Popularité : Hollande gagne 21 points au grattage de "Charlie Hebdo" ? La farce continue

Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

14012015

Message 

Hollande Popularité : Hollande gagne 21 points au grattage de "Charlie Hebdo" ? La farce continue




Publié aussi sur Economie Matin

Popularité: Hollande gagne 21 points au grattage de Charlie Hebdo ? La farce continue.


Hollande gagne 21 points de popularité "après sa gestion des attentats" titre le Figaro. Parce qu'il le vaut bien ? Examinons quelques éléments d'appréciations en remontant le fil de cette tragique deuxième semaine de 2015.

Mercredi 7 janvier 2015, le massacre de Charlie Hebdo fait 12 victimes dont deux policiers, abattues à bout portant par des islamistes.
Ce même jour, un jeune joggeur est grièvement blessé par balles à Fontenay-aux-Roses En attendant mieux ce sera un fait divers, le méfait d'un "pas d'amalgame", "loup solitaire" "déséquilibré" de préférence et "rien à voir avec l'islam" Tout comme à Joué, Dijon, Nantes, la poussière est glissée sous le tapis. "Allahu Akbar" est peinard, ouf !
Par contre la Kangoo bourrée d'explosif qui se désintègre à Villejuif est récupérée par la brigade anti-terroriste.
La traque de deux islamistes se poursuit jour et nuit en Ile de France et en Province.

jeudi 8 janvier lendemain du carnage de Charlie Hebdo qui bouleverse la France et le monde civilisé, une jeune stagiaire de la police municipale avec pour seule arme un carnet de note, est assassinée de plusieurs balles dans le dos à Montrouge.

Bilan de ces deux journées :
13 morts et plusieurs blessés graves et ce n'est pas fini,
toutes les forces de sécurité nationale sont sur le pied de guerre et risquent leur peau à chaque instant,
la nation tétanisée par l'horreur et la peur retient son souffle...



Mais où est donc passé François ?
A l’Élysée le malaise est palpable: Comme dans les affaires Abdelhakim Dekhar ou Mohammed Merah, les socialistes auraient préféré un "Hubert Valéry Patrick Stanislas Marie Duc de Montmorency" au crâne rasé...
Joué-Lès-Tours, Dijon, Nantes et maintenant Charlie Hebdo, Villejuif, Fontenay-aux-Roses et Montrouge ? Faut dire que chez ces gens là qui passent leur temps à dorloter l'électorat musulman, il y a un problème avec ces cons qui hurlent "Allahu Akbar" pour un oui pour un non. "Euh...Vous êtes vraiment certains de l'avoir entendu ?"



Deuxième jour de tristesse et d'angoisse, où est passé ce Président normal de cette République démocratique qu'on assassine ? Et bien je vous le donne en mille :
Comme chaque année à la date anniversaire de la mort de l'autre François, Hollande va gueuletonner avec les momies du club des Amis de Mitterrand à "La Cagouille" dans le 14ème arrondissement "accord parfait entre le cadre d'inspiration marine et de beaux produits" selon le Michelin ! Apparaissant "serein et décontracté" raconte "Le Point", il y décidera avec ses copains entre fromage et dessert de qui vient et qui ne vient pas à la marche républicaine concoctée par ses services publicitaires.


Vendredi 9 janvier
Et c'est ainsi que mises à part les agapes gourmandes de "Monsieur petites blagues" particulièrement inopportunes, la journée tragique du 9 janvier n'est même pas mentionnée sur le site de l’Élysée. Le soir même dans son allocution, Hollande n'a pas un mot particulier pour les blessés, les quatre morts à l'HyperCasher de Vincennes et les familles traumatisées. La différence avec le vibrant hommage du 7 janvier aux journalistes de Charlie Hebdo est saisissante et choquante.

*


Ils sont poursuivis pour incitation à la "haine raciale", il faut comprendre "haine islamiste" est tout s'éclaire

Ainsi, non seulement Hollande n'a rien "géré" lui-même, mais lui et toute sa clique politique et médiatique en portent la responsabilité :
reconnaissance de Gaza avec le Hamas organisation terroriste, création et entretien de la division nationale par la préférence communautariste, haine de la "sale gueule" (Libé) qui ne partage pas leur idéologie , harcèlement des lanceurs d'alerte qui contrecarrent leurs plans électoraux (à gauche Charlie mais aussi Riposte laïque, Houellebecq, Marine Le Pen avec son programme mélenchoniste et à droite Zemmour, Tesson, Klarsfeld, Valeurs Actuelles et tant d'autres ridiculement accusés d'incitation à "la haine raciale"), sans oublier le laxisme et la complaisance criminels de Taubira à l'égard de ces monstres qui sèment mort et désolation... 



Ce président  n'est qu'une marionnette que la gauche a placée à la tête d'une agence de communication.

"Je vous appelle aussi à l’unité, car je l’avais exprimé devant les Français, c’est notre meilleure arme. Nous devons démontrer notre détermination à lutter contre tout ce qui peut nous diviser" insiste-t-il pour promouvoir son "Paris capitale mondiale" de la lutte contre le terrorisme.
Cette "unité nationale" à laquelle l'opposition a contribué largement, cette solidarité internationale dont Hollande se gargarise aujourd'hui, il l'avait refusée au gouvernement précédent et à Sarkozy, au moment de l'affaire Merah. Immédiatement lui et les siens avaient cherché des responsabilités et mis en cause les forces de Police et le patron du Raid.

Non décidément, Hollande livré à lui-même affiche spontanément sa personnalité empreinte de cynisme, égoïsme, absence totale de compassion.
Pris en main par ses spin doctors, il a l’accolade qu'il faut, la larme à   l'oeil qu'il faut, les trémolos qu'il faut. Bref, ce président  n'est qu'une marionnette que la gauche a placée à la tête d'une agence de communication.

*

Charlie Hebdo est peut être l'électrochoc dramatique qui fera renaître une saine lucidité dans nos sociétés angéliques occidentales dont Hollande est l'un des représentants obstiné les plus caricaturaux  "Ceux qui ont commis ces actes, ces terroristes, ces illuminés, ces fanatiques, n’ont rien à voir avec la religion musulmane."

©Calculette pour revolte.exprimetoi.com
Boutons de partage en marge à gauche en haut. Merci ! 💙💐

Complément d'enquête Terrorisme : RÉVÉLATIONS stupéfiantes sur l'implication de l'Élysée


Article dans Le Point:

Le Point a écrit:source par Joseph Miguel

Le 14 mai 1990, après la profanation du cimetière de Carpentras, François Mitterrand s'était invité à la manifestation parisienne. C'était la première fois qu'un président de la République française se joignait à un défilé. François Hollande, qui aime particulièrement imiter son prédécesseur socialiste, s'invitera-t-il au défilé en hommage aux victimes de l'attentat de Charlie Hebdo qui aura lieu dimanche à Paris ? Pour l'instant, son entourage laisse planer le suspense, probablement pour des raisons de sécurité. Mais en attendant, Hollande s'est invité ce jeudi soir au dîner annuel des amis de François Mitterrand, qui a lieu tous les 8 janvier, jour de la mort de l'ancien chef de l'État, depuis 19 ans au restaurant de poisson la Cagouille, l'une des tables favorites de Mitterrand.
Serein et décontracté

Autour des deux grandes tables rectangulaires, une vingtaine de convives formaient le clan Mitterrand. Sa famille était notamment représentée par Mazarine Pingeot, Jean-Christophe et Gilbert Mitterrand. Anne Lauvergeon, Jack Lang, Hubert Védrine, Louis Mermaz, Michel Charasse, Georges Pau-Langevin, ou encore Pierre Bergé étaient également de la partie. Le président, et ses nombreux gardes du corps, particulièrement sur le qui-vive, sont arrivés peu avant 23 heures. François Hollande est apparu serein et décontracté. Et a débattu avec les convives, de la présence du Front national au sein du défilé de dimanche.

Si le chef de l'État évite de donner publiquement son avis sur cette question piège, face au clan Mitterrand, il a admis que Marine Le Pen n'avait pas sa place au sein du cortège, et que François Bayrou, qu'il avait eu au téléphone, était d'accord avec lui. À table, certaines voix se sont élevées pour dire qu'il était illogique d'exclure la troisième formation politique de France, qui n'est pas un parti interdit par la loi. Une question qui n'a pas fini de diviser les responsables politiques de gauche comme de droite. Vendredi, François Hollande a déclaré que "tous les citoyens" pouvaient venir à la manifestation.






Dernière édition par Calculette le Sam 31 Jan - 19:38, édité 17 fois

Calculette

Féminin LR
Nombre de messages : 4429

http://revolte.exprimetoi.com

Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Popularité : Hollande gagne 21 points au grattage de "Charlie Hebdo" ? La farce continue :: Commentaires

Message le Dim 25 Jan - 15:35 par Calculette

11 JANVIER : RETOUR SUR UNE GRANDE ARNAQUE (par Maurice D.)
Publié le 24 janvier 2015 par Maurice D.
source

La « grande manifestation » du 11 janvier n’était bien qu’une mascarade.

Vous vous souvenez sans doute de cette photo de Mélenchon marchant en tête d’une vaste manifestation de l’extrême gauche qui s’est révélée être un bête trucage : Mélenchon se faisant photographier par un camarade-photographe avec un cadrage donnant l’impression que la poignée de copains qui le suivaient et auraient tenu dans une cabine téléphonique étaient le peuple de gauche en marche.

000 - MélenchonOn a eu la même chose le 11 janvier. D’abord parce que le quadrillage des rares photos prises de haut qui ont été diffusées (les photos prises des hélicoptères ne l’ayant toujours pas été, à ma connaissance), montre que l’on reste largement en-dessous des chiffres mirobolants annoncés (4 millions).

Quant à la marche des chefs d’Etat dans la manifestation !!! Une bonne photo vaut mieux que des explications :



Il y a du monde quand même ? Oh oui, les trois quarts des 200 personnes visibles sur la photo sont les gardes du corps des chefs d’Etat et des figurants en civil de la police parisienne !

La rue proche de la place Léon Blum (métro Voltaire) qui a servi de décor a été préalablement vidée de ses voitures, et de ses habitants. Tout le secteur a été minutieusement fouillé et le quartier cerné par un bon millier de policiers en uniforme et en civil. Je ne critique pas la mesure de sécurité quand des chefs d’Etat comme Netanyahou ou Angela Merkel sont présents, mais l’utilisation mensongère qui en est faite pour la publicité fallacieuse du président.

Ce sont les journalistes d’un journal économique allemand qui ont vendu la mèche, www.canalfrance.info a repris l’information et Le Monde a confirmé puisque le secret était éventé, en pensant que ce ne seraient pas la poignée de lecteurs qui lui restent fidèles qui iraient répéter que toute cette affaire est une escroquerie médiatique montée par « la com » de l’Elysée.

Toutefois, la configuration du site me fait penser qu’il ne s’agit pas d’une « ruelle » comme le dit le journal allemand, mais de l’entrée de l’Avenue Parmentier qui s’évase en « place Léon Blum » à l’approche du Boulevard Voltaire où elle croise la rue de la Roquette.
Un lecteur de Minurne qui habiterait le quartier pourrait-il nous le confirmer ?

Remarquez que sur la photo officielle où notre Bonaparte en papier mâché prend une pose martiale de dindon qui se rengorge, si l’on regarde dans le coin en haut à gauche, on voit bien qu’il n’y a plus personne d’autre que quelques types en costumes bleu marine qui regardent de tous côtés.

Allez François, sans rancune, c’était une bonne blague et maintenant que cette arnaque t’a permis de remonter à 40 % dans les sondages commandés par l’Elysée, il va falloir songer aux choses sérieuses.

Comparer le 7 janvier au 11 septembre américain comme l’ont fait le philosophe de gauche Michel Onfray et l’écrivain-journaliste de droite Eric Zemmour était sérieusement exagéré, mais à l’image de la réaction gouvernementale et médiatique.

Christophe Servan a vu juste en disant dans Boulevard Voltaire que l’on a assisté à « la plus grande opération de propagande et d’intoxication depuis les funérailles de Staline, le 9 mars 1953« . La comparaison avec les méthodes de bourrage de crâne du communisme est intéressante car on la retrouve dans tout l’activisme gouvernemental actuel pour contrôler l’information et punir les déviants qui ne respectent pas les injonctions de la propagande officielle.
Du pur 1984 d’Orwell.

Pire, les toutous du régime montrent à nouveau les dents, ils ont repris du poil de la bête, les roquets. Le petit machin qui officie au Petit journal de Canal +, a énuméré tous les artistes qui, à je ne sais quel non-remise d’Oscar, n’ont pas affiché « Je suis Charlie ». Une autre a demandé la tête de journalistes qui ont commis le même crime. Ils veulent des têtes, « les chiens » du PAF, comme les appelait François Mitterrand.

Ils n’ont cessé de crier pour la liberté d’opinion et pour la liberté de la presse, mais à peine descendus de l’estrade, ils déposent plainte contre Philippe Tesson, inculpent Dieudonné, menacent de prison toute personne qui dira « c’est l’islam ».

Le gouvernement et le président imaginent des lois liberticides et certains à gauche vont jusqu’à réclamer un ministère de l’information, ou au minimum une « Commission de la censure » comme celle dont Christine Gouze-Raynal (soeur de Danielle Mitterrand) était la secrétaire sous l’occupation allemande.

C’est depuis des décennies que la gauche « de France » stigmatise le peuple français : beaufs, bourges, sarkozistes, cathos, fascistes, les bonnets rouges bretons sont « les héritiers de Maurras« , nazis, le peuple a « des idées rances« , nauséabondes, poujadistes, lepénistes…
Le peuple français commence à se révolter, ils en sont « sidérés » ! Quel culot !

Et voilà qu’un « miracle » arrive, le massacre de Juifs, de policiers, de dessinateurs de la pire des gauches qui soit, haineuse, sectaire, stalinienne, maoïste pour certains, incontestablement trotskiste, la gauche qui a en leur temps justifié et utilisé le goulag, la Loubianka, la Stasi, la balle dans la nuque au petit matin, les procès truqués, la presse servile type Pravda, le laogaï, l’esclavage dissimulé sous le nom de « camp de rééducation par le travail » rebaptisés « centre de traitement des addictions » après que la communauté internationale s’en soit émue, mais où se poursuivent les mêmes tortures par les mêmes gardiens.

Ils brandissaient un porte-plume, aujourd’hui c’est un crayon, ce sont les mêmes

Ce « miracle » est un horrible massacre que je suis le premier à condamner, mais c’est comme « miracle » que l’a vu le service de communication de l’Elysée : Gaspard Gantzer (GG pour les intimes) a pris le président par la main, lui a fait dévaler « en courant l’escalier de l’Elysée » (Le Parisien), l’a trainé sur le lieu du crime, chez Charlie, lui a expliqué en cours de route que c’était là une occasion magnifique de reprendre en mains ce peuple français indocile, jouer sur la compassion. Beaucoup de compassion, ils sont tellement sensibles les « sans-dents », et ça a fonctionné.

Le réveil du peuple n’était décidément pas du goût de ceux qui prétendent encore parler en son nom, cette gauche qui a perdu le contact avec les gens, qui ne comprend plus leur révolte, qui n’a plus le monopole des manifestations de rues. Cette gauche qui n’est plus « progressiste » mais sectaire, qui ne sait plus argumenter autrement qu’en traitant de fascistes et de nazis ses contradicteurs. Elle a perdu la bataille des idées, faute d’un minimum d’ouverture aux autres et aux réalités, alors il lui fallait une monstruosité comme le meurtre de Charlie pour redresser la tête. Elle ne l’a pas voulu, c’est certain, mais c’est à elle que profite le crime. Il suffit de lire ses journaux, d’écouter ses télés pour le constater.

Hollande a donc « pris » (le mot est juste) 21 points. Il les reperdra vite, les exemples précédents de Mitterrand, Chirac et Sarkozy ont montré que les gains de popularité rapide ne sont que feux de paille.

Mais Hollande a d’un seul coup démonétisé tous ses concurrents au sein du socialisme. Si des primaires devaient avoir lieu aujourd’hui, il pourrait sans être contesté déclarer qu’elles sont inutiles.

Il a marginalisé Sarkozy qui s’est laissé piéger en réagissant trop vite, en le contraignant à jouer des coudes pour être vu de la presse, et rendu un fier service à Marine Le Pen en lui refusant l’accès à la manifestation, la contraignant à rester dans son rôle d’opposante. Désormais, il pense que le combat sera entre lui et elle seule et qu’il la battra sans peine, d’autant qu’elle s’est laissé fragiliser avec « ses pédés » comme dit Frédéric Mitterrand, en donnant une importance excessive aux thèses économiques marxistes de Florian Philippot, et en marginalisant Aymeric Chauprade qui a su avoir des mots justes pour décrire l’islam (voir la vidéo diffusée par Minurne).

Maintenant il a les mains libres pour instaurer une censure qui se renforcera de jour en jour. Cela avait commencé avec les lois liberticides de Cazeneuve, un ensemble de lois (deux pour le moment) instaurant un état d’exception permanent, contournant largement le juge pour s’orienter vers des solutions policières et administratives, non contradictoires, disproportionnées et pour la plupart inefficaces quant au fond du problème : la lutte contre le terrorisme.

Des mesures éparpillées dans au moins 7 articles, reposant à chaque fois sur des concepts vagues et extensibles comme « l’apologie du terrorisme » et qui portent atteinte à la liberté de circulation (art. 1), au droit de la presse (art. 4), à la liberté d’information et de communication (art. 9), à la protection des sources (art. 11), aux procédures pénales « équitables » (sic ! de la pure langue de bois) (art. 13) ou sont profondément disproportionnées (art. 12, 14).

La première a été votée en septembre 2014 par les godillots du PS. Libération le 18 septembre en avait donné l’analyse suivante en interpellant Cazeneuve : « En facilitant le blocage des sites Internet sans contrôle judiciaire, vous mettez en place le délit d’opinion. Enfin, votre concept d’entreprise terroriste individuelle est une absurdité totalitaire digne de la police de la pensée de George Orwell. Cela revient à être une bande à soi tout seul. C’est de la pure Novlangue qui sert à déformer le langage pour mieux faire reculer le droit commun. »
Minurne en a été une des premières victimes le 3 décembre.

Bernard Cazeneuve est le sosie d’Arthur Honecker qui avait promulgué en Allemagne de l’Est une loi ne concernant pas internet (qui n’existait pas encore) mais la presse, dont la loi de Cazeneuve semble copiée mot pour mot.

Terminons avec l’analyse très pertinente de Christophe Servan dans Boulevard Voltaire, où il compare Hollande à Marat : « Marat, le rédacteur de L’Ami du Peuple, celui qui réclamait 100.000 têtes à couper et qui fut assassiné par Charlotte Corday.

Cette comparaison n’est pas fortuite. Marat était une bête assoiffée de sang mais David en fit post mortem un symbole de la liberté, un renversement des valeurs que l’on peut observer avec Charlie Hebdo, journal sectaire et haineux, aujourd’hui icône de la liberté d’expression. Mais il y a plus : la réaction du gouvernement a aussi été en tout point conforme à celle des Comités (de salut public), un scénario en trois temps qui servira plus tard de modèle à tous les régimes totalitaires du XXe siècle :

1) glorification de la mémoire des victimes (sorte de canonisation en mode laïc) sur un thème fédérateur mais en trompe-l’œil : la lutte contre les traîtres en 1793, la liberté d’expression aujourd’hui ;

2) mobilisation de l’ensemble de la population derrière le flambeau de l’unité nationale confrontée à un ennemi étranger : royalistes émigrés en 1793, islamistes immigrés aujourd’hui ;

3) « sidération » de l’opposition républicaine molle : la Plaine en 1793, l’UMP aujourd’hui, et répression contre les récalcitrants (les Girondins en 1793, le Front National aujourd’hui).

Cette comparaison, je vous la livre en guise de mise en garde. Elle renvoie aux heures les plus sombres de notre passé : la dictature jacobine (=socialiste). Il faut en effet se souvenir que la mort de Marat eut pour conséquence de donner un violent coup d’accélérateur à cette machine infernale que fut le Tribunal révolutionnaire, dont le pendant aujourd’hui pourrait être la XVIe ou la XVIIe chambre du Tribunal de Grande Instance de Paris.

L’accusateur public, Antoine Fouquier-Tinville, avait dans son arsenal la loi des suspects (17 septembre 1793), une loi infâme qui vous envoyait à l’échafaud sur une simple dénonciation. En 2015, les magistrats disposent de la toute nouvelle loi Cazeneuve (13 novembre 2014) qui instaure le délit d’apologie du terrorisme. Il suffira d’un mot mal interprété, voire d’un geste équivoque (quenelle ?), pour vous déférer devant le Parquet afin d’être jugé en comparution immédiate avec, à la clé, une peine de 5 ans de prison. Lois d’exception, justice expéditive, sinistre époque. » N’oublions pas Anne-Sophie Leclère  condamnée à neuf mois de prison ferme à la demande de Christiane Taubira (présidente-fondatrice du parti guyanais qui a déposé la plainte) pour avoir mis sur Facebook une caricature dont elle n’était pas l’auteur (un dénommé Jean Bodin qui n’était pas non plus membre de la Manif pour tous comme la presse de gauche l’a affirmé) !

Espérons cependant que Hollande ne sera pas assassiné par une Charlotte Corday, cela nous évitera une Terreur que ne manqueraient pas d’instaurer Valls et Cazeneuve.

Maurice D.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mar 3 Fév - 19:28 par Calculette

Revenir en haut Aller en bas

Message Aujourd'hui à 15:46 par Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum