stigmatisation et l’instrumentalisation des musulmans de France est en train de nous conduire à une situation explosive. D’où la nécessité d’exiger l’arrêt de cet ingérence sur notre sol et cette "diplomatie des mosquées" qui porte atteinte à nos libertés et valeurs démocratiques et humanistes. Or face à ce danger extrême qui menace de plonger notre pays dans la guerre civile, que propose M. Juppé ? Une "identité heureuse" fondée sur un "accommodement raisonnable" avec l’islamisme politique.

Alors qu'il s'est lourdement trompé sur la scène internationale, alors que le monde arabe n'a pas fini de payer les erreurs de ceux qui considérait les islamistes comme fréquentables, M.Juppé récidive en voulant faire de la France un terrain d'expérimentation qui risque de nous précipiter dans le chaos.

Pourtant, ce qui se passe dans le monde est extrêmement inquiétant. Nous assistons à des phénomènes de radicalisation extrêmement rapides. La propagande de Daech qui s’adresse en priorité aux plus vulnérables, sème partout la déstabilisation. Les métastases resteront même quand ils seront vaincus militairement. La nébuleuse islamiste comme à l’époque de l’Afghanistan mais à une tout autre échelle va se poursuivre et se retourner contre nous de façon plus redoutable. Si dans les deux trois prochaines années on n’identifie pas clairement nos ennemis, notre politique étrangère et nos priorités, l’instabilité va se propager chez nous créant les conditions d’une guerre civile. Le souffle de la déflagration de ce qui se passe au Moyen Orient va nous atteindre avec une force jamais égalée, c’est l’effet boomerang de notre incohérence, d'une vision naïve de la situation et de notre politique court-termiste.

Pour les raisons inverses, je soutiens totalement Nicolas Sarkozy. Il faut se souvenir que c’est le premier président de la République à être intervenu sur les chrétiens d’Orient. C’est lui qui a mis en place en Irak les visas spécifiques de droit d’asile pour les chrétiens. C’est lui le premier président à avoir voulu faire adopter une loi pénalisant le négationnisme mais qui a été malheureusement censurée par le conseil constitutionnel. C’est bien lui qui depuis 2012 a permis que le génocide arménien soit commémoré tous les 24 avril par la République avec la participation du président de la République. Nicolas Sarkozy a plus que conscience de la gravité du problème des chrétiens et de la nécessité de leur présence en Orient. Il a bien pris en compte l’évolution de la situation : à ses yeux on ne peut opérer une distinction entre Daech, le Front al Nosra, et tous les autres mouvements islamistes qui agissent en Orient, car ils représentent tous un danger mortel pour la stabilité de la région, pour la sécurité de l’Europe et la survie des minorités, dont les chrétiens.Il a aussi compris le danger qui nous menace, notamment ce visage de l’islamisme politique, qui avec des revendications qui portent atteintes aux valeurs de la République, prend en otage l’immense majorité des musulmans et crée des conditions d’une guerre civile dans notre pays.

La France est désormais sur le fil du rasoir et les prochaines années seront déterminantes pour notre futur. Face à un Juppé, dont les référentiels sont dépassés, nous avons besoin d'un homme fort et courageux qui saura rétablir l'ordre et la paix civile et porter des messages écoutés au plan international.

Patrick Karam
Président de la Coordination des Chrétiens d’Orient en Danger (CHREDO)
En charge des chrétiens d’Orient  pour Nicolas Sarkozy.

source

Calculette

Féminin LR
Nombre de messages : 4437

http://revolte.exprimetoi.com

Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum