"La guerre des Rose" à l’Élysée : plusieurs milliers d'euros de dégâts à la charge de Hollande et Trierweiler

Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Hollande "La guerre des Rose" à l’Élysée : plusieurs milliers d'euros de dégâts à la charge de Hollande et Trierweiler

Message par Calculette le Mar 21 Jan - 16:45


La guerre des Rose à l’Élysée : Plusieurs milliers d'euros de dégâts dans une "affaire privée" à la charge de Hollande et Trierweiler

Nous avons appris consternés que notre patrimoine national à l'Elysée aurait subi un saccage évalué pour l'instant à 3 000 000 € lors de la scène de ménage opposant Hollande et "la femme de sa vie" la matinée du vendredi 10 janvier 2014 dans le salon doré, le bureau des présidents.

François Hollande aurait pris les devants juste avant la publication des photos dans Closer et aurait annoncé sa liaison à sa concubine. Une "dispute énorme a éclaté à l’Élysée. Les murs ont tremblé. Ça a été un choc très violent pour elle", avait confié Nadia Le Brun, biographe de Valérie Trierweiler. Le "Canard enchaîné" parlait lui d' une véritable crise de nerfs.

Selon un document publié à l'origine sur FaceBook,  dix jours après les faits rapportés par "un haut fonctionnaire du Mobilier National", appelé le matin même en catastrophe pour faire l'inventaire des dommages  voici son témoignage :
"Les dégâts sont estimés à trois millions d’euros, compte tenu de la grande valeur patrimoniale de ce mobilier d’art et du coût de la restauration pour ce qui est réparable." apprend-on sur la toile par Régis Ollivier, colonel ER... "À l’arrivée au Palais, le haut fonctionnaire découvre dans des salons et dans le bureau attribué à Hollande, du mobilier et des objets décoratifs tels que vases précieux de Sèvres, pendule signée par un grand horloger du début du XIXe siècle, consoles, guéridons, fauteuils renversés voire brisés comme pour les garnitures de cheminée gisant en morceaux épars au milieu de papiers et de matériel de bureau, le dessus de la table de travail ayant été balayé avec violence semble-t-il (vases de la manufacture de Sèvres en porcelaine et monture en bronze doré, objets d’art de très grande valeur artistique et historique)."

Que cela soit vrai même en partie, Hollande en entrant à l'Elysée, s'est engagé à respecter les conditions de dépôt de biens par l’administration générale du Mobilier national
- d’assumer la charge des frais de restauration des biens détériorés en cours d’usage ou restitués définitivement et dont le mauvais état est constaté lors de leur rentrée au Mobilier national ;
- de verser, en cas de pertes ou vols, une indemnité correspondant à la valeur estimée des biens au moment du constat de leur disparition.


Nous savions déjà que Hollande qui ne respecte rien ni personne, pillait notre patrimoine historique pour en faire cadeau. Ainsi ce trésor pour la mémoire conservé au musée de l'Armée, les Clés de la ville d’Alger remises aux français par le Dey Hussein lors de la reddition de la ville le 5 juillet 1830 et offert dernièrement aux algériens.
Et après avoir vendu les grands vins Pétrus , Château Latour et autres Pauillac de la cave de l’Élysée, voilà que Hollande laisse sa concubine qu'il nous a imposée comme une "première dame", détruire des objets d'art propriété de l’État, de valeur inestimable .

D'après les services du Premier ministre, Valérie Trierweiler coûterait, ou coûtait, 19 742 euros mensuels (plus les avantages en nature). Depuis mai 2012, la facture laissée par l'ex-compagne de François Hollande pour le contribuable se monte à plus de 375 000 euros, précise Économie Matin

Si ce nouveau scandale se confirme, s'il n'est pas étouffé, il va sans dire que la facture des dégâts qui pour l'instant serait estimée à 3 millions d'euros devra être présentée sans faute à Hollande puisqu'il s'agit exclusivement d'une "affaire privée" ! Et j'espère que le Mobilier National, gardien de notre patrimoine portera plainte contre ces vandales !

Le bureau de Hollande avant la bagarre


©Calculette pour revolte.exprimetoi.com
Boutons de partage en marge à gauche en haut. Merci ! 💙💐


source :
le Blog du Colonel_FR qui reste injoignable par intermittence depuis la publication de ce témoignage... 
Récit de la bagarre dans le bureau présidentiel:
Dans la matinée du vendredi 10 janvier, le Mobilier National en charge de l’aménagement des palais nationaux et autres résidences de l’État (ministères et ambassades) est appelé en urgence à l’Élysée pour procéder à une intervention sur site.

À l’arrivée au Palais, le haut fonctionnaire découvre dans des salons et dans le bureau attribué à Hollande, du mobilier et des objets décoratifs tels que vases précieux de Sèvres, pendule signée par un grand horloger du début du XIXe siècle, consoles, guéridons, fauteuils renversés voire brisés comme pour les garnitures de cheminée gisant en morceaux épars au milieu de papiers et de matériel de bureau, le dessus de la table de travail ayant été balayé avec violence semble-t-il (vases de la manufacture de Sèvres en porcelaine et monture en bronze doré, objets d’art de très grande valeur artistique et historique).

Les dégâts sont estimés à trois millions d’euros, compte tenu de la grande valeur patrimoniale de ce mobilier d’art et du coût de la restauration pour ce qui est réparable.

Les débris ont été soigneusement récupérés pendant que les aides de camp réunissaient les papiers confidentiels éparpillés sur le tapis ; de nouveaux objets ont été livrés pour remplacer ceux brisés ou mutilés.

Explication officielle : aucune ! Explication officieuse dans le cornet de l’oreille des fonctionnaires du MN par ceux de l’Élysée :

Scène terrible entre Hollande et sa maîtresse en titre Valérie quelques heures plus tôt. Après les cris et hurlements, la mégère a eu une crise de folie furieuse, se jetant sur Hollande ; écartée par les gardes, la furie s’est livrée à du vandalisme dans le palais national, après avoir jeté les papiers et objets du bureau présidentiel, elle a projeté à terre vases, pendule et autres objets précieux, renversé fauteuils et guéridons, elle est neutralisée par les gardes dans le Boudoir d’Argent ou elle a poursuivi son œuvre destructrice.

Le médecin sur place lui administre un calmant (sous forme de piqûre) et l’expédie dans la plus grande discrétion à l’hôpital (où elle séjourne depuis une semaine). Avant que la dose fasse effet et que la donzelle soit évacuée, hurlements, pleurs, imprécations et menaces ont été proférés par l’offensée remplissant le palais de l’écho de sa hargne.

Gros émoi donc à l’Élysée, mais une seule question demeure : qui paye ? Quand un type se dispute avec sa régulière ou sa copine et que les deux protagonistes en viennent à casser la vaisselle et plus si mésentente très grande, ce sont les deux tourtereaux en rupture d’affection qui payent avec leurs deniers sous les bris et dégâts. Mais dans ce cas, ce sera facturé aux contribuables (pour ce qui est réparable, le reste étant du patrimoine perdu définitivement).

démentis :
> Les Inrocks (de gauche) disent avoir contacté le Mobilier National qui dément “catégoriquement l’information” et affirme qu’il s’agit d’un “récit tout à fait farfelu”.
Questions :
Soit le personnel du Mobilier National y était et connaissant les faits, peut affirmer que "le récit est farfelu" En quoi est-il faferlu ? Pour quelle raison ces gens auraient été sur place si ce n’est pour constater et estimer de la casse…

Quelle information démentent-ils ?
Le montant des réparations de 3 millions ou bien le fait qu'ils n'ont pas été appelés.. et qu'ils n'y étaient pas  
En ce cas, comment peuvent-ils affirmer que le récit est farfelu ?...

> A son tour, le Figaro dément la rumeur sans donner de détail.

En fait, je pense que la seule question pertinente à poser au Mobilier National c'est: Avez-vous été appelé par l'Elysée et vous êtes vous rendu sur place ?

> le 22 janvier Plus étrange encore sur FaceBook :
la disparition du "démenti officiel" publié sur la page du Mobilier National !


> 23 janvier  un historien d'art contacté par Économie Matin affirme la détérioration de plusieurs objets >

Avant qu’il ne soit trop tard…

ICI, l'essentiel sur le scandale Élyséen


Dernière édition par Calculette le Dim 20 Juil - 0:13, édité 15 fois
avatar
Calculette

Féminin Filloniste
Nombre de messages : 4515

http://revolte.exprimetoi.com

Revenir en haut Aller en bas

Hollande Démentis

Message par Calculette le Mer 22 Jan - 15:55

> Les Inrocks (de gauche) disent avoir contacté le Mobilier National qui dément “catégoriquement l’information” et affirme qu’il s’agit d’un “récit tout à fait farfelu”.

Je trouve que cela pose questions :
soit le personnel du Mobilier National y était et connaissant les faits, peut affirmer que "le récit est farfelu" mais en quoi est-il faferlu ? Pour quelle raison ces gens auraient été sur place  si ce n’est pour constater et estimer de la casse…

Quelle information démentent-ils ?
Le montant des réparations de 3 millions ou bien le fait qu'ils n'ont pas été appelés.. et qu'ils n'y étaient pas  
En ce cas, comment peuvent-ils affirmer que le récit est farfelu ?...

> A son tour, le Figaro dément la rumeur sans donner de détail.

En fait, je pense que la seule question pertinente à poser au Mobilier National c'est: Avez-vous été appelé par l'Elysée et vous êtes vous rendu sur place ?

> le 22 janvier Plus étrange encore sur FaceBook :
la disparition du "démenti officiel" publié sur la page du Mobilier National !
avatar
Calculette

Féminin Filloniste
Nombre de messages : 4515

http://revolte.exprimetoi.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum