Attentats - Etat d'urgence : touche pas à ma Constitution !

Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

17112015

Message 

Hollande Attentats - Etat d'urgence : touche pas à ma Constitution !




Aussi sur Économie Matin

État d'urgence : touche pas à ma Constitution !


Faut-il modifier la Constitution parce qu'on a un premier ministre dont les dents rayent le plancher, qui veut devenir calife à la place du calife ? Un Président d’opérette, sorte de supra secrétaire général du parti socialiste qui joue les chefs de guerre ? Un ministre de l'intérieur qui toujours péremptoire et présomptueux défend le droit au djihad ? Un ministre des affaires étrangères qui considère qu’Al Nosra  branche d’Al Qaïda "fait du bon boulot en Syrie" ? Une garde des sceaux indépendantiste parfaitement incompétente voire nuisible et inamovible ?
Hollande confie que l'idée vient de Manuel Valls. L'évidence saute aux yeux : la dictature socialiste en marche depuis fin 2012 veut simplement être constitutionnellement validée.

Suite aux effroyables attentats du 13 novembre 2015, François Hollande discourt devant le Congrès de Versailles. Bonne nouvelle l'état d'urgence est déclaré permettant à nos forces de sécurité de prendre enfin quelques mesures vitales contre des djihadistes en France. Mauvaise nouvelle : Hollande veut modifier la Constitution  afin de confisquer les pleins pouvoirs. A la sécurité des Français et la paix, il préfère continuer de fantasmer son "vivre ensemble" électoraliste :"La Constitution est le pacte (encore un) collectif indispensable pour vivre ensemble" dit-il.  Quels sont ses arguments  ? Pourquoi est-il crucial d'empêcher cette confiscation des pleins pouvoirs par le socialiste ?
 
Hollande considère que les deux régimes particuliers "état d'urgence" et "état de siège" prévus dans la Constitution ne sont pas adaptés "à l’évolution des technologies et des menaces". Il s'agirait de "fonder la prise de mesures exceptionnelles pour une certaine durée, sans recourir à l’état de siège" qui l'obligerait conformément à Article L2121-2 du code de défense à remettre à "l'autorité militaire, les pouvoirs dont l'autorité civile était investie pour le maintien de l'ordre et la police. L'autorité civile continuant à exercer ses autres attributions."
Selon Hollande, cette option militaire "n'est pas concevable", ce qui en dit long sur la confiance qu'il accorde à nos généraux et sur son arrogance face à une guerre qui le dépasse. Il insiste "nous devons être pleinement dans un état de droit pour lutter contre le terrorisme." Traduire "Moi Président, je dois rester chef de guerre et si possible 'grand chef' avec une Constitution modifiée"

Hollande prétend que la Constitution actuelle ne permet pas "aux pouvoirs publics d'agir, conformément à l’État de droit, contre le terrorisme de guerre"
4h du matin mercredi 18 novembre,  les policiers du RAID soutenus par des militaires font une descente remarquée à Saint Denis. Deux islamistes sont abattus et huit suspects sont embarqués... Je pose la question : l’état d'urgence a-t-il permis aux "pouvoirs publics d'agir contre le terrorisme de guerre" ? Apparemment, CQFD.
On notera au passage ce soudain intérêt présidentiel pour l’État de Droit pourtant bafoué un peu plus chaque jour par les taubiraptors dans les "no go zones" et par le gouvernement depuis les manifestations historiques contre le "mariage pour tous". D'autre part, si nous assistons depuis le 13 novembre à un "terrorisme de guerre", comment qualifier les attaques islamiques précédentes dont celles de janvier, un "terrorisme de paix" ?

"Et pourtant nous sommes en guerre. (...)  Mais cette guerre d’un autre type face à un adversaire nouveau appelle un régime constitutionnel permettant de gérer l’état de crise." insiste Hollande.
> "Un autre type de guerre" certes, nous sommes si éloignés de la boucherie de 14-18 ou de l'occupation allemande qu'il a fallu un an et plus d'une centaine de morts en France pour que Hollande admette enfin que nous sommes en guerre. Et encore, l'Etat islamique, nom de l'ennemi est dénié, remplacé par Daesh (prononcé Dash) un nom de lessive qui lave soigneusement le mot islam. Comme si en 1930, on avait fait mousser le nazisme -national socialisme allemand- du nom de la fameuse bière bavaroise Hofbrau. A noter que cette hypocrisie du régime actuel est probablement une première dans l'Histoire.
> Un "adversaire nouveau" si nouveau qu'il a déjà 35 ans !
L'État islamique en Irak et au Levant (EIIL) a été formé en 2013, mais ses racines remontent à al-Qaïda lui-même émergé de l'organisation Maktab al-Khadamāt constituée pendant la première guerre d'Afghanistan en 1980. Ces organisations sunnites n'ont jamais caché ni leur haine de l'Occident ni leur objectif d'établir un califat mondial en tuant ou soumettant les mécréants que nous sommes ! 
> Hollande soutient que la loi  qui régit l’État d'urgence n'est plus adaptée aux technologies et menaces actuelles.
Cette loi a pourtant servi avec succès en 2005 pendant les émeutes des banlieues. Déclaré le 8 novembre, l’État d'urgence a été prolongé de trois semaines consécutives. Nicolas Sarkozy était alors ministre de l'intérieur, les pouvoirs publics agissaient, et la France a survécu sans aucun changement de la Constitution... (Hollande alors secrétaire du PS, accusait ICI le gouvernement d'"inventer le terrorisme pour justifier sa politique sécuritaire") Question efficacité, mis à part l'effroyable assassinat antisémite d'Ilan Halimi par l'islamiste Fofana, il n'y eu qu'un seul acte "terroriste" en 9 ans de responsabilités confiées à Sarkozy. 
Quelle ne fut pas la polémique ! La mort de Mohamed Merah fut considérée par l'opposition actuellement au pouvoir comme un échec. Le 8 avril, plusieurs membres du Raid qui ont mené l'assaut à Toulouse, avaient été décorés à la demande expresse du ministre de l'Intérieur, Claude Guéant...
Pour Hollande que les associations islamistes ont appelé à élire, nous en sommes à 14 attaques islamistes en 3 ans... et les victimes, on ne les compte plus.
L'avancée technologique est magnifiée quand il s'agit de propager l'idéologie socialiste notamment dans l'éducation nationale, et honnie dans tous les autres cas.
"l'état des technologies" qui selon Hollande,  imposerait une modification de la Constitution concerne Internet évidemment, un outil qui véhicule massivement la peur de l’État Islamique. Mais dans le même temps, il permet à chacun -à commencer par les services de renseignements-, d'évaluer l'étendue des menaces de toutes sortes qui pèsent sur la France. Internet permet donc d'identifier ceux qui nous veulent du mal et surtout la source de ce mal que sont les textes fondateurs de l'islam !
Et oui, n'en déplaise au réenchanteur national, la liberté cybernétique limite heureusement la censure et la subversion étatisées. Le peuple n'est plus à la merci de la propagande socialo-marxiste et de son diktat. Le peuple est de plus en plus et de mieux en mieux informé. C'est rageant pour un régime à la limite du totalitarisme.

De quoi faut-il avoir peur ?
"Les menaces que nous rencontrons aujourd’hui." dit Hollande sans les préciser.
C'est qui "nous" ? Nous, les apparatchiks du gouvernement, nous les gentils du "front républicain" ?
De quelle menaces s'agit-il en réalité ?  De la liberté d'information d'expression d'opposition au régime actuel ?
La plus grave menace pour la démocratie déjà si malmenée depuis 2012 est cette phrase présidentielle :
François Hollande a écrit:"Il est légitime que la Constitution comporte les réponses pour lutter contre ceux qui voudraient y porter atteinte, de la même manière que sont voués à la dissolution les associations ou les groupements de fait qui provoquent la haine ou incitent à la commission d’actes terroristes."
Compte tenu de la politique et la doxa socialistes, sont visés également les islamoréalistes dont la peur est fondée sur l'étude des textes fondateurs de l'islam et les faits (l'islamophobie étant une peur irrationnelle), la droite affirmée qui s'apprête à mettre une pâtée républicaine et démocratique au PS, les zemmouriens, les opposants au mariage pour tous ou  au vote des étrangers, les apostats qui dénoncent avec tant d'expertise l'idéologie islamique et dont la vie est menacée en France...
Peuvent dormir sur leurs deux oreilles et leurs kalachs outre les salafistes, l'UOIF, SOS racisme, milices Antifas, femen, les ayatollahs d'une laïcité pervertie, les Médiapart Libé ou le Monde qui entretiennent l'imposture d'un islam de paix "religion comme les autres" , galvanisent la haine envers les chrétiens, les juifs ou Israël au profit des terroristes palestiniens du Hamas à Gaza et des djihadistes en France...
"La définition du terrorisme est très floue.(...) Que se passera-t-il, demain, si un régime autoritaire qualifie très largement des opposants de 'terroristes' ?" demande ICI le juge anti-terroristes Marc Trevidic.


Machiavélisme et manipulation s'expriment aussi à travers l'immobilisme, le laxisme et le sectarisme pratiqués depuis 3 ans par ce régime .
Les preuves ici s’accumulent de jours en jours. La Turquie avait signalé deux fois un des agresseurs, les terroristes étaient des migrants fichés, contrôlés et laissés en liberté. Avant les attentats, notre sécurité intérieure savait déjà qu'il y avait un risque majeur d'attentat sur un concert de rock  mais aucune disposition n'a été prise par Cazeneuve malgré l'alerte rouge et le plan Vigipirate. Et on apprend qu'il y a deux ans, Manuel Valls a refusé la liste des terroristes établis en France parce que proposer par les services secrets du gouvernement syrien ! 

On est certain aujourd'hui que l’Élysée n'est pas innocent (voir "Révélations stupéfiantes") dans l'attentat de janvier qui a coûté la vie à 17 personnes. Et grâce à quoi Hollande au plus bas dans les sondages avait gagné 20 points. Le régime a donc laissé les attentats du 13 novembre se produire. L’Élysée commande un sondage et sur Twitter en plein assaut matinal du RAID à Saint Denis, Gaspard Gantzer affiche sa satisfaction de voir remonter la cote de popularité du patron ? Si ce n'est pas de la manipulation électorale, c'est quoi ? Je vous laisse méditer...

"Concernant une modification de la Constitution rien à ce stade ne semble la justifier." assure Christian Jacob "Notre Constitution offre clairement tous les outils juridiques pour faire face à toutes les situations."
Rien à ajouter... A part mon admiration et ma profonde gratitude pour celles et ceux, policiers et militaires qui risquent leur vie pour nous.
Calculette@LaMutine pour revolte.exprimetoi
Boutons de partage en marge à gauche en haut. Merci ! 💙💐

Merci @Epsibleu qui m'a alertée sur le danger réels de ces nouvelles grandes manœuvres présidentielles et @Sarkofan pour sa modération.

Sur le sujet :


Dernière édition par Calculette le Jeu 21 Jan - 1:07, édité 37 fois

Calculette

Féminin LR
Nombre de messages : 4427

http://revolte.exprimetoi.com

Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Attentats - Etat d'urgence : touche pas à ma Constitution ! :: Commentaires

Message le Mer 18 Nov - 20:31 par Calculette

Je tombe sur cette intervention de Zemmour qui ne semble pas plus convaincu que moi  Wink

Zemmour à Hollande Votre guerre Nos morts



Dernière édition par Calculette le Dim 1 Mai - 20:08, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Message le Jeu 19 Nov - 14:30 par Calculette

Revenir en haut Aller en bas

Message le Ven 20 Nov - 11:58 par Calculette

Quand vous laissez un message sur Révolte, merci de faire un minimum d'effort (orthographe et ponctuation) pour le rendre lisible.


modération "dufour":

dufour a écrit:je vous signale que depuis que hollande et président ne sait jamais occupe de la France jusqu'à présent et se qui vient de se passer il vient mêlé sont grain sel tous les dissions sais se bouffon de Valls pour moi di moi qui et le président jusqu'à présent il y en a pas  tous se qui arrive sait de leur faute

Revenir en haut Aller en bas

Message le Sam 21 Nov - 0:45 par Calculette

Le 15 octobre, le général de Villiers, chef d'Etat-Major des Armées, était interrogé par la Commission de la Défense nationale et des forces armées de l'Assemblée nationale. Extraits :
"[...] Le contexte sécuritaire est marqué par la gravité, l’urgence et la complexité des crises géopolitiques, ainsi que par un niveau de menace inédit depuis de nombreuses années. Ce contexte mouvant conditionne les missions de nos armées, celles d’aujourd’hui et aussi celles de demain. Les menaces augmentent et se rapprochent. Daech au Levant, AQMI au Sahel, Boko Haram au Nigeria : nous n’avons pas le droit de détourner le regard. Demain il sera trop tard ; nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas !
Pour bien comprendre les ressorts de cette violence, je voudrais vous présenter les quatre lignes de forces qui sont à mes yeux la toile de fond des crises, et qui mettent au défi l’efficacité de nos propres forces.
Le lien de plus en plus étroit entre sécurité extérieure et sécurité intérieure constitue une première ligne de force. Cette tendance se confirme. Les crises extérieures ont des répercussions directes sur le territoire national et sur l’espace européen : le retour de combattants français à l’étranger et, dans un autre registre, l’ampleur du phénomène des migrants en sont les deux illustrations les plus criantes. Dans tous les cas, les menaces et les défis sont transfrontaliers. Je constate qu’aujourd’hui, certains États se comportent parfois comme des bandes armées alors que certaines bandes armées prétendent constituer des États et agissent comme tels. Les menaces de la force et de la faiblesse décrites dans le Livre blanc de 2013 sur la défense et la sécurité nationale sont toujours présentes, mais la menace du non-droit progresse, à l’image du phénomène Daech. Il y a donc un lien de plus en plus fort entre la défense de l’avant, ce que nous faisons en opérations extérieures, et la sécurité de l’arrière, c’est-à-dire la protection de nos concitoyens sur le théâtre national.
Le phénomène du terrorisme international dessine une deuxième ligne de force. Incarné par Al-Qaïda, Daech et leurs affidés, il renvoie à la radicalisation djihadiste et répond à une stratégie délibérée : la recherche de la rupture par une surenchère de terreur. Sa propagande, véhiculée par les réseaux sociaux est offensive et de grande « qualité » technique. Son bilan est efficace et, ne nous leurrons pas, elle exerce une attractivité certaine sur une partie de notre propre population, notamment sur notre jeunesse. En cela, elle menace notre société et elle place la violence au cœur de notre démocratie. La menace est sérieuse. Il suffit de regarder quelques faits pour s’en convaincre : 2 700 comptes Twitter pro-Daech en langue française relaient la propagande djihadiste, et environ 20 % des combattants dits étrangers, présents aujourd’hui même au Levant, sont francophones, parmi lesquels on dénombre environ cinq cents Français.
Une troisième ligne de force peut être observée : l’avance technologique, qui nous donnait d’office l’ascendant, se réduit sous l’effet des modes d’action qui visent à la contourner. Ces modes d’action limitent les avantages liés à la technologie. Il s’agit des cyber-attaques, des engins explosifs improvisés, des snipers, des attaques suicides, des actions dans les champs de l’influence et de la perception. Nous les avons affrontés en Afghanistan, au Mali, et maintenant nous les affrontons au Levant. Qui peut dire qu’ils ne viendront pas demain jusqu’à nous ? La technologie reste indispensable, mais elle n’est pas suffisante. Nous réfléchissons à la façon d’adapter nos équipements à cette tendance.
[...] En agissant au Sahel et au Levant, en y combattant les groupes armés terroristes, en y recueillant des renseignements sur les intentions hostiles de nos ennemis, nous luttons contre l’installation et le développement de sanctuaires à partir desquels ces derniers pourraient venir nous frapper. En agissant au Sahel et au Levant, en contribuant à un environnement plus sûr, nous luttons également contre la misère et la terreur qui poussent des millions d’hommes, de femmes et d’enfants à fuir leurs pays dans l’espoir d’une vie meilleure. [...]"
source

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mar 1 Déc - 14:43 par Calculette



Dernière édition par Calculette le Jeu 7 Jan - 17:24, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mar 15 Déc - 3:14 par Calculette

Calculs constitutionnels
Dimanche 13 Décembre 2015 à 9:00
Certains reprochent à François Hollande de trop penser à la sécurité alors qu'il pense d'abord à la politique. Il rêvait du sacre du Congrès avant 2017. Faute de pouvoir le faire pour les langues régionales et le droit de vote des étrangers, il veut constitutionnaliser « l'état d'urgence ». Pendant « l'état d'urgence ». Un coup inutile et dangereux.
Lire la suite > http://www.marianne.net/calculs-constitutionnels-100238672.html

Revenir en haut Aller en bas

Message le Lun 4 Jan - 21:29 par Calculette

État d’urgence : les fossoyeurs de la République
By Mickael - Fondateur de News360x -
jan 4, 2016

«C’est le terrorisme qui menace les libertés aujourd’hui. Ce n’est pas l’état d’urgence. Je le répète : l’état d’urgence ne signifie pas l’abandon de l’État de droit. Nous combattons le terrorisme, et nous le vaincrons, avec les armes de la République, de la démocratie, avec la force de nos valeurs, de nos principes républicains et de nos principes de droit.» Ainsi s’exprimait le ministre-bonimenteur Bernard Cazeneuve le 2 décembre 2015 avant d’annoncer les résultats des mesures exceptionnelles permises par l’état d’urgence, en se gardant bien de préciser, pour les quelques 10% de perquisitions qui auraient débouché sur des saisies, arrestations et/ou actions en justice, combien d’entre elles étaient effectivement liées au terrorisme... http://news360x.fr/etat-durgence-les-fossoyeurs-de-la-republique/

Revenir en haut Aller en bas

Message le Dim 21 Fév - 18:04 par Calculette

Ce qui retient mon attention dans ce discours de Cazeneuve > http://www.interieur.gouv.fr/Le-ministre/Interventions-du-ministre/Examen-de-la-deuxieme-loi-de-prorogation-de-l-etat-d-urgence


"L’exception au droit commun fait partie intégrante de l’histoire républicaine française. Tout État démocratique a en effet le devoir de prévoir un dispositif d’exception susceptible de lui donner les moyens de droit pour faire face à une situation d’une extrême gravité.Mais il doit bien évidemment le faire dans le respect scrupuleux des principes démocratiques et en prévoyant les garanties permettant de s’assurer qu’il en sera fait un usage strictement nécessaire."

"supprimer certaines mesures relatives au contrôle des médias qui apparaissaient inadaptées aux réalités contemporaines et susceptibles de porter atteinte aux libertés publiques."

"Bilan
Depuis le 13 novembre dernier, 3 336 perquisitions administratives ont été réalisées. Elles ont notamment permis la saisie de 578 armes, qui se répartissent de la manière suivante :
220 armes longues ; 169 armes de poing ; 42 armes de guerre ; 147 autres armes, qui pour la plupart présentent un caractère de dangerosité élevé. 395 interpellations ont eu lieu, entraînant 344 gardes à vue."
A la date du 2 février, 563 procédures judiciaires avaient été ouvertes. Sur les 344 gardes à vue, 65 condamnations ont d’ores et déjà été prononcées et 54 décisions d’écrou ont été prises.
Les saisies d’espèces, qui s’élèvent à plus d’un million d’euros, permettent également aux services de Bercy d’ouvrir des enquêtes particulièrement utiles. Les données numériques qui ont été saisies et qui sont en cours d’exploitation déboucheront certainement aussi, dans de nombreux cas, sur de nouvelles mises en cause.
Si l’on s’en tenait au seul chiffre des procédures ouvertes sous la qualification terroriste – 28 procédures, dont 23 pour apologie du terrorisme –, le bilan pourrait sembler modeste.


L'état d'urgence a été instauré par les socialiste contre le FNL algérien en 1955 > http://www.franceculture.fr/droit-justice/comment-letat-durgence-est-ne-en-1955

Revenir en haut Aller en bas

Message Aujourd'hui à 14:35 par Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum