Laïcité : Lettre à J-F Copé pour un pain au chocolat confisqué .

Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Islamisme Laïcité : Lettre à J-F Copé pour un pain au chocolat confisqué .

Message par Calculette le Lun 8 Oct - 12:43


Laïcité : Lettre à J-F Copé pour un pain au chocolat confisqué
"Il est des quartiers où je peux comprendre l'exaspération de certains de nos compatriotes, père ou mère de famille rentrant du travail le soir, apprenant que leur fils s'est fait arracher son pain au chocolat par des voyous qui lui expliquent qu'on ne mange pas pendant le ramadan"

Cher Monsieur Copé,  

Cette lettre vous ne la lirez sans doute jamais, ni vous ni vos proches. Tant pis, je ne suis qu'une voix parmi les autres qui crient dans le désert.

Au-delà de l'insécurité, je voudrais vous parler ici du ramadan et de la laïcité.
Citant l'anecdote du "pain au chocolat" retiré à l'enfant par des inconnus sous prétexte de ramadan, vous vous offusquez à juste titre des pratiques totalitaires de certains musulmans. Vous dénoncez à cette occasion l'insécurité permanente que vivent certains de nos compatriotes  J'applaudis en particulier l'évocation, d'autant que j'ai vécu personnellement ce type d' agression mineure certes mais symptomatique, lorsque des musulmans sont venus frapper à la fenêtre de ma voiture, alors que je m’apprêtais à manger discrètement mon sandwich de midi, m'interdisant de me restaurer pour cause de ramadan ! N'étant pas en mesure de me défendre physiquement contre ces aimables individus, j'avoue avoir adopté profil bas. (Je n'en suis pas très fière, instinct de conservation sans doute...)  
C'est la fermeté de votre récente position qui m'a décidée à prendre officiellement fait et cause pour votre candidature à la tête de l'UMP Pour moi, vous êtes le meilleur pour incarner la Droite puissante et votre renouvellement à la tête de l'UMP serait incontestablement méritée.

La plus totale incompréhension
A Genneviliers, la "mise au repos" en juillet dernier de quatre moniteurs de colo pratiquant le ramadan avait provoqué une nouvelle polémique nationale. J'ai imaginé dans cette affaire que, manquant d'information, vous étiez allé un peu vite en besogne dans votre déclaration... L'erreur est humaine et la politique-politicienne a ses exigences... Mais quand même...
Ce fut avec la plus totale incompréhension que je vous entendais Monsieur Copé, déclarer à cette occasion : "Pour ma part, je considère que les pratiques religieuses, dès lors qu'elles sont tout à fait conformes à la laïcité c'est-à-dire subordonnées aux lois de la République, doivent être pleinement respectées. Personne n'a jamais démontré que la pratique du ramadan empêchait nos compatriotes de confession musulmane de travailler" Et pourtant, les exemples abondent  comme celui de Babacar !..

Pourquoi cette décision "radicale" des élus locaux ?
La mairie communiste de Gennevilliers avait justifiée sa décision à la suite de l'endormissement au volant d'une monitrice qui dans ces conditions de jeun coranique avait entrainé des blessés.Nicole Varet, directrice de cabinet du maire, rappelait l'épisode ainsi: "Il y a trois ans, on a eu un cas de figure très douloureux, une jeune animatrice qui avait refusé de s'alimenter et avait fait un malaise. Le problème c'est qu'elle conduisait un véhicule avec des enfants, et qu'elle a eu un accident avec des blessés graves, notamment un enfant"
Fort de cette expérience malheureuse, l'édile de Gennevilliers en tirait les conséquences administratives...
La mairie indiquait "Ce défaut d'alimentation et d'hydratation pouvait conduire ces agents à ne plus être en pleine possession des moyens requis pour assurer le bon déroulement et la sécurité des activités du séjour, ainsi que la sécurité physique des enfants dont ils avaient la charge" (1)
Cette mairie, habituée aux dérapages communautaires, avait pris judicieusement mais illégalement (ça se discute...*) des dispositions dans le contrat de travail: L'engagement de ses employés prévoyait l' obligation pour eux de s'hydrater et de s'alimenter pour exercer la fonction, un accord accepté par les candidats à l'embauche Si le motif « Ramadan » illégal n’était pas explicitement cité, il était clairement visé par l' article 6 de leur contrat de travail qui stipulait que les animateurs doivent “veiller à ce que les enfants et eux-mêmes se restaurent et s’hydratent convenablement et en particulier durant les repas (…) respectent et mettent en œuvre le principe de laïcité”.

Après le voile (2) le Ramadan autre "bélier" de l'islam,enfonce nos dernières résistances :
Au nom d'Allah,  ces employés municipaux avaient outrepassé leurs engagements  vis à vis de leur employeur.
Précisons que la mairie communiste de Genneviliers, bonne poire avec l'argent du contribuable, ne les avait pas virés mais mis au repos, "suspendus" et probablement remplacés entrainant double coût salarial. Ils seraient payés jusqu’à la fin de leur contrat (le 26 juillet)
Pour ma part, laissant de côté l'éternelle problème du gaspillage de l'argent public dans nos régions,  j'applaudissais le sens des responsabilités de ces communistes de Genneviliers!

Je vous espère Monsieur Copé, garant de notre laïcité républicaine
- Vous parlez de «réévaluer le principe de laïcité et son application pour tenir compte des évolutions de la société française». Il ne faut surtout pas toucher à notre laïcité républicaine pour l'adapter à une minorité musulmane de la population française. Elle est un des derniers remparts contre l'islamisation progressive et inéluctable si on y prend garde, de notre république démocratique !
- Permettez-moi de vous citer à nouveau : "Pour ma part, je considère que les pratiques religieuses, dès lors qu'elles sont tout à fait conformes à la laïcité c'est-à-dire subordonnées aux lois de la République, doivent être pleinement respectées." De grâce, restez-en là... pour la France !
Parce que je ne voudrais pas que les extrêmes politiques FN et FdG soient seuls à défendre plus ou moins bien, l'intégrité de la déclaration de Droits de l'Homme et du Citoyen,  rassurez-moi s'il vous plait  Monsieur Copé. Dites moi que vous réfléchissez à voix haute et non pas, que vous exprimez des certitudes !
Que les Français musulmans de tout âge, s'inspirent de leurs aïeux que vous-même connaissez bien, Monsieur Copé, pour avoir rédigé cette magnifique "Lettre à mon ami musulman" (3)

"Coupables" que de notre attachement à nos lois démocratiques
Vous avez déclaré «Nos compatriotes musulmans en ont marre de porter sur leurs épaules un poids qui n’est pas le leur»  Que nos compatriotes musulmans en aient marre, ballotés entre leur désir d’authenticité républicaine et la fatalité islamique, je le conçois aisément.  Attention à ne pas déplacer la responsabilité de leur inconfort sur l'ensemble des Français, conformément au discours ambiant du bobo bienpensant. Ce serait une très grave erreur car "le poids" dont vous parlez que portent nos compatriotes musulmans, c'est l'Islam, une idéologie politico-religieuse dont le fondement coranique est incompatible avec ceux de notre démocratie.

Il est très révélateur de lire le témoignage des moniteurs de colo de Genneviliers pour se faire une idée de leur mentalité. D'autant plus qu'en ce moment la mode est à la culpabilisation de la nation française: Ne réussissant pas toujours à décrocher un emploi, ces musulmans vont crier au racisme et à la xénophobie, discours bien rôdé destiné à déplacer sur les laïcs Français la responsabilité de leur non-intégration ou de "leur poids"...  (4) Cette plainte sera reprise par les médias complaisants, irresponsables et incultes.
Attention à ne pas se laisser embobiner : ce n'est pas à la société française de se plier à leurs exigences mais l'inverse ! Français chrétiens, juifs, athées, musulmans aimant et respectant leur pays avant l'Islam, nous ne sommes "coupables" que de notre attachement à nos lois démocratiques dans leur ensemble et à la laïcité telle qu'elle est, en particulier ! (Ceux qui me font l'honneur de me lire régulièrement savent que mon propos n'a rien de xénophobe, au contraire!)

Rassurez-moi !
S'il vous plait, Monsieur Copé, dites moi que ce n'est pas vrai, qu'il s'agit de postures électorales mais qu'en votre fort intérieur,  vous êtes conscient du danger de l'islamisation rampante!   Dites moi que vous êtes sincèrement soucieux de sauver nos fondements démocratiques... Je vous crois réellement héritier du sarkozysme, et profondément humaniste. C'est aussi grâce à son authenticité, que Nicolas Sarkozy reste dans notre cœur et dans nos mémoires comme un très grand Président. Sa personnalité sincère et honnête, sa cohérence a réconcilié beaucoup de français avec la politique !
La Droite décomplexée se veut libérée de la pensée unique et du politiquement correct !

*Je dis qu'on peux discuter la légalité de l'article 6 car les musulmans ne se gênent pas pour jouer sur le tableau du "culturel" pour obtenir des subventions et du "cultuel" pour nous imposer la charia !
Et toujours dans cette optique, puisque le contribuable français finance malgré lui l'Islam en tant que phénomène "culturel"  et non pas "cultuel" ainsi que sa propagation, pourquoi continuer d'interdire le recensement des musulmans ? Pour accorder des subventions il serait souhaitable de savoir combien de personne sont réellement concernées, non ?

Bon courage à vous Monsieur Copé,  la France en a sacrément besoin !
Respectueusement
Calculette

A l'adresse des lecteurs de "Révolte" merci de RT ou faire suivre si vous vous posez les mêmes questions que moi, sinon à quoi ça sert que je me décarcasse ?  






En savoir plus :
(1)Le Figaro
(2) Islam par les nuls - Épisode 6 - Le voile, un "bélier" de l'Islam-
(3) L'Islam par les nuls - "Cachez cet Islam que je ne saurais voir !" -
- Danger du ramadan au travail
(4) - "Tu fais le ramadan ? T’es viré!" sous le spoiler.
Spoiler:

Lundi 30 juillet 2012 | Posté par Widad Kefti |

Quatre animateurs de colonie travaillant pour la mairie de Gennevilliers ont été suspendus. La cause selon eux? Leur responsable hiérarchique les soupçonne de jeûner.

« Et toi Samir, tu comptes faire le Ramadan? » . Cela aurait pu être une question entre deux potes, une question insignifiante et surtout sans conséquence, mais loin s’en faut. C’est cette question qui aurait valu à Samir sa place de directeur-adjoint d’une colonie de vacances. Car oui, jeûner quand on s’occupe de jeunes ne serait pas dans la politique de la mairie de Gennevilliers. Ils sont quatre à en avoir fait les frais, quatre du moins à le déclarer: Samir, Moussa, Nassim et Ali. Quatre animateurs qui ont commis l’irréparable erreur professionnelle de ne pas s’alimenter.

« C’était vendredi dernier. On a reçu la visite du responsable des centres de vacances. Il est venu voir si tout se déroulait correctement avec les enfants – et c’était le cas – puis il est venu déjeuner avec nous. Il s’est mis à ma table, et a remarqué qu’à l’heure du déjeuner je ne mangeais pas et Moussa non plus», explique Nassim. Les deux animateurs sont alors convoqués l’un après l’autre durant l’après-midi : « Ils m’ont parlé de l’article 6 qui disait que je devais me restaurer et m’hydrater convenablement et que dans le cas contraire cela pouvait mettre en danger la sécurité des enfants. Je lui ai alors répondu que je m’étais hydraté et restauré convenablement et qu’en aucun cas je pouvais risquer de mettre en péril la sécurité des enfants ». Nassim ajoute qu’il n’est pas d’accord avec ces pratiques qu’il considère comme discriminatoires, remarque à laquelle le responsable aurait répondu que ça n’avait rien de discriminatoire puisqu’il aurait réagi de la même manière s’il s’ était agi d’une femme faisant un régime.

Le soir même, le responsable aurait pris la parole devant toute l’équipe et aurait annoncé qu’en vertu de cet article 6, les deux animateurs seraient licenciés : « On lui a alors expliqué qu’on n’était pas d’accord avec cette mesure et que ce n’était pas normal d’être licencié sur la base d’un repas qui n’a pas été pris ». Certains animateurs s’opposent à cette décision et Moussa et Nassim exigent alors une preuve de leur licenciement. On leur explique qu’ils la recevront plus tard et qu’ils devront quitter les lieux le lendemain, ce qu’ils refusent catégoriquement : « Je lui ai demandé un papier qui justifie le motif du licenciement  et il m’a dit qu’il ne pouvait pas me le fournir. Il m’a alors donné un papier indiquant qu’il “validait le départ” ce que j’ai également refusé. »

Les moniteurs finissent par obtenir une “suspension” et on leur explique qu’il ne s’agit plus d’un licenciement et qu’ils seraient payés jusqu’à la fin de leur contrat (le 26 juillet) : « Je m’en fiche d’être payé jusqu’à la fin. Là n’est pas la question. Moi, je voulais rester jusqu’à la fin de la colonie, tout se déroulait à la perfection. Ce n’est pas normal qu’on nous suspende pour ces raisons-là ».

Entre-temps, Samir directeur adjoint de la colonie était remonté avec un groupe à Paris puis il devait rejoindre la colonie avec un autre groupe le lendemain. Ce même jour, qui se trouve être le premier jour du Ramadan, il reçoit un appel de son directeur qui lui demande s’il compte jeûner. « Oui, peut-être, je ne sais pas, de toute façon c’est personnel et tu n’as pas à me le demander » lui oppose-t-il. Cette réponse lui vaudra lui aussi une suspension : « Pour l’instant, je n’ai reçu aucun papier de suspension ou de  licenciement, on m’a juste dit que ce n’était pas la peine de venir. Ils n’ont même pas pris la peine d’appeler mon collègue Ali pour lui expliquer, c’est moi qui ai dû l’appeler pour le prévenir.»

Si le motif « Ramadan » n’est pas explicitement cité, il est clairement visé par cet article 6 de leur contrat de travail qui stipule que les animateurs doivent “veiller à ce que les enfants et eux-mêmes se restaurent et s’hydratent convenablement et en particulier durant les repas (…) respectent et mettent en œuvre le principe de laïcité”. Pour Maître Yanat, contacté par les animateurs, cette clause n’est pas légale car elle intervient sur une liberté de culte : « Même si dans le domaine public, la constitution les oblige à une neutralité et les soumet à une interdiction de manifester leur religion, il faut distinguer ce qui relève de l’ordre des idées, de l’intime et d’une pratique telle que le Ramadan. » L’avocat va plus loin : pour lui, le contexte de mise en place de cette clause est illicite puisqu’il coïncide avec l’arrivée du Ramadan aux périodes estivales.

En effet, cela ferait environ deux ans que cette clause existe: « Au niveau du recrutement l’été, ils font attention à ne pas embaucher des personnes qui font le Ramadan. Ils sont convaincus que des personnes qui jeûnent ne peuvent pas assumer leurs fonctions » explique Samir.

Mais comment savoir qui fait le Ramadan ou pas puisqu’il est interdit d’évoquer les pratiques religieuses lors d’un entretien et qu’il est impossible de le déterminer sur la base simpliste du “musulman d’apparence” ? « Lors du recrutement, mon directeur me l’a demandé directement, mais comme on a des relations plutôt cordiales je lui ai dit de faire attention car c’est interdit de poser ce genre de questions et je n’ai pas répondu ».

En tant que directeur-adjoint,  Samir était également en charge du recrutement des animateurs de cette colonie, il n’a donc évidemment jamais posé la question aux animateurs recrutés : « Là, pour eux, ils estiment qu’on a fait un mauvais recrutement. Pas parce qu’il y avait des gens incompétents, non, parce qu’il y avait des gens qui faisaient le Ramadan ».

Contacté par le Bondy Blog, le responsable des centres de vacances à la mairie de Gennevilliers refuse catégoriquement de répondre: « Vous n’êtes pas sérieuse ! Je n’ai pas à vous répondre, vous n’êtes pas journaliste, ce sont les animateurs qui vous envoient pour en savoir plus ». Et d’ajouter : « C’est une question personnelle qui concerne les animateurs, c’est complètement personnel et je n’ai même pas à vous répondre ! »

Nous insistons pour  avoir la version des faits de la mairie et demandons à nous entretenir avec le maire adjoint. Il ne donne pas non plus suite à notre appel.

Les quatre animateurs sont toujours en attente d’une réponse mais ne comptent pas en rester là. Ils estiment que leur liberté de culte  a été clairement bafouée et envisagent d’instruire cette affaire en justice.

Comme les femmes enceintes forcées de cacher leur grossesse, les musulmans seraient-ils bientôt obligés de cacher leur pratique pour garder leur travail ou être embauchés?

Widad Kefti



  1. "Lavage de cerveaux"
  2. Vivre "ensemble" ou Vivre "à la place"?
  3. "Cachez cet Islam que je ne saurais voir !"
  4. Le Djihad du bernard l'ermite
  5. "Toutes les civilisations ne se valent pas"
  6. Stop au djihad en hidjab
  7. Lettre à Jean-François Copé pour une chocolatine confisquée
  8. Manifeste contre l'Islamophobie
  9. "D'accord ! Mais de mort lente"


Dernière édition par Calculette le Lun 8 Oct - 18:45, édité 14 fois
avatar
Calculette

Féminin Filloniste
Nombre de messages : 4520

http://revolte.exprimetoi.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum