Jean Louis Debré, 26 ans de rancune féroce contre Nicolas Sarkozy

Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sarkozy Jean Louis Debré, 26 ans de rancune féroce contre Nicolas Sarkozy

Message par Calculette le Sam 23 Avr - 17:04

Jean Louis Debré, 26 ans de rancune féroce


Après neuf années passées à la tête du Conseil constitutionnel, Jean Louis Debré laisse échapper 26 ans de rancune féroce à l'égard de Nicolas Sarkozy, dans son bouquin "Ce que je ne pouvais pas dire", sorte de journal de bord intime.

Jean Louis Debré nommé Président du Conseil Constitutionnel par Chirac 4 mois avant l'élection présidentielle de 2007. Il décrit la scène en parlant de lui même "Voici l’un des adversaires les plus résolus de Nicolas Sarkozy contraint par ses fonctions de le proclamer président de la République."

La raison de cette haine quasi pathologique ?
"Je suis devenu et je n’ai plus cessé d’être son opposant depuis la campagne présidentielle de 1995. Nicolas Sarkozy avait alors choisi de soutenir Édouard Balladur, tandis que je restais fidèle à Jacques Chirac."


Si Jean Louis Debré a l'honnêteté de reconnaître de Nicolas Sarkozy "son talent politique, sa force de persuasion et de caractère."
En 2007 il semble regretter que la France ait enfin un vrai leader qui plus est un réformateur !  Il s'affole alors devant l'énergie, la volonté de réformer les institutions "devenues poussiéreuses"  et la détermination du nouveau Président de la République :

Cette Constitution, dont certains prédisaient en 1959 qu’elle ne survivrait pas à de Gaulle, régit notre vie politique depuis près d’un demi-siècle. Elle a permis de restaurer l’autorité et la crédibilité de l’État comme d’assurer la stabilité ministérielle.
Nicolas Sarkozy a annoncé sa volonté de les moderniser. Il entend symboliser une nouvelle génération politique qui, par son audace, osera bousculer les vieux tabous, incarner le mouvement, promouvoir un libéralisme moderne et mettre fin à l’assistanat social.

Plus loin :
Nicolas Sarkozy sera sans aucun doute le premier président de la République à exercer son mandat dans l’esprit du quinquennat. Son Premier ministre n’aura pas une grande liberté d’action. Sarkozy aime trop gouverner, diriger, ordonner pour envisager de céder une once de pouvoir. Son Premier ministre apparaîtra vite comme le principal de ses ministres. Et ces derniers comme les principaux collaborateurs du président, tandis que les conseillers de l’Élysée auront plus d’influence qu’eux. Tout cela correspond à la personnalité et à la volonté politique du nouveau chef de l’État.

Jean-Louis Debré chef de cabinet de Maurice Papon alors ministre du Budget
Le grand rabbin Simon Debré (1854-1939) a dû se retourner dans sa tombe en voyant son arrière-petit-fils Jean Louis devenir en chef de cabinet de Maurice Papon alors ministre du Budget sous Giscard...Papon  socialiste avant la guerre, collabo maréchaliste pendant, devenu gaulliste à la Libération "efficace et digne de confiance" jugera l'occupant nazi. Il sera condamné en 1998 pour l'organisation de la déportation vers les camps de la mort de 1690 Juifs de la région quand il était secrétaire général de la préfecture de Gironde, entre 1942 et 1944. (Vidéo)

Serait-ce de cette proximité avec Papon que Debré devenu ministre de l'Intérieur d'Alain Juppé sous Chirac tirera son ardante brutalité contre les 300 sans-papiers expulsés de l'Eglise Saint Bernard où ils s'étaient réfugiés, par un millier de gendarmes mobiles et de CRS (Vidéo > http://www.ina.fr/video/CAB96044489)

Amusant de relever que Papon le collabo, et Debré le chiraquien ont un autre point commun : c'est l'increvable Laurent Fabius qui succède au premier comme Ministre du Budget de Mitterrand et au second nommé à son tour Président du Conseil constitutionnel  par Hollande.

Calculette

Féminin LR
Nombre de messages : 4437

http://revolte.exprimetoi.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum