Jean Zay au Panthéon : une scandaleuse provocation pour les associations militaires

Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

14032014

Message 

Carton Rouge Jean Zay au Panthéon : une scandaleuse provocation pour les associations militaires




Les associations militaires condamnent fermement le transfert des cendres de Jean Zay au Panthéon
Communiqué spécial du Comité National d'Entente

Paris le 13 mars 2014

Depuis la Révolution, 75 hommes et femmes ont été honorés par la Nation pour avoir marqué l’histoire de France. Les choix ont été difficiles à faire et parfois des familles s’y sont opposées comme celles de Péguy et de Camus.
 
Pierre Brossolette, Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Germaine Tillion et Jean Zay devraient faire leur entrée au Panthéon le 27 mai 2015
, lors de la journée nationale de la Résistance, selon la déclaration faite par le Président de la République lors de son discours en hommage à la Résistance, le 21 février 2014 au Mont Valérien.

Les trois premiers sont des résistants et répondent à l’objet de cet hommage, il n’en est pas de même pour Jean Zay.
Certes il a été interné avant d’être lâchement assassiné en juin 44 mais tant d’inconnus et de célébrités sont morts les armes à la main ou dans des camps d’extermination, après des faits de résistance, que cela ne fait pas de lui un héros. Il n’y a pas si longtemps à propos du capitaine Dreyfus l'ancien garde des Sceaux, Robert Badinter, déclarait : « Dreyfus est une victime, certes d'un courage exceptionnel, mais une victime, et le propre du héros c'est d'avoir le courage de choisir son destin ». Jean Zay est une victime.

En cette année du Centenaire de la Grande guerre la provocation est ailleurs. Elle est immense, elle est inoubliable.
L’auteur ne l’a jamais reniée, l’aurait-il fait qu’il est des fautes inexcusables, celle de l’atteinte au symbole par excellence de notre patrie, de notre pays, de notre nation, le Drapeau.
 Il faut avoir entendu ou lu «... Terrible morceau de drap coulé à ta hampe, je te hais férocement, Oui, je te hais dans l’âme, je te hais pour toutes les misères que tu représentes… Que tu es pour moi de la race vile des torche-culs ….».
 
Nous condamnons totalement un éventuel transfert des cendres de Jean Zay au Panthéon. Il est des injures qui ne se rachètent pas et qui ne peuvent s’oublier au moment de prétendre au Panthéon.

Certains diront qu’à 20 ans il a commis une faute et qu’il était bien jeune mais 20 ans c’est déjà assez vieux pour mourir pour la France pendant la Grande Guerre, la Résistance et la Libération, aujourd’hui lors des opérations extérieures, en Afghanistan, au Mali, en RCA !
 
Il est hautement préférable de transférer les cendres d’un Résistant, d’un Français Libre, d’un Soldat de la 1ère armée, métropolitain ou « indigène », inconnu, aux côtés de ceux qui sont la mémoire de la France. Les Français s’y retrouveront comme aussi tous les adhérents des associations patriotiques et du monde combattant ici présentées.

Signé :
Le Général de corps d’armée (2s) Dominique DELORT
Président de la Saint-Cyrienne
Président du Comité National d'Entente


  •  Société des Membres de la Légion d’Honneur (SMLH)
  • Société Nationale des Médaillés Militaires
  • Souvenir Français
  • Fédération Nationale André Maginot (FNAM)
  • Union Nationale des Combattants (UNC)
  • UBFT « Les Gueules Cassées »
  • Association des Elèves et anciens Elèves de l’Ecole des Officiers de Gendarmerie (TREFLE)
  • Association des Elèves et anciens Elèves de Saint-Cyr – Coëtquidan (La Saint-Cyrienne)
  • Association des Officiers de recrutement interne et sous contrat (L’EPAULETTE)
  • Association des Anciens de l’Ecole Navale (AEN)
  • Association des Combattants de l’Union Française (ACUF)
  • Anciens Enfants de Troupe (AET)
  • Association des Amis de Saint-Cyr et Coëtquidan
  • Association Nationale des Réservistes de la Gendarmerie (ANORGEND)
  • Association Nationale des Officiers de Carrière en Retraite (ANOCR)
  • Association Nationale des Commissaires de la Marine(ANCM)
  • Association des Combattants de l’Union Française (ACUF)
  • Association Nationale des Anciens Prisonniers et Internés déportés e d’Indochine (ANAPI)
  • Association Nationale des Réservistes de l’Infanterie (ANORI)
  • Cercle d’Etude et de Réflexion sur la Défense (CERD)
  • Fédération Nationale des Anciens d’Outre-Mer et Anciens Combattants TDM (FNAOM-ACTDM)
  • Fédération Nationale des Amicales de Chasseurs à pied, alpins et méca (FNAC)
  • Fédération Nationale du Train (FNT)
  • Fédération pour le Rayonnement et l’Entraide des Soldats de Montagne (FRESM)
  • La FRATERNELLE
  • MINERVE
  • Promotion VICTOIRE
  • Union Nationale de l’Arme Blindée Cavalerie et Chars (UNABCC)
  • Union Nationale des Associations de l’ALAT (UNAALAT)
  • Union Nationale des Anciens Combattants d’Indochine, des TOE et d’AFN (UNACITA)
  • UNCAM
  • Union Nationale des Officiers de Réserve (UNOR)
  • Union Nationale des Sous-Officiers en Retraite (UNSOR)
  • Fédération des Sociétés d’Anciens de la Légion Etrangère (FSALE – ID)
  • Association Nationale des Participants aux Opérations Extérieures (ANOPEX)
  • Association de Soutien à l’Armée Française (ASAF)


source

Calculette

Féminin LR
Nombre de messages : 4429

http://revolte.exprimetoi.com

Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Jean Zay au Panthéon : une scandaleuse provocation pour les associations militaires :: Commentaires

Message le Mar 18 Mar - 19:16 par GUIRAUD


  1. Jean ZAY : Un pseudo résistant qui n’a jamais résisté.

    Ah si il a résisté au devoir  de s’évader avec la complicité de véritables résistants qui lui proposaient leurs services.
    Jean Zay qui à déserté de son bureau de planqué de l’Etat major d’une unité non combattante avant l’appel du général de Gaulle du 18 JUIN .
    Ses copains francs maçons lui avait trouvé une place de porte serviette auprès du colonel commandant un régiment d’intendance de la VI ° armée , très loin du front . Bureau dans lequel il passait plus de temps à écrire à sa femme qu’à compulser une carte d’état major .
    Son haut fait d’arme a été de vérifier si un convoi de munitions avait bien était livré à une unité combattante près du front . Il a plus dépensé d’encre et de papier de correspondance qu’il n’a tiré de cartouches contre l’occupant nazi .
    Il doit son entrée au panthéon à la franc-maçonnerie qui n’a pas hésité à harceler par courrier le président de la république depuis 2013 . Ce n’est pas un résistant qui entre au panthéon mais un franc-maçon de plus antimilitariste , ne pas oublier son pamphlet ordurier sur le drapeau français en 1924 qui insultait la mémoire des combattants de la guerre de 14/18 .

    Jean ZAY comme les autres du gouvernement BLUM a été un artisan de la défaite de 1940 et un fossoyeur de la république .
    Jean ZAY entrant comme « résistant » au panthéon est une insulte à le mémoire des véritables résistants . Ce geste n’est que du négationnisme, de la réécriture de l’histoire du révisionnisme , de la falsification mémorielle


  2. Jean Zay n’a pas sa place au panthéon .

    Dire le contraire n’est qu’une falsification de l’histoire fabriquée , réécrite pour les besoins d’une cause qu’elle que ce soit . Jean Zay a appartenu à la même loge maçonnique qui en 1904 établissait des fiches contre les catholiques , qui n’ont d’équivalence que le fichier des juifs de Pétain .

    Voulez-vous parler des francs-maçons ????
    D’accord faisons un peu d’histoire .
    Nous allons parler d’Emile Combes, radical socialiste, de sa république et de la Franc-maçonnerie :
    Dans une célèbre circulaire adressée aux préfets le 20 juin 1902,
    Président Émile Combes a écrit: Votre devoir vous commande de réserver les faveurs dont vous disposez seulement à ceux de vos administrés qui ont donné des preuves non équivoques de fidélité aux institutions républicaines.
    Je me suis mis d’accord avec mes collègues du cabinet pour qu’aucune nomination, qu’aucun avancement de fonctionnaire appartenant à votre département ne se produise sans que vous ayez été au préalable consulté
    .

    À mille lieues de la modération de son prédécesseur, il fait fermer en quelques jours plus de 2.500 écoles religieuses.
    Le 7 juillet 1904, il fait voter une nouvelle loi qui interdit d’enseignement les prêtres des congrégations. L’armée et la marine n’échappent pas à la chasse aux sorcières. Un premier scandale éclate le 29 mars 1904, avec formation d’une commission parlementaire, quand on découvre que le ministre de la Marine Camille Pelletan refuse de recevoir les amiraux, tous bons catholiques.
    Il encourage par ailleurs les mouvements de grève dans les chantiers navals, cela au moment où l’Allemagne et l’Angleterre accélèrent le renforcement de leur flotte !
    Désireux de son côté de favoriser l’avancement des officiers républicains anticléricaux, le ministre de la Guerre, le général Louis André, n’attend pas l’arrivée d’Émile Combes à la présidence du Conseil. Il lance une vaste enquête interne sur les opinions religieuses des gradés : vont-ils à la messe? Ont-ils envoyé leurs enfants dans des écoles catholiques?…

    Près de vingt mille fiches sont établies par les francs-maçons de la loge du Grand Orient de France, fer de lance de la lutte contre l’Église et confiées au bureau des fiches pour vérification.

    Dans les faits, même au plus fort des campagnes anticléricales, l’armée et la haute fonction publique ont continué de puiser une bonne partie de leurs cadres parmi les jeunes gens issus des meilleures écoles catholiques : le collège Stanislas et l’école Sainte-Geneviève, faute d’avoir le choix. La campagne des fiches a pour effet de bloquer l’avancement de certains officiers, compétents mais jugés trop proches de l’Église, comme Ferdinand Foch dont le frère est jésuite !

    Elle favorise par ailleurs la promotion d’officiers républicains athées et laïcs mais incompétents, tel Joseph Joffre, ce qui aura des conséquences désastreuses sur les premiers engagements de la Grande Guerre, dix ans plus tard.
    Beaucoup d’officiers indûment promus (dont près de la moitié des 425 généraux !) seront alors «limogés» en catastrophe, autrement dit affectés à des bases éloignées du front comme Limoges (d’où l’origine du verbe «limoger», inventé pour l’occasion).

    Vous voyez donc que bien avant le fichier des « juifs » de l’ignoble sénile Pétain mis à la tête du gouvernement par le front populaire qui s’est enfuit en grandes enjambées vers Bordeaux et le bateau, il y a eu quelques années auparavent le fichier « catholique » de Combes et la Franc-maçonnerie.


    La France de cette époque n’est pas la mienne, étant né quelques années après la guerre. Cette époque est celle de ces notables qui établissaient les listes des personnes à déporter depuis le sinistre Drancy ( vous connaissez l’histoire de ces notables ou dois-je vous la raconter ???) Et celle de l’UGIF ????

    Maintenant je vais vous raconter une toute petite histoire, familiale celle là :
    Par une journée ensoleillée d’un mois d’Août de l’année 1958, ma famille et moi , nous nous sommes rendus sur les plages de notre belle méditerranée. Le soleil aidant , ma mère s’est assoupie dans un soleil réparateur .
    Un couple pas trop âgé est venu s’installer à proximité. Ils échangeaient des paroles que je ne comprenais pas car il s’agissait d’une langue étrangère que je n’avais jamais entendu.
    J’ai vu ma mère se lever comme une furie, prise d’une panique effrayante et faisant une crise d’hystérie , à tel point qu’à toute vitesse nous avons dû quitter la plage pour nous réfugier à la maison .
    Quelques temps plus tard j’ en ai compris la cause.
    Les parents de ma mère ont ,un matin , pris le train en gare de Perpignan pour un terminus assez lointain d’où ils ne sont jamais revenus .
    Ils sont partis en « nuit et brouillard » dans les méandres de Buchenwald. Résistants communistes, durant leur « temps de libre », gratuitement je le précise, après les avoir logés, nourris et quelques fois blanchis , ils faisaient passer la frontière Espagnole à de malheureuses familles juives pourchassées par les hordes de la gestapo et des traitres Français .

    Ils ne les lâchaient pas en pleine montagne, mais les accompagnaient jusqu’à une destination où il n’y avait plus de danger et les donnaient en charge à d’autres personnes faisant partie de cette chaine de survie. Ses deux frères seuls en sont revenus mais dans un tel état que je n’ai pas eu le temps de les connaître vraiment .
    Celui qui est décédé en dernier, il y a de cela bien longtemps , Marcel, m’a un jour fait cadeau d’une cassette audio dans laquelle il racontait sa captivité. Cette cassette est mon bien le plus précieux et malgré ces longues années je la possède toujours. Ma mère ne doit sa survie qu’au fait d’avoir pu s’échapper par la fenêtre. Voici les raisons de sa peur panique sur cette plage méditerranéenne : le seul fait d’avoir dans un demi sommeil, entendu parler Allemand. Alors de leçons de morale des uns ou des autres .

    Toute ma vie a été réglée suivant cette histoire avec honneur et sens de la parole donnée . Au fait je ne suis pas une grenouille de bénitier et totalement laïc dans le respect des religions des autres du moins tant que l’on ne veut pas me les imposer sous quelle forme que ce soit .

    Pour finir voici le pamphlet antimilitariste du lâche Jean Zay , le franc-maçon qui va entrer au panthéon sous l’étiquette frauduleuse de « résistant ». Celui qui crache sur le drapeau français , pour lequel des millions de sans grades sont morts .

    Jean Zay, a écrit:Ils sont quinze cent mille qui sont morts pour cette saloperie-là.
    Quinze cent mille dans mon pays,
    Quinze millions dans tout les pays.
    Quinze cent mille morts, mon Dieu !
    Quinze cent mille hommes morts pour cette saloperie tricolore…
    Quinze cent mille dont chacun avait une mère, une maîtresse,
    Des enfants, une maison, une vie un espoir, un cœur…
    Qu’est ce que c’est que cette loque pour laquelle ils sont morts ?
    Quinze cent mille morts, mon Dieu !
    Quinze cent mille morts pour cette saloperie.
    Quinze cent mille éventrés, déchiquetés,
    Anéantis dans le fumier d’un champ de bataille,
    Quinze cent mille qui n’entendront plus JAMAIS,
    Que leurs amours ne reverront plus JAMAIS.
    Quinze cent mille pourris dans quelques cimetières
    Sans planches et sans prières…
    Est-ce que vous ne voyez pas comme ils étaient beaux, résolus, heureux
    De vivre, comme leurs regards brillaient, comme leurs femmes les aimaient ?
    Ils ne sont plus que des pourritures…
    Pour cette immonde petite guenille !
    Terrible morceau de drap coulé à ta hampe, je te hais férocement,
    Oui, je te hais dans l’âme, je te hais pour toutes les misères que tu représentes
    Pour le sang frais, le sang humain aux odeurs âpres qui gicle sous tes plis
    Je te hais au nom des squelettes… Ils étaient Quinze cent mille
    Je te hais pour tous ceux qui te saluent,
    Je te hais a cause des peigne-culs, des couillons, des putains,
    Qui traînent dans la boue leur chapeau devant ton ombre,
    Je hais en toi toute la vieille oppression séculaire,
    le dieu bestial,
    Le défi aux hommes que nous ne savons pas être.
    Je hais tes sales couleurs, le rouge de leur sang, le sang bleu que tu voles au ciel,
    Le blanc livide de tes remords.
    Laisse-moi, ignoble symbole, pleurer tout seul, pleurer à grand coup
    Les quinze cent mille jeunes hommes qui sont morts.
    Et n’oublie pas, malgré tes généraux, ton fer doré et tes victoires,
    Que tu es pour moi de la race vile des torche-culs.

    Jean Zay,

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mer 19 Mar - 15:41 par Calculette

Merci beaucoup  M.GUIRAUD de ces passionnantes précisions . Je confesse mon ignorance surtout concernant la franc-maçonnerie que j'avais plutôt tendance à considérer comme un réseau d'entre-aide plus que comme un réseau d'influence, un club anachronique d'adolescents attardés et prétentieux Je serais à l'avenir plus vigilante

Revenir en haut Aller en bas

Message le Dim 3 Mai - 22:17 par Calculette


LETTRE OUVERTE AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE
Monsieur le Président ;
Dans le cadre de la commémoration du 70e anniversaire de la libération de la France, vous avez décidé du nom des quatre Français qui seront honorés lors d’une cérémonie au Panthéon le 27 mai prochain à l’occasion de la journée nationale de la Résistance. Si trois des quatre noms font l’unanimité, celui de Jean Zay suscite la réprobation de la plupart de nos compatriotes, dès lors qu’ils connaissent son poème outrageant.
Récemment, le général de corps d’armée Dominique Delort, président du comité national d’entente des présidents d’associations auquel l’association de soutien à l’armée française (ASAF) appartient, et qui regroupe plusieurs centaines de milliers d’adhérents, vous a adressé à ce sujet une lettre restée à ce jour sans réponse.
La Constitution, dont le président de la République est le garant, stipule dans son article 2 que« l’emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge. » Aussi, au regard des commémorations en cours – centenaire de la Grande Guerre, 70e anniversaire de la libération de la France -, mais aussi de la contestation des symboles de la République et des valeurs nationales par une partie des jeunes Français, et des sacrifices consentis aujourd’hui encore par nos soldats, il est évident que le poème insultant écrit par Jean Zay en 1924 sur notre emblème national constitue un obstacle, à notre sens, insurmontable pour faire de cet ancien ministre une référence nationale. Son sordide assassinat en 1944 par des miliciens n’a pas fait de lui un héros, une référence pour la Nation, mais simplement une victime comme il y en eu des dizaines de milliers, hélas, durant la Seconde Guerre mondiale. Pourquoi, dans ces conditions, maintenir un choix qui affaiblit notre pays, insulte les Français et discrédite un lieu où reposent de grandes figures nationales dont un héros de la Résistance unanimement reconnu, Jean Moulin ?
L’ASAF a présenté au comité d’entente le nom de jeunes résistants particulièrement exemplaires parmi lesquels trois ont été cités dans la lettre du comité national d’entente citée supra. Elle vous propose de substituer au nom de Jean Zay, celui d’un de ces résistants âgés de 16 à 22 ans, qui se sont sacrifiés pour leur pays et son drapeau en s’écriant : « je meurs pour ma Patrie » et « vive la France ». Ils avaient l’âge qu’avait Jean Zay quand il a écrit ce poème odieux.
En faisant rentrer au Panthéon un jeune résistant en lieu et place de Jean Zay, vous seriez fidèle à votre engagement de donner toute sa place à la jeunesse. Vous donneriez à tous les jeunes Français, dont certains, sans repère, s’engagent dans les rangs des ennemis de notre pays et servent un nouveau totalitarisme, un exemple indiscutable d’amour de la Patrie et de fierté nationale. Ainsi vous feriez du Panthéon, ce que vous souhaitiez en faire : « un lieu de renforcement du pacte républicain ».
En maintenant Jean Zay, vous accréditeriez l’idée que le drapeau puisse être insulté sans que l’auteur des insultes soit sanctionné, et qu’il puisse même être, au contraire, honoré.  Comment pourrez-vous sanctionner ceux qui demain le saliront? Quelle fierté auront nos sportifs en brandissant ce que Jean Zay appelait un « ignoble symbole » ? Quelle leçon d’instruction civique sera crédible quand celui qui pourrait ainsi entrer au Panthéon, par ailleurs ancien ministre de l’Education nationale, a traité l’emblème national de« torche-cul » ? Que penseront les Français de vous quand ils verront flotter cette « saloperie tricolore » le 8 mai, sous l’Arc de Triomphe, quand vous vous recueillerez devant la tombe du Soldat inconnu ? Que signifiera désormais votre salut respectueux, dans la cour des Invalides, devant le cercueil recouvert d’une « immonde petite guenille »  d’un soldat « Mort pour la France » ?
Monsieur le Président, comme de nombreux Français nous le disent chaque jour, je vous propose, de revenir sur le choix inacceptable de Jean Zay.
Il faut y substituer un jeune héros français qui redonnera à nos concitoyens leur fierté et montrera aux autres nations la valeur que nous attachons aux symboles de notre Patrie.
Si vous mainteniez le nom de Jean Zay, nul doute que les Français seront nombreux le 27 mai à refuser d’honorer un homme qui a insulté de la pire manière notre Drapeau, et à dénoncer ce qui s’apparenterait à une forfaiture.
Soyez assuré, monsieur le Président, de la haute considération que je porte à celui qui a le devoir de placer l’honneur de notre pays au dessus des ambitions personnelles et de servir l’intérêt général de la France avant celui de groupes d’influence quels qu’ils soient.
Henri Pinard Legry Président de l’ASAF
Si vous partagez le contenu de cette lettre,  je vous propose de signer la pétition que lance l’ASAF.
Le « module pétition » est situé en haut et à gauche de la page « ACTUALITE »  du site www.asafrance.fr
Texte de la pétition : « Je partage la position prise par l’ASAF.  Je demande le retrait de Jean Zay et souhaite son remplacement par un jeune Résistant au comportement héroïque ».
ASAF . Association de Soutien à l’Armée Française
18, rue de Vézelay – 75008 Paris Tél/Fax : 01 42 25 48 43 Site : www.asafrance.fr Courriel : secretariat@asafrance.fr

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mer 27 Mai - 15:15 par Calculette

Revenir en haut Aller en bas

Message Aujourd'hui à 15:45 par Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum