"Les attaques contre Charlie Hebdo venaient de l'Élysée" (5/12/13)

Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Hollande "Les attaques contre Charlie Hebdo venaient de l'Élysée" (5/12/13)

Message par Calculette le Dim 18 Jan - 16:16



Les attaques contre Charlie Hebdo venaient de l'Élysée Charlie Hebdo 05 Dec 2013

Après la publication d’une enquête sur Faouzi Lamdaoui, un conseiller de Hollande, Charlie a été la cible d’articles dans les médias algériens, accusant notre journal des maux les plus délirants. Des articles téléguidés depuis... la présidence de la République ! Révélations.
Si l’on fait parfois à Hollande un procès en immobilisme, on ne peut s’en prendre aux conseillers de l’Élysée. L’un d’entre eux, Mustapha Saha, qui n’existe pas dans l’organigramme officiel mais dispose néanmoins d’un bureau à la présidence de la République, s’active en effet pour que des médias algériens défendent son patron bec et ongles.
D’ailleurs, qui est réellement son patron?  François Hollande ? Non, ce zélé personnage ne perd pas son temps à monter à l’assaut des contempteurs du chef de l’État, qui pourtant n’en manque pas. Mustapha Saha s’occupe plutôt de protéger de tous ses talents Faouzi Lamdaoui, le conseiller pour l’égalité et la diversité, dont il est le collaborateur officieux. Il occupe à ce titre un bureau à côté de celui de Lamdaoui, en face de l’Élysée, avenue de Marigny. Un placard situé loin du cœur du réacteur, mais installé, s’il vous plaît, dans les locaux dédiés aux illustres invités de la République. De cette tour d’ivoire, le monsieur passe du temps, selon le document que nous révélons, à ne pas agir pour l’égalité et la diversité. Au contraire.

LE CERVEAU DORT À L’ÉLYSÉE

Il s’agit d’un mail de Mustapha Saha, commençant par la mention: « Confidentiel. À paraître sous un autre nom. » Suit un texte insultant Charlie et usant d’amalgames débilitants. Ainsi, un collaborateur de l’Élysée s’en prend à notre journal en téléguidant des articles dans la presse algérienne.
Tout part d’une enquête, précise et factuelle, parue le 23 octobre dernier dans Charlie, dont l’auteur était celui de ces lignes, s’intéressant au comportement de Lamdaoui. Ce dernier a fait en effet l’objet d’une protection policière, bénéficiant en même temps de la voiture de fonction qui va avec, après avoir reçu d’étranges lettres de menaces. Pur hasard, son permis de conduire lui avait été retiré quelque temps auparavant. Attention, personne ne s’est permis d’écrire que l’apparition fortuite de menaces aurait permis à Faouzi Lamdaoui de bénéficier d’une voiture et de chauffeurs à peu de frais, mais rien n’interdit de le penser... Faut dire que pour sortir dîner avec ses meilleurs potes, Stéphane Le Foll, Kader Arif ou Frédéric Cuvillier, trois ministres baladés en voiture officielle, c’est frustrant d’arriver en métro...
Toujours est-il que deux jours après un incident avec ses officiers de sécurité, fin juillet 2013, le ministère de l’Intérieur retire à l’intéressé sa protection — ainsi que la voiture. Officiellement, on considère que le conseiller de Hollande n’est plus menacé, même si l’enquête du parquet, toujours en cours, n’a pas permis de démasquer le corbeau. Fini de faire joujou avec les moyens de la République, murmure-t-on à ce moment dans les couloirs de l’Élysée et de la Place Beauvau. Mais raconter cela semble déplaire à ce bon monsieur Lamdaoui. Des articles hallucinants, menant la charge contre Charlie, commencent alors à fleurir dans la presse, notamment algérienne. Dans notre esprit, les amis de Lamdaoui au pouvoir en Algérie (ce dernier, originaire de Constantine, est parfois surnommé « l’Algérien de Hollande ») se chargeaient d’activer leurs réseaux pour venir en aide à leur ami, au prix de quelques manipulations barbouzardes. Naïfs que nous étions! Il a fallu attendre ces derniers jours pour comprendre où était logé le cerveau des attaques: en France, au sommet du pouvoir. Indigne mais vrai...

La semaine dernière, la preuve est donc arrivée à la rédaction de Charlie. Mustapha Saha, si fier de sa prose, l’avait balancée par mail à un tas de copains, et nous avons fini par récupérer ce texte, finement titré «Charlie Hebdo persiste dans son dénigrement raciste». Pour tout lecteur un tant soit peu fidèle à notre journal, un article immonde et, surtout, dénué de sens.
À le lire, Charlie aurait donc fait «de l’islamophobie sa marque de fabrique et de la maghrébophobie son fonds de commerce». Nous aurions commis des «insinuations mensongères» à propos de Lamdaoui et utilisé «le vieux fusil colonial» pour flinguer El Watan, journal reconnu pour sa «rigueur d’analyse». Bigre, «le seul conseiller élyséen issu de la diversité» serait le seul à ne pas avoir «le droit de disposer d’une voiture de fonction comme ses trente-huit autres collègues». Quelle brimade! Parce que nous avons osé rappeler que le conseiller de Hollande est originaire de Constantine et réputé proche d’Alger, voilà que nous aurions fait de lui «un indigène de l’intérieur ou un agent double», tombant dans le «caniveau de la xénophobie» et affublés du «masque hideux du racisme»...

Rappelant que Charlie a dénoncé les injures faites à Christiane Taubira en caricaturant un tract d’extrême droite titré «Rassemblement bleu raciste», illustré avec la ministre stigmatisée en guenon et accompagné d’une flamme tricolore comme on les aime au FN, le petit télégraphiste de Lamdaoui fait preuve de la plus grande mauvaise foi et ne retient que le dessin du singe: «La liberté de la presse est un droit imprescriptible», mais «devient liberticide quand elle s’attaque à la dignité humaine et creuse le lit aux pires exactions maurrassiennes». Bref, un ramassis de conneries. Sauf que cette belle prose est issue des ordinateurs de l’Élysée, comme le prouve une simple recherche dans les propriétés du fichier Word du texte. Le nom de Vanessa, la secrétaire de Faouzi Lamdaoui, ainsi que la mention «Présidence» y figurent en toutes lettres — même si la pauvre dame n’y est pour rien.

Le papier s’est retrouvé intégralement dans un article publié sur maglor.fr, un site français se présentant comme le «média des Maghrébins du monde» et appartenant à des Marocains de Nancy...


Mais là, point de Mustapha Saha: l’auteur est une mystérieuse Arlette Colin, dont la photo est celle d’une vieille dame de couleur. Ça sent le pseudonyme à plein nez...


Une fois découvert le pot-aux-roses, l’article a disparu du site. Heureusement, nous avions eu le temps d’en garder une copie papier.

AMALGAME TAUBIRA-LAMDAOUI

Les mêmes références à Maurras, la ficelle similaire de l’amalgame avec Taubira, les expressions et références identiques servant à disqualifier Charlie, de la xénophobie à l’étiquette d’extrême droite qui serait désormais la nôtre, toute cette bouillie indigeste s’est déversée ailleurs.
Un site réputé proche du pouvoir à Alger, tsa-algerie.com, a été le premier, le 4 novembre 2013, à réagir après l’article de Charlie sur Lamdaoui, «nouvelle cible de l’offensive xénophobe qui empoisonne actuellement l’atmosphère», selon le site. «Bouc émissaire à abattre», cet «homme politique de premier plan» — on rêve! — serait ciblé par des «extrémistes de droite», qui «visent désormais les têtes de la diversité». S’ensuit l’abject rapprochement avec Christiane Taubira. Voilà donc mises sur le même plan une attaque raciste — la ministre comparée à un singe — et une enquête factuelle relevant de l’investigation sur un conseiller du président. Qui peut tomber dans un tel piège Qu’importe, cela ne gêne pas le site d’en faire ses choux gras...
Un journal algérien prend le relais le 7 novembre. El Watan , considéré lui aussi comme proche des généraux algériens, dénonce avec les mêmes ficelles le sort fait à «Taubira et Lamdaoui», tous deux mis dans le même sac par des «propagandistes d’extrême droite».
Selon le quotidien, le «tir à vue» sur les «quelques dirigeants franco-maghrébins et franco-africains sortis de l’ombre» serait devenu «le sport favori des antidémocrates». Plutôt que d’enquêter sur les conditions dans lesquelles une protection policière avait été accordée à Lamdaoui, le journal s’interroge gravement: «L’esprit maurrassien soufflerait-il sur la braise?» Maurras, toujours Maurras...
L’auteur de l’article de Charlie se voit brocarder pour «ses enquêtes sulfureuses» et pour le fait de s’être «déjà illustré» par des articles «sur Azouz Begag et Yazid Sabeg» (respectivement ancien ministre de Sarkozy et ex-commissaire à la Diversité et à l’Égalité des chances). Comme par hasard, les nombreux papiers du même journaliste de Charlie sur Sarkozy, Tapie, Guéant, Proglio, BHL, Morano, Patrick Balkany, Richard Attias et tant d’autres n’ont pas été relevés par El Watan. On pourrait donc enquêter sur Tapie, mais pas sur Lamdaoui? Allons donc. Du grand n’importe quoi...
Mais les manips semblent fréquentes autour de cette cellule de l’avenue de Marigny. À la veille de la publication par Charlie de l’enquête le concernant, Faouzi Lamdaoui s’était bien gardé de nous rappeler pour s’expliquer. C’est un journaliste du Point qui téléphona... Ce dernier s’étonnait de l’article à paraître et proposait de filer des éléments compromettants sur un «ennemi» de Lamdaoui, un ex-chauffeur avec qui le conseiller de l’Élysée est en conflit depuis des lustres. En vain, évidemment!
Les affirmations à la fois odieuses et ridicules contre Charlie ont continué leur petit bonhomme de chemin. L’article d’El Watan se retrouve lui aussi sur maglor.fr. Et après que l’affaire Lamdaoui a été à nouveau évoquée dans un édito de Charlie, le 20 novembre, en des termes regrettant l’amalgame Taubira-Lamdaoui, une nouvelle salve a été tirée.
Dans son article minable, El Watan avait néanmoins souligné une vérité, une seule: «La diversité culturelle, partout présente dans la vie quotidienne, peine à percer le plafond de verre du pouvoir.» Mais confiée au duo de choc Lamdaoui-Saha, elle a du souci à se faire. 

Laurent Léger


Complément d'enquête Terrorisme : RÉVÉLATIONS stupéfiantes sur l'implication de l'Élysée


Dernière édition par Calculette le Sam 31 Jan - 17:36, édité 9 fois
avatar
Calculette

Féminin LR
Nombre de messages : 4542

http://revolte.exprimetoi.com

Revenir en haut Aller en bas

Hollande Re: "Les attaques contre Charlie Hebdo venaient de l'Élysée" (5/12/13)

Message par Calculette le Mer 21 Jan - 13:22

Après la démission de Lamdaoui "Arlette Colin" récidive avec un article qui se veut élogieux pour le conseiller de Hollande sur un site destiné aux musulmans. Le ton est amère



France : Faouzi Lamdaoui, fidèle de Hollande dans les bons et les mauvais moments

http://www.wakeupinfo.fr/2014/12/france-faouzi-lamdaoui-fidele-de.html
avatar
Calculette

Féminin LR
Nombre de messages : 4542

http://revolte.exprimetoi.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum