"la théorie du genre n'existe pas" clame Belkacem, mais le genre doit remplacer le sexe !

Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Gauche "la théorie du genre n'existe pas" clame Belkacem, mais le genre doit remplacer le sexe !

Message par Calculette le Mer 31 Juil - 18:42

"La théorie du genre n'existe pas" clame Najat Vallaud Belkacem mais le genre doit remplacer le sexe !

Cinq mois avant cette déclaration sans appel, Belkacem avec Christiane Taubira avait pourtant saisi  la Commission Nationale Consultative des Droits de l'Homme -CNCDH- sur l'identité de genre et sur le changement de la mention de sexe à l'état civil posant "deux questions liées entre elles sans pour autant être assimilables l'une à l'autre : la première concerne la définition et la place de l'"identité de genre" dans le droit français..." (Journal Officiel)
L'épidémie d'amnésie semble poursuivre ses ravages au sein du régime socialiste !

Essayons de comprendre le message abscon des socialistes et de la Belkacem, porte-mensonges du régime :
le "mariage homosexuel" n’existe pas, c’est le "mariage pour tous"...
"la théorie du genre n’existe pas !" mais "l'égalité fille-garçon dès le plus jeune âge, ça aide" ...
"la société organise une situation d'inégalité entre les hommes et les femmes" alors nous socialistes, sommes en capacité de supprimer l'appartenance à un sexe !

De son côté, après le mariage gay et la parité (alibi de sa présence au gouvernement), voilà Najat Belkacem qui prépare avec Vincent Peillon pour la rentrée prochaine, entre autre la diffusion dans les écoles de "Tomber la culotte" brochure pornographique qui promeut l’homosexualité auprès des petites filles... et le sadomasochisme. (pour public averti)

Je laisse la parole à la donzelle dans la pure lignée du "rêve réenchanté" de son patron :

Najat Vallaud Belkacem a écrit:[Verbatim] La théorie du genre n'existe pas. Ce qui existe, ce sont les études de genre qui étudient la façon dont la société organise une situation d'inégalité entre les hommes et les femmes. En revanche, ce que nous voulons introduire à l'école, c'est un apprentissage de l'égalité entre les filles et les garçons qui, à cause de mécanismes intériorisés dès le plus jeune âge, les unes et les autres ne se destinent pas aux mêmes opportunités professionnelles, aux mêmes compétences, aux mêmes capacités...  Nous voulons offrir à chaque individu quel que soit son sexe, les mêmes opportunités, les mêmes chances de réussite dans la vie, et donc développer l'égalité fille-garçon dès le plus jeune âge, ça aide....  vidéo
A quoi pensent les promoteurs de la théorie du genre ?

De l'aveu de Taubira, c'est un "changement de civilisation" qui est visé à travers le mariage gay. La sénatrice PS M.Meunier proche de JM. Ayrault ajoutait "Ce qui pose problème, c’est cette famille idéalisée, hétéro-patriarcale-blanche de préférence de plus en plus éloignée des réalités. La loi doit s’adapter." Cela a le mérite d'être clair ! De son côté, Vincent Peillon explique qu'"Il faut être capable d’arracher l’élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel" et pourquoi pas sexuel ?  On n'est plus à ça près !

Ainsi le programme de désagrégation sociétal des communistes sous la IVème république s'intensifie grâce à ces "idiots utiles" incapables de se remettre en question. Au nom d'une lutte des classes" complètement ringarde, il faut éradiquer tout ce qui s'apparente à une certaine idée de la bourgeoisie, ses valeurs et ses références.
Entre nous, j'imagine que c'est l'abus de séances Desperate Housewives arrosées de bières tièdes qui a poussé les fameux "chercheurs scientifiques " dont parle la ministre à plancher sur la théorie du genre ? On rigole bien dans la fonction publique pour pondre des inepties et tout ça au frais du contribuable... (Pardon pour ce détail affreusement prosaïque)

Le PS n'en démord pas  : après le fantasme de l'homophobie dans les écoles, après avoir nourri un cathobashing dans les plus hautes sphères du régime, Najat Belkacem nous parle du principe d’"égalité des chances" entre fille et garçon, pour justifier les campagnes de promotion de l’homosexualité auprès de nos enfants.

Parmi les nombreux témoignages, celui (retranscrit à la fin) d'un jeune Clément de 21 ans a retenu mon attention. Il raconte comment de grosse tête harcelée par ses petits camarades,  il est devenu homo à force de s'entendre dire qu'il l'était  ! "Quand on est enfant, on a un cerveau comme une éponge. J'ai tout absorbé... J'aurais aimé entendre : 'Sois prudent, fais attention à ce que tu fais de ton corps'. Mais à l'école à 14 ans, j'ai entendu "vas-y, mets un préservatif." Aujourd'hui la théorie du genre voudrait me faire croire que je suis tout d'abord un homosexuel. C'est faux : je suis tout d'abord un homme ! (...)
Aujourd'hui, je pense être une victime du gender.
."

Un principe angélique basé sur la confusion entre "égalité" et "identité".

L’intention serait sympathique si elle ne consistait ni plus ni moins à se prendre pour Dieu ! Une démence de plus qui, si elle est appliquée, fera des générations d'enfants complètement à côté de leurs pompes et des adultes encore plus azimutés ! Ce n'est déjà pas brillant dans les rangs de la majorité !

Ainsi tout comme le mariage gay et la parité au nom d’une "égalité" pervertie, la théorie du genre présentée comme "l’apprentissage de l'égalité" vise à gommer l’ "identité" sexuelle afin de développer l’ "égalité" des chances entre filles et garçons. (On remarquera au passage que cela sous-entend que toutes les autres inégalités seraient légitimes.)

A l’origine de cette décision d’initier dès le plus jeune âge à cette "théorie du genre" particulièrement déstabilisante, il y a la confusion consciente et inconsciente entre "égalité" et "identité".
Si cet amalgame devient pour le trotskyste Vincent Peillon une stratégie de subversion particulièrement tordue et mortifère, la confusion nourrit également le fanatisme de ceux qui piétinent le bon sens commun. C’est triste à dire mais ceux-là n’ont même pas conscience de l’extrême nocivité de leur fameuse théorie du genre.
L’esprit phagocyté par leur "religion socialiste", ils n’ont plus aucun discernement. A noter qu’il y en a aussi à droite et tandis que Luc Chatel était ministre de l’Education Nationale, le fascicule "Tomber la culotte" a été financé par nos impôts mais sa diffusion est restée heureusement confidentielle !

C’est pourtant simple :

François Jacob, prix Nobel de physiologie ou médecine, explique parfaitement en 1981 : "Par une singulière équivoque, on cherche à confondre deux notions pourtant bien distinctes : l'identité et l'égalité. L'une réfère aux qualités physiques ou mentales des individus, l'autre à leurs droits sociaux et juridiques. La première relève de la biologie et de l'éducation ; la seconde de la morale et de la politique..."

L’égalité ? Je laisse à notre grand Coluche le soin de l’aborder avec son bon sens habituel : " Dieu a dit, il y aura des hommes blancs, des hommes noirs, il y aura des hommes grands, des hommes petits. Il y aura des hommes beaux, des hommes moches et tous seront égaux, mais ça sera pas facile."

L’identité ? Elle permet de se différencier sans confusion possible par les sexe, nom, prénom, filiation, date et lieu de naissance, empreinte digitale, empreinte génétique, etc. C’est aussi la conscience que l'on a soi-même, ainsi que par la reconnaissance des autres, de ce que l'on est, de son moi. Elle permet à l'individu de percevoir ce qu'il a d'unique, c'est-à-dire son individualité.

A moins de la violer (chirurgie, lavage de cerveaux) l’identité est intouchable. Nul, pas même un socialiste, ne peut décider du sexe, de la bonne santé ou du handicap et maladie…
(Sur ce point précis, il peut pratiquer l’eugénisme cher aux idéologies fascistes.)

"L’égalité des chances" parlons-en : Cela pourrait être un joli oxymore s’il n’y avait pas un contre-sens évident, la "chance"  étant par définition un système aléatoire. Dans cette loterie existentielle, il ne peut y avoir d’égalité dans les résultats mais uniquement dans la répartition statistique de ceux-ci. Par exemple, l'homosexualité ne concerne que 1% des unions officialisées.

L'égalité : protection contre l’arbitraire ou mythe pour le progrès social

Ils émanent de la même perversion idéologique de la théorie du genre : d'une part le mariage homosexuel qui nie le principe universel de la filiation et de la famille, d’autre part la parité qui remplace le mérite et la compétence.
Plutôt que de reconnaître par une union civile et de respecter l’attachement réciproque de deux homosexuels, on dénature le mariage qui protège l’intégrité de la "famille" du foyer au sens universel et immémorial.
Plutôt que de concevoir la "reconnaissance du mérite" comme un système incitatif de motivation et d'encouragement délibérément orienté vers ce qui fait progresser l'ensemble de la société, on instaure la parité : le sexe remplace la compétence, l'expérience et le travail.
En poussant l'absurdité de cette idéologie à son comble, quelle que soit leur catégorie sociale, les femmes vivent plus longtemps que les hommes. Sous prétexte d''égalité" ces abrutis vont-ils éliminer les vieilles ?...

Selon le président Luchaire, éminent constitutionnaliste, dans son ouvrage sur la protection des droits et libertés, l’égalité réelle relevant de l’utopie apparaît comme "une protection contre l’arbitraire" pour les opposants à la théorie du genre (et au mariage gay) et "un mythe pour le progrès social" dans l’esprit des promoteurs de la théorie du genre (pouvoir socialiste et pro-mariage gay.) C’est le paradoxe de la discrimination positive où l’Etat s’obstine à vouloir transformer le principe d’égalité en droit à l’égalité.

Selon les théoriciens du "genre", il n'y aurait pas 2 mais 48 sexes

La théorie du genre enseignée dans nos écoles n'est qu'un symptôme du carnage morale et sociétale de l’idéologie marxiste de la bienpensance. Dans tous les domaines, comme le dit si bien Maurice Druon "Au nom de l'égalité des chances, on a établi l'égalité des malchances."

Pour ces idéologues fanatiques d'une théorie perverse , "l'identité sexuelle" doit disparaître au profit de "l'identité de genre".

Apothéose de ce délire technocratique, imaginez les prochains formulaires officiels :
Homme genre masculin, Homme genre féminin, Homme genre neutre, Femme genre féminin,
Femme genre masculin, Femme genre neutre, Autre ... (précisez)

A cette mixture improbable, ajoutons un zest de singulier pluriel...  car pour Eric Macé, sociologue et chercheur au CNRS "Nous vivons dans une société qui fait comme s’il n'y avait que deux sexes, or il en existe 48, soit le continuum d'intersexe entre le pôle mâle et le pôle femelle." Autant dire qu'on est pas sorti de l'auberge !
Si encore c'était pour faire des statistiques sur la santé mentale des Français...

Non décidément, comme le regrettait Bernard Grasset :"La solution du bon sens est la dernière à laquelle songent les spécialistes."

©Calculette pour www.revolte.exprimetoi.com
Boutons de partage en marge à gauche en haut. Merci ! 💙💐
url réduite :  http://twitts.fr/u/d8c

Clément 21 ans a écrit:
[Verbatim] Petit j'étais rejeté par mes camarades de classe parce que j'étais l'intello de service, le marginal. Du coup je suis allé vers les personnes les plus accueillantes et il s'est trouvé que c'était les filles. Les garçons sont très durs dans leurs propos. Et quand on ne fréquente que des filles on est forcément homo. D'où est venu leur regard. On m'a dit "ben voilà tu es homo, tu es pédé. Du coup je me suis demandé "je le suis ou pas" et ne savais comment faire à cause des tabous. Ils m'ont fait souffrir car je ne savais pas comment vivre mes pulsions.

Sur internet on tombe sur les images pornos. Quand on est enfant, on a un cerveau comme une éponge J'ai tout absorbé Ces images m'ont beaucoup fait souffrir : finalement c’était possible puisque y'en a d'autres qui le font... et ils vivent leur acte sexuel. Ça parait être un plaisir donc pourquoi pas ? c'est une voie comme une autre...

En fait à la base je n'étais pas prédéterminé à être homo mais ce sont toutes ces images, toutes ces insultes, toutes ces étiquettes qui m'ont été collées qui m'ont conduit à l'homosexualité. C'est une blessure parce que ça m'a enfermé dans quelque chose qui n'était pas moi forcément, qui était tabou que je ne pouvais pas exprimer. Un enfant est un être fragile. Dans sa fragilité, il y a le corps qui est pleinement à respecter et il faut apprendre à l'apprivoiser pour respecter sa conscience, ce qui vit dans ce corps parce que la chair est marquée par tout les éléments extérieurs. Tout ce que j'ai vécu dans cette sexualité a marqué mon corps et j'ai des images qui reviennent en permanence. On se souvient de tout ce qu'on fait subir à notre corps.  

Les mots que j'aurais aimé entendre ? J'aurais aimé entendre "Sois prudent, fais attention à ce que tu fais de ton corps." Mais à l'école à 14 ans, j'ai entendu "vas-y, mets un préservatif." C'est pas juste de dire ça à un enfant, de lui dire que le corps c'est rien c'est un objet, fais ce que tu veux de ton corps, fais ce que tu veux de ton cœur de tes sentiments de ta conscience... Mais tout est intimement lié !  Mais non le corps c'est là où réside la vie et mon cœur également. Quand on est blessé au cœur, c'est au corps qu'on est blessé. On veut nous faire croire qu'on peut tout dissocier.  

Quelle que soit l’orientation sexuelle, le respect du corps est prioritaire qu'on soit hétéro ou homo. Aujourd'hui, je pense être une victime du gender.  Le gender voudrait me faire croire que je suis tout d'abord un homosexuel. C'est faux : je suis tout d'abord un homme. Au sein de la Manif Pour Tous, j'ai été accueilli en tant qu'homme. C'est ce que je suis vraiment !

Je veux dire merci à la Manif Pour Tous car ça a libéré la parole des homosexuels et ça a libéré ma parole par rapport à ma sexualité.  Il y a un accueil énorme qui est fait à toute personne quelque soit son orientation sexuelle. La Manif Pour Tous pour moi c'est un mouvement familial. vidéo
Sur le sujet


Dernière édition par Calculette le Sam 10 Aoû - 22:56, édité 25 fois

Calculette

Féminin LR
Nombre de messages : 4466

http://revolte.exprimetoi.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum