Ma lettre consternée à Luc Ferry

Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Christianisme Ma lettre consternée à Luc Ferry

Message par Calculette le Sam 11 Aoû - 20:31

(La chronique de Luc Ferry se trouve à la fin de ma lettre, il suffit de cliquer sur "spoiler" )
Monsieur Luc Ferry, votre chronique "La gauche et l'argent : moins de riches, plus de pauvres!" m'a profondément choquée et blessée.
Publiée le 9 août 2012 dans Le Figaro, fort intéressante car pertinente sur le plan économique, j'y discerne une perfidie aussi sournoise que le catéchisme catholique "étroit" que vous dénoncez.
Vos certitudes théoriciennes vous aveuglent.  Votre "humour"  pour résumer la "parabole des abeilles" est tellement "irrésistible" qu'il me laisse sans voix !
Je vous reproche de faire un instantané d'une religion en constante évolution et d'asséner votre incurie en la matière comme parole d’Évangile.

Rendez aux catholiques ce qui appartient aux catholiques
Si vous n’avez pas tort de considérer que le catholique est  « détaché » des choses terrestres, puisque c’est l’Esprit Saint et non uniquement la Lettre qui guide ces chrétiens… vous semblez ignorer que la « richesse »
comme la « pauvreté »,  la « petitesse » comme la « grandeur » n’ont pas grand chose à voir avec le compte en banque, ni avec les honneurs mais plutôt avec les qualités d’âme et de cœur, vertus chrétiennes !  

S’il vous reste un tant soit peu d'intérêt pour le spirituel, relisez les " Béatitudes " Il n’y est question que de valeurs morales chrétiennes et non pas d’économie ou de finance comme vous semblez l’imaginer… Pourtant, la générosité et la solidarité, la persévérance y coulent de source tout en rendant heureux (avec de l'argent ou pas).  Non les chrétiens ne haïssent pas l'argent et méprisent d'autant moins la libre entreprise que leur foi les imprègne de liberté de penser et d'action au-delà de toute contrainte humaine !!!


« Il semble hélas qu’une certaine gauche n’ait retenu de la religion que ce catéchisme étroit. » dites vous ...
Cette « certaine gauche » soit disant influencée par un « catéchisme catholique étroit » n’est que le fruit de votre fantasme et prouve votre incurie en matière de religion et de tradition catholique.  (A moins que ne re-surgisse le conflit fratricide et ringard entre protestants et catholiques ? (Je ne peux y croire !)

Par contre, le comportement agressif, les mensonges, la dissimulation, l’irrespect, la méchanceté, la malhonnêteté, l'hypocrisie mielleuse .. toutes ces délicatesses manifestées par la gauche surtout depuis 5 ans sont aux antipodes des valeurs chrétiennes catholiques (et protestantes j’espère !) ainsi que de celles de la Halakha, ou de tout vrai démocrate républicain français !


Ce phénomène de rejet par ces Politiques de gauche est le pire de tous les maux pour l’avenir de la France et de notre démocratie. Il révèle chez ces gens-là un abandon opportuniste de nos fondamentaux judéo-chrétiens au profit d’une idéologie sans aucun repère moral qui favorise le développement de cet intégrisme socio-politique de la charia, ou d'une idéologie qui n'a pour seule référence que les dogmes marxistes-léninistes qui prônent l’athéisme.

Mais qui êtes-vous pour vous permettre de ridiculiser Sœur Emmanuelle ?
Cette « sainte nitouche » comme vous dites, qui a passé sa vie à maintenir la survie et l’espoir des plus misérables en Égypte avec les pauvres moyens du bord, l'optimisme et la Grâce de Dieu !  Demandez leur, à ces gens-là, ce qu’ils pensent du « pot de miel » de Mandeville ?

"C'est paradoxalement par la poursuite des intérêts privés les plus égoïstes que se réalise le bien commun." Je pense que vous et votre apiculteur êtes à côté de la plaque en "valorisant" les intérêts privés les "plus égoïstes" Les entrepreneurs que vous voulez défendre sont encore plus injustement stigmatisés dans l'esprit de votre lecteur.
Les entrepreneurs chrétiens et autres prennent des risques comme personne d'autres. Ils sont seuls avec leur projet, responsables de leurs collaborateurs... Dans la poursuite des intérêts de l'entreprise, il y a au contraire une grande générosité !
Le patron chrétien vertueux est heureux de pratiquer "naturellement" l' "éthique de l'intérêt bien compris" de vos anglo-saxons protestants.    

Après avoir sali le catholicisme vous osez vous en prendre à la Révolution Française ?
Certes la conception "robespierriste" que vous évoquez est bien inspirée de la morale chrétienne où "seule l’action totalement pure et désintéressée peut être dite moralement bonne".
Après tout, le Christ était bien un juif révolutionnaire
Remarquez l'étrange concordance avec ce si beau proverbe Hébreu
" Qui donne ne doit jamais s'en souvenir, qui reçoit ne doit jamais oublier "


Idéalement cela aurait dû être la devise des services publics et donc de nos gouvernants... (sans commentaire)

Vraiment, la  seule valeur que ce parti socialiste a retenu de la Révolution Française est celle de J.P.Marat : "Pour enchainer les peuples, on commence par les endormir" !
Vous êtes-vous seulement posé la question de savoir pourquoi la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen est présentée graphiquement comme les Tables de la Loi, ces tables de pierre sur lesquelles Dieu a gravé le Décalogue remis à Moïse ?

Bref, là encore François Hollande a beau vouloir « réenchanter le rêve » celui-ci reste cauchemardesque :
- Fi de l’abolition des privilèges exorbitants des copains et camarades journalistes par exemple...
- Fi de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen où sont tous les jours bafouées : la Propriété (ISF sur le domicile) la Liberté de penser (censure et xyloglossie imposées dans les médias pour commencer...) la Laïcité (halal dans les cantines, aménagement du travail pour le ramadan, voiles au vent…)
- Fi aussi de notre démocratie où des décrets irresponsables abattent brutalement les nouvelles bases d’une saine économie rigoureuse courageusement édifiées par Nicolas Sarkozy, Ce gouvernement nous mitonne un effondrement économique à la Grecque ou à l’Espagnole.
Il est trop tard, je le crains, pour envisager seulement l’ "austérité". Le mal est fait et bien au-delà de la "rigueur" taboue à gauche,  c’est la "récession" qui menace aujourd'hui, avec son lot de misère humaine et de désespérance !

"Ah comme ce serait bien si nous étions plus vertueux !" pourrait dire François Hollande à Lionel Jospin. Franchement, votre camarade hypocrite, manipulateur et donneur de leçons, ce François Hollande que vous félicitez, ferait bien d’arrêter d‘ invoquer Jupiter car ses foudres vont le terrasser plus tôt qu’il ne peut l’imaginer, du haut de son piédestal !

« Laisser faire, laisser passer » est déjà la politique générale de la nouvelle majorité:  
- La France s’écroule de partout et le président barbote à Brégançon et profite de ses nouveaux coussins de luxe espagnols.
- Le monde est au bord de la guerre avec la poudrière syrienne à feu et à sang, et la France qui doit assurer la présidence du conseil de sécurité des nations depuis le début du mois est « en incapacité de faire en sorte de se concerter »  pour fixer une réunion au sommet avant le 31 août,  veille de la passation de pouvoir !!! Ponce Pilate a fait des émules chez les socialistes... ils s’en lavent les mains !

« À quand une initiative du gouvernement ? Pourquoi pas
un grand colloque réunissant les intéressés, pour fixer les termes d’une
nouvelle donne ?
» vous interrogez-vous ?

Ce gouvernement coincé entre ses promesses électorales et la réalité, est incapable de prendre une initiative intelligente et raisonnable sans décevoir profondément ses électeurs et les affronter dès septembre.

Encore un colloque ? Mais pourquoi faire, mon Dieu !... Satisfaire la réunionite aiguë de l’Élysée et Matignon ?
Comme la lucidité l'exige... vous devriez la connaître vous, la bonne politique qu’il eût fallu poursuivre au lieu de l'inverser à coup d'effets de manche grotesques ! C’est une "politique rigoureuse" (devenue taboue à Gauche à force de propagande) et sage, vertueuse. C’est la politique qui avait été initiée par Nicolas Sarkozy et que menait son gouvernement avec un début de succès, avant  que les urnes ne leurs coupent l’herbe sous les pieds et placent la France au bord du gouffre !

Décidément, aucune vertu ni chrétienne, ni catholique, ni républicaine chez les socialistes de ce pouvoir fantoche mais seulement de l’hypocrisie, des mensonges, de la lâcheté, du narcissisme, de l'incompétence et de la flemme !

Et pour vous Monsieur Ferry, permettez-moi de vous recommander un soupçon de vertu cardinale : prudence, justice, force ou tempérance,  faites votre choix.
" Aime-t-on la rectitude ? Les vertus sont les fruits de ses travaux, car elle enseigne tempérance et prudence, justice et courage " (Sagesse 8, 7)
Alors par pitié, laissez les socialistes là où ils sont, ne mélangez pas l'idéologie dogmatique qui les animent aujourd'hui avec l’extrême ouverture d'esprit et de cœur des catholiques. Surtout gardez votre catéchisme pour vous !

Que Dieu protège la France, Fille ainée de l’Église !
Et comme le proclamait gaiement Sœur Emmanuelle que j'ai eu un jour le bonheur de rencontrer ... « Yalla la vie ! »


©Calculette pour revolte.exprimetoi.com
Boutons de partage en marge à gauche en haut. Merci ! 💙💐


  • Sous le spoiler... la page   "La gauche et l'argent : moins de riches, plus de pauvres" Chronique du 9 août de Luc Ferry dans le Figaro

Spoiler:

Juin 2013 Luc Ferry sur BFMTV : "Je me réjouis de cette perte de repères. La démocratie, c'est la déconstruction des repères traditionnels."

"La gauche et l'argent : moins de riches, plus de pauvres!"
Alors que dans les traditions protestante et juive, le scandale n’est pas la richesse mais la pauvreté, la religion catholique eut toujours tendance à répandre la conviction inverse : la pauvreté, fardeau ici-bas, est une des clefs du Royaume, le riche ayant moins de chance d’y entrer qu’un chameau de passer par le chas d’une aiguille. Il semble hélas qu’une certaine gauche n’ait retenu de la religion que ce catéchisme étroit.

La taxation à 75 % et la contribution spéciale sur le patrimoine sont non seulement punitives, mais elles ne sont pas « durables ». Les chefs d’entreprise qui, à l’image d’un François Pinault, ont voté à gauche par exaspération, peuvent certes comprendre que le gouvernement soit contraint de recourir à des hausses d’impôts pour financer ses engagements de campagne. Mais elles ne sauraient être que provisoires. La logique du « tax and spend » (on taxe et on dépense) a ses limites et il est urgent de les fixer, faute de quoi, c’est à un exode massif de la richesse qu’on va assister.

Le problème, c’est que la haine de l’argent et le mépris de la libre entreprise viennent de loin. Ils ne s’enracinent pas seulement dans la religion, mais prennent leur source au plus profond de l’imaginaire révolutionnaire français. Dans la conception robespierriste du « gouvernement de la vertu », seule l’action totalement pure et désintéressée peut être dite moralement bonne. Par contraste, la société civile, lieu du commerce et de l’économie privée, n’est pas seulement suspecte, mais par essence mauvaise et corrompue puisqu’en elle, c’est la logique des intérêts qui règne en maître.

À l’opposé, le monde anglo-saxon a développé une éthique de l’intérêt bien compris. Elle apparaît dès La Fable des abeilles de Mandeville (1714), dont le sous-titre, Vices privés, vertus publiques, donne le ton : c’est paradoxalement par la poursuite des intérêts les plus égoïstes que se réalise le bien commun. Non sans humour, Mandeville imagine une ruche où les abeilles, vicieuses jusqu’au bout des ailes, ne font que poursuivre leurs fins les plus ignobles. Au passage, il offre un tableau au vitriol de la société anglaise : les gens comme il faut, avocats, politiques ou banquiers, ne sont qu’abominables tartuffes visant exclusivement leurs intérêts les plus étroits. Du point de vue de l’ensemble, toutefois, cela marche fort bien. Les bourgeois, avides de luxe, font vivre drapiers, tisserands, marins et serviteurs à foison. Au bout du compte, cette ruche pleine de péchés et d’inégalités est insolemment prospère. Du moins jusqu’au jour où la plus corrompue et la plus hypocrite des abeilles invoque Jupiter pour faire son intéressante : « Ah, s’écrit-elle, comme ce serait bien si nous étions plus vertueuses ! » Jupiter la prend au mot. Il décide de la punir… en exauçant son souhait ! Les méchantes bestioles se transforment d’un coup en soeurs Emmanuelle soucieuses du sort des autres. Et la ruche va bientôt en mourir. Au lieu de garder quelques réserves de miel pour l’hibernation, ces saintes-nitouches ont tout donné. Résultat : les larves meurent, mais avec elles aussi, les métiers qui vivaient du luxe et de la richesse des notables, tout ce petit monde finissant au chômage.

La fable de Mandeville fut la matrice des théories libérales de la « main invisible », de l’harmonie du marché comme du fameux « Laisser faire, laisser passer » . Elle constitue surtout une formidable et très astucieuse critique du gouvernement de la vertu, des effets pervers qu’il produit infailliblement, critique que notre gauche ferait bien de méditer. Nombre de chefs d’entreprise ont été blessés par la façon dont ils sont aujourd’hui traités, et ce d’autant plus que leurs revenus moyens (environ 4 500 euros mensuels) n’ont rien d’exorbitant.

Enfin

sociale-démocrate, la gauche doit achever son aggiornamento et se réconcilier avec le monde économique. Sans lui, elle ne pourra rien réussir dans le quinquennat qui vient. François Hollande le sait parfaitement, lui qui, au cours d’un déplacement chez Valeo, a déclaré toute sa « confiance aux entreprises à un moment difficile pour l’économie française » . Mais, en ce domaine comme en amour, il n’y a que des preuves et les mots ne comptent guère, ou pas longtemps. Il faut aller plus loin, dire enfin quand les taxes « provisoires » prendront fin ou seront à tout le moins rendues « tenables ». À quand une initiative du gouvernement ? Pourquoi pas un grand colloque réunissant les intéressés, pour fixer les termes d’une nouvelle donne ?


Dernière édition par Calculette le Sam 3 Aoû - 16:37, édité 47 fois

Calculette

Féminin LR
Nombre de messages : 4427

http://revolte.exprimetoi.com

Revenir en haut Aller en bas

Christianisme Re: Ma lettre consternée à Luc Ferry

Message par leclerc46 le Lun 13 Aoû - 3:44

la thèse de Luc Ferry est une réduction horrible de l'approche catholique à l'argent et est historiquement fausse

Même si les vertus de l'ascése ("être pauvre comme Jésus") dont répandues au Bas Moyen-Age, cela n'a pas grande importance pour la relation entre les masses et l'argent, car celles-ci n'en possédaient pas. Les impôts étaient payés en nature ou travail. Seuls les rois et les barons avaient de l'argent (monnaie).

Les choses ont changé vers la fin de la féodalité et la naissance du capitalisme, c'est à dire à la Renaissance

1) le capitalisme est né dans les cités italiennes de la Renaissances et celles-ci étaient catholiques
2) au début des Lumières, les théories d'Adam Smith (le "père" du capitalisme moderne) sur le droit naturel et le laissez faire viennent de l'inspiration des Scholastiques et des Physiocrates catholiques (Français d'ailleurs) http://fr.wikipedia.org/wiki/Physiocratie. Smith était Anglican (proche du catholicisme) puis déiste.
3) les Protestants ont développé à la place du laissez faire (le marché a le juste prix) à travers Ricardo la "labor theory of value" (loi de la valeur du travail) qui a mené directement au marxisme. Ricardo était protestant (Unitarien).

Ferry se sert de vagues concepts culturels anti-catholiques, propagés sciemment par les Evangéliques (qui eux considèrent que l'obtention de la richesse est de droit divin, cad si tu es pauvre c'est de ta faute car Dieu ne t'aime pas) et qui se sont toujours opposés au "Common Good" catholique, cad au concept de solidarité moderne. D'où le manque d'état providence et de sécu universelle aux USA. Les Européens eux ont combiné le capitalisme de Smith et la sécu.

En résumé Ferry devrait relire l'histoire du capitalisme.

De plus il retombe dans le vieux mythe (savamment entretenu par le PS) que la gauche française est social-démocrate. C'est faux, elle est soit communiste réformiste soit communiste révolutionaire depuis Bernstein (1904). Le PS n'a rien à voir avec la social-démocratie suédoise ou allemande, le Labour etc...

Même pas l'amour des colloques



De plus dire que la Fable des Abeilles de Mandeville (une satire) est "l'inspiration" primaire du libéralisme est une exagération grossière. Smith diffère absolument de Mandeville, car il croit que c'est l'intérêt personnel virtueux et non "vicieux" qui mène à la coopération "invisible" du marché.

De plus la Fable "attaque" la morale Chrétienne de l'époque (1714) mais est fustigée par tous les courants.

Si la thèse de Luc Ferry était juste beaucoup de pays catholiques auraient la même attitude qu'en France. Il n'y a pas de séparation distincte entre catholiques et "anglo-saxons". L’Anglicanisme n'est pas très "protestant", les Chrétiens-Démocrates Allemands (CDU) plutôt catholiques et ayant eu longtemps le pouvoir, les Irlandais, les Polonais etc... en majorité catholiques.

"la haine de l’argent et le mépris de la libre entreprise" en France vient surtout de l'influence démesurée du communisme ici. Malheureusement la Droite n'a pas su vraiment contrecarrer cette mystification, sauf sous NS. Mais les idées reçues (et entretenues à cet escient par les castes socialistes) ont la vie dure.

leclerc46

Masculin LR
Nombre de messages : 8

Revenir en haut Aller en bas

Christianisme Re: Ma lettre consternée à Luc Ferry

Message par mariesaw le Lun 13 Aoû - 16:22

Bonjour à tous
Je ne trouve rien de vraiment choquant dans l'article de Luc Ferry. Il ne se place pas sur un plan spirituel, il n'est pas question de remettre en cause les valeurs de l'Evangile auxquelles nous, chrétiens, sommes attachés : partager, aimer, être au service à notre prochain, ne pas rechercher les richesses terrestres mais celles, impérissables, du Ciel.

Je pense que M.Ferry se place sur une plan historique et culturel. Il met en évidence ce tabou de l'argent et de la production de richesse, propre aux catholiques. Il y a eu, au XIXe siècle, des banquiers juifs et protestants, mais pas de cathos. Allez visiter l'hôtel particulier construit par les Jacquemart André sous le Second Empire, ce protestant banquier enrichi n'avait aucun complexe à étaler sa fortune et sa prestigieuse collection d'oeuvres d'art.

Selon l'article, celui qui à l'instar de Soeur Emmanuelle, oublie son intérêt personnel pour tout donner et se consacrer intégralement, corps et âme, aux autres, ne produit pas de richesses à redistribuer aux plus pauvres. Il est "improductif".

Il nous est dit dans l'Evangile de ne pas nous soucier du lendemain, Dieu pourvoiera à nos besoins comme il habille les lys des champs et assure la nourriture des oiseaux.

Laisser les riches devenir encore plus riches dans un égoïste appât du gain, permettrait paradoxalement d'enrichir tout le monde : production, emploi, consommation, toute la communauté en profite.

A l'inverse, don de soi et générosité sont économiquement "stériles".

Il n'y a pas d'attaque, de dénigrement du coeur, de l'essentiel de la doctrine chrétienne, juste une analyse (on peut ne pas être d'accord)

En revanche, je trouve déplacée et arrogante la réaction de M.Ferry. Expliquer, argumenter, oui ! Taxer l'autre de "stupidité" parce qu'il ne partage pas un point de vue, non !

mariesaw

Féminin LR
Nombre de messages : 2

Revenir en haut Aller en bas

Christianisme Remake de "La gauche et l'argent : moins de riches, plus de pauvres"

Message par Calculette le Lun 13 Aoû - 20:22

Imaginons un remake de ce genre ... je me demande si les musulmans sont aussi insensibles aux attaques sournoises que les catholiques Rolling Eyes


"La gauche et l'argent : moins de riches, plus de pauvres!" ...Le retour

Alors que pour les réformateurs d’un Islam moderne et pour les judéo-chrétiens, le scandale n’est pas la richesse mais la pauvreté, les islamistes religieux répandent la conviction inverse : Il faut donner à plus pauvre que soi, tant qu’on possède l’excédent soit quelque chose qui ne soit pas « vital » puisque le musulman ne doit pas chercher le confort et la richesse dans cette dounia. ( La vie d'ici bas) Pour Allah la vie d'ici bas n'est que jeu, amusement, vaine parure, une course à l'orgueil entre vous ... [ sourate al hadid ,S57 V20]
Il semble hélas qu’une certaine gauche n’ait retenu de la Charia que cette sourate.

Le problème, c’est que la haine de l’argent et le mépris de la libre entreprise viennent de loin. Par contraste, la société civile, lieu du commerce et de l’économie privée, n’est pas seulement suspecte, mais par essence mauvaise et corrompue puisqu’en elle, c’est la logique des intérêts qui règne en maître. Par exemple, consommer pour l’intégriste, c’est « dépendre » donc se priver de liberté.

À l’opposé, les musulmans modérés et les judéo-chrétiens ont développé une éthique de l’intérêt bien compris.

Elle apparaît dès La Fable des abeilles de Mandeville (1714), dont le sous-titre, Vices privés, vertus publiques, donne le ton : c’est paradoxalement par la poursuite des intérêts les plus égoïstes que se réalise le bien commun. Non sans humour, Mandeville imagine une ruche où les abeilles, vicieuses jusqu’au bout des ailes, ne font que poursuivre leurs fins les plus ignobles. Au passage, il offre un tableau au vitriol de la société anglaise : les gens comme il faut, avocats, politiques ou banquiers, ne sont qu’abominables tartuffes visant exclusivement leurs intérêts les plus étroits. Du point de vue de l’ensemble, toutefois, cela marche fort bien. Les bourgeois, avides de luxe, font vivre drapiers, tisserands, marins et serviteurs à foison. Au bout du compte, cette ruche pleine de péchés et d’inégalités est insolemment prospère. Du moins jusqu’au jour où la plus corrompue et la plus hypocrite des abeilles invoque Jupiter pour faire son intéressante : « Ah, s’écrit-elle, comme ce serait bien si nous étions plus vertueuses ! » Jupiter la prend au mot. Il décide de la punir… en exauçant son souhait !

Les méchantes bestioles se transforment d’un coup en Mahomets soucieux du sort des autres. Et la ruche va bientôt en mourir. Au lieu de garder quelques réserves de miel pour l’hibernation, ces hypocrites qui prennent des airs de wali ont tout donné. Résultat : les larves meurent, mais avec elles aussi, les métiers qui vivaient du luxe et de la richesse des notables, tout ce petit monde finissant au chômage.

La fable de Mandeville fut la matrice des théories libérales de la « main invisible », de l’harmonie du marché comme du fameux « Laisser faire, laisser passer » . Elle constitue surtout une formidable et très astucieuse critique du gouvernement de la vertu, des effets pervers qu’il produit infailliblement, critique que notre gauche halal vertueuse ferait bien de méditer.
Enfin dans cette gauche halal doit achever son aggiornamento et se réconcilier avec le monde économique.

Qu'en pensez-vous?




Dernière édition par Calculette le Mar 14 Aoû - 1:38, édité 2 fois

Calculette

Féminin LR
Nombre de messages : 4427

http://revolte.exprimetoi.com

Revenir en haut Aller en bas

Christianisme Re: Ma lettre consternée à Luc Ferry

Message par leclerc46 le Mar 14 Aoû - 0:39

@ mariesaw

ta réponse n'est pas historiquement correcte. Avoir une vision philosophique ou religieuse non matérialiste des choses n'est pas propre au catholicisme, mais se retrouve dans TOUTES les religions.

Le catholicisme est l'inventeur du capitalisme et c'est bien comme ça. Qu'il n'y ait pas (ou eu) de "banquiers catholiques" ou en France ou en Europe n'a pas de sens. D'ailleurs "la banque" n'est pas synonyme avec capitalisme, les devenus grands patrons, entrepreneurs, qui ont développé le capitalisme (donc la richesse) en France à la révolution industrielle n'étaient pas tous protestants ou juifs, religions minoritaires. Plutôt le contraire. Réduire la richesse (le capital) aux protestants ou juifs est simplement ridicule

La "thèse" de Ferry est sectaire. En désignant le catholicisme comme le facteur prépondérant de la "haine de l'argent", il passe sous silence, le vrai facteur, le socialisme (théorie d'origine culturellement protestante ou juive).

Il faut se méfier de ce type de raccourcis, car ils vont vite se faire récupérer par des extrémistes : n'oublions pas que l'accusation du "banquier juif" (contrôlant tout et "suçant le pauvre jusqu'à la moëlle") a mené aux atrocités que l'on connait. En parallèle la gauche s'est souvent servi du terme "anglo-saxon" (corollaire de "protestant", ce qui est aussi un horrible raccourci) pour développer son anti-américanisme primaire, au service de ses maîtres à Moscou. Exactement comme Hollande qui parle de la "finance". Est ce que les grands groupes industriels français sont tous des "financiers" ? Ah oui, la famille Peugeot, a des origines confessionelles luthériennes. Quelle horreur !

C'est pourquoi je comprends la réaction "viscérale" de Calculette. LF intente un "procès" à cette gauche, souvent d'ailleurs de souche protestante (Hollande, Jospin) ou souvent juive, avec un faux argument ce qu'on appelle en littérature un "épouvantail rhétorique".

vu son curriculum, c'est très faible.

leclerc46

Masculin LR
Nombre de messages : 8

Revenir en haut Aller en bas

Christianisme Re: Ma lettre consternée à Luc Ferry

Message par leclerc46 le Mar 14 Aoû - 1:17

@Calculette

Rapidement sur l'Islam et le capitalisme

L'Islam du à sa conception religieuse rigoriste n'a jamais développé le capitalisme. Il l'a délégué aux dhimmis juifs ou chrétiens. Quand ceux-ci devenaient trop riches et la ramenaient un peu trop, le Caliphe leur piquait tout (après décapitation) à la différence des bourgeois sous l'ancien régime en Occident qui étaient anoblis.

Le non-développement du capitalisme "en Islam" l'a mené à sa perte (économique et politique). Pour subsister il en est passé à la piraterie barbaresque. Le capitalisme est le berceau de la démocratie et du sécularisme (il en a besoin pour le libre-échange) car pour se développer il doit mettre à terme aux ridicules contraintes sociétales religieuses et aux dictats féodaux.

La culture Islamique n'a rien produit de "valable" depuis la chute du Caliphat de Bagdhad ("Islam de Sheherazade") car elle s'est faite bouffer de l'intérieur par les intégristes. Pas d'inventions techniques, pas d'avancées philosophiques ou sociétales. C'est pourquoi aujourd'hui il n'y a aucun pays musulman qui soit une vraie démocratie, mais est soit une dictature militaire ou religieuse. Ils ne produisent rien, les plus riches pays ont une population qui ne travaille pas (le labeur délégué à des asiatiques vivant en pratique comme des esclaves). Ils n'inventent rien, ils achètent de la technologie avec l'argent du pétrole. Pourtant ils sont "les rois de la finance". Et ils ne sont ni protestants, ni juifs.

Mais quand le pétrole prendra fin ou sera remplacé par une invention "catho" majeure (nous maîtrisons les sciences de l'atome et de l'énergie), ils retourneront manger de la bouse de dromadaire, étant incapables de s'adapter. Sauf anorgiammento séculariste type de ce que nous on a fait il y a 250 ans. A présent je ne vois rien, et la Turquie seul exemple du contraire de ci-dessus est en plein rétropédalage. Comme d'hab.

leclerc46

Masculin LR
Nombre de messages : 8

Revenir en haut Aller en bas

Christianisme Re: Ma lettre consternée à Luc Ferry

Message par Calculette le Mar 14 Aoû - 1:31

@leclerc46 a écrit:@Calculette

Rapidement sur l'Islam et le capitalisme...


Tu fais allusion à mon remake de l'article de Luc Ferry j'imagine ...
En fait, j'ai fait ça uniquement pour démontrer que les 3/4 de son article intitulé
" La gauche et l'argent: moins de riches, plus de pauvres!" ne parle pas de politique mais sert de prétexte à son cathobashing . Je me suis dit que si on change artificiellement les "intervenants" ce serait plus "parlant" ...
J'ai du mal à comprendre que les cathos qui se sont manifestés jusqu'à présent n'ont pas ressenti l'embrouille perfide du sire Ferry surtout après mon coup de gueule ...
Sans toi Leclerc et quelques autres soutiens je me serais posé des questions sur les débordements de mon imagination ...
Ouf !Tout va bien! geek

@leclerc46 a écrit:Sauf anorgiammento séculariste type de ce que nous on a fait il y a 250 ans.

Pourrais -tu préciser stp ?

Calculette

Féminin LR
Nombre de messages : 4427

http://revolte.exprimetoi.com

Revenir en haut Aller en bas

Christianisme Re: Ma lettre consternée à Luc Ferry

Message par leclerc46 le Mar 14 Aoû - 3:35

@Calculette

oui sur l'Islam c'est une parenthèse. Mais elle démontre que "la haine de l'argent" soit disant catholique n'a pas de sens dans l'évolution de la richesse des sociétés. Sinon l'Europe historiquement majoritairement catholique aurait suivi la décadence de l'Islam.

Je dois corriger sur Adam Smith, ses origines culturelles sont protestantes (Eglise d'Ecosse) et non Anglicanes, mais son inpiration est catholique

Je crois simplement que LF dans son sécularisme acharné (voir son curriculum) se sert d'un "argument" fallacieux qui sonne "bien" mais a peu à voir avec l'évolution socio-historique de la France, surtout celle d'après-guerre.

Il est intéressant de savoir que Joe Hill (http://fr.wikipedia.org/wiki/Joe_Hill_chanteur) le syndicaliste Suédois émigré aux USA se servait exactement du même argument contre l'Armée du Salut (Protestante !!) dans sa fameuse chanson parodique iconique du mouvement ouvrier aux USA, "Pie in the Sky when You Die" (Tarte au Ciel quand tu meurs) (http://en.wikipedia.org/wiki/The_Preacher_and_the_Slave).

You will eat, bye and bye/ In that glorious land above the sky ;/ Work and pray, live on hay,/ You'll get pie in the sky when you die (« Tu mangeras, plaise à Dieu,/ Dans ce glorieux pays au-delà des cieux ;/ Travaille et prie, bouffe du foin/ T'auras de la tarte quand tu seras défunt »).
Il appellait l'Armée du Salut "l'Armée de la Famine" (jeu de mot sur "Salvation" et "Starvation") car elle ne promettait aux travailleurs qu'une récompense "divine"..... au Paradis.

A bien noter que toute cette rhétorique se déroule dans un milieu pratiquement exclusivement Protestant "anglo-saxon" venant d'un homme aussi issu de cette culture.

Où sont donc les "riches protestants" et les "pauvres cathos" aux USA en 1911 ?

leclerc46

Masculin LR
Nombre de messages : 8

Revenir en haut Aller en bas

Christianisme Re: Ma lettre consternée à Luc Ferry

Message par leclerc46 le Mar 14 Aoû - 4:40

Précision

"Sauf anorgiammento séculariste type de ce que nous on a fait il y a 250 ans".

Il y a environ 250 ans les Révolutions Américaines et Françaises sont le résultat politique d'un processus "philosophique" qui avait commencé à la Renaissance (Machiavel entre autres)

l'Esprit des Lumières (philosophes français et anglo-saxons) libère l'Europe féodale à la fois en théorie économique (capitalisme) et en culture (superstructure), renvoyant la foi religieuse au privé (sécularisme). Cela permet la liberté de culte et une refonte de la Loi (judiciaire) basée sur les droits de l'homme et du citoyen. Pour faire simple on ne peut plus marquer qqun au fer rouge pour blasphème.

C'est exactement le contraire de la Charia qui elle organise et juge la société en se basant sur le religieux. Si nous on faisait la même chose on pourrait "légalement" massacrer des gens pendant 7 générations, lapider des femmes et réduire des gens en esclavage en se servant de l'Ancien Testament. Et on pourrait motiver une théocratie.

Une société de ce type est vouée à l'échec (OK ça peut prendre du temps). Elle peut survivre mais il est peu probable qu'elle aille sur la Lune car il est très probable qu'un Imam en charge trouve que l'invention d'une telle fusée est haram.

Toutes les tentatives de l'Islam de se débarasser de ces contraintes médiévales ont pratiquement échoué, car elles sont beaucoup plus inhérentes au Coran que même la pire Inquisition catho. D'ailleurs on s'en aperçoit si on étudie l'histoire de Galilée, qui s'est fait mettre à l'index surtout parce qu'il avait traité le Pape d'idiot et parce qu'un jésuite intriguant trouvait qu'il donnait "une validation" à Kepler et Copernic, ces "huguenots". Mais Urbain VIII discutait de SCIENCE. Tandis que l'instabilité politique et la primauté donnée à la tradition (taqlīd) aux dépens de l’ijtihad (libre-arbitre) au XIIe siècle, ont mis un terme au dynamisme des sociétés islamiques.

Et ils ne s'en sont jamais vraiment relevés, même avec les Ottomans (détruits finalement par l'Occident et même avec le sécularisme de Kemal Ataturk, qui s'est limité à la Turquie)

Donc tant que l'Islam n'aura pas son 1776 ou 1789 il fera du sur place. On le voit bien avec la Tunisie et L'Egypte où la "révolution twitter" s'est vite fait balayer par les islamistes. Les jeunes démocrates séculaires arabes n'ont aucune chance contre des masses ignorantes manipulées par des excités du niquab.

D'ailleurs il y a eu une résurgence "Protestante" médiévale (créationisme) de ce type aux USA, surtout avec les Evangéliques sous Bush qui a encore une large audience.

Malgré toutes les critiques que l'on peut apporter à l'Eglise Catholique actuelle, sa position générale sur les questions de société est à des années lumières de toute cette fange. Donc lui taper dessus, surtout avec des arguments fallacieux, est non seulement une faute morale, mais aussi politique. La Droite n'a aucun intérêt à "bouffer du curé", ça ne sert que l'obscurantisme islamique, les sectes évangéliques et l'obscurantisme séculaire des socialos.

leclerc46

Masculin LR
Nombre de messages : 8

Revenir en haut Aller en bas

Christianisme Re: Ma lettre consternée à Luc Ferry

Message par Calculette le Mar 14 Aoû - 11:27

@leclerc46 a écrit:
Malgré toutes les critiques que l'on peut apporter à l'Eglise Catholique actuelle, sa position générale sur les questions de société est à des années lumières de toute cette fange. Donc lui taper dessus, surtout avec des arguments fallacieux, est non seulement une faute morale, mais aussi politique. La Droite n'a aucun intérêt à "bouffer du curé", ça ne sert que l'obscurantisme islamique, les sectes évangéliques et l'obscurantisme séculaire des socialos.

Cela pourrait être la conclusion synthétique d'une remarquable démonstration politico-historique de l'absurdité et du danger du billet de Luc Ferry !

Merci leclerc46

Calculette

Féminin LR
Nombre de messages : 4427

http://revolte.exprimetoi.com

Revenir en haut Aller en bas

Christianisme Re: Ma lettre consternée à Luc Ferry

Message par mariesaw le Mer 15 Aoû - 22:00

Bonsoir à tous ...

@Leclerc46

Je ne suis pas historienne, je ne me plaçais pas sur ce plan-là, je n'ai pas les connaissances requises.
Loin de moi l'idée de stigmatiser, avec des raccourcis, le juif banquier et l'anglo-saxon protestant et libéral. Je sais aussi que les 3 religions prêchent le dépouillement et le partage.

Mais j'ai grandi et je vis dans un environnement catholique pratiquant, l'Eglise est ma famille, je l'aime. Mais ce tabou du profit, n'est pas une légende. Entre pudeur et culpabilité, on ne peut réussir et gagner de l'argent que si on redistribue, si on donne aux "bonnes oeuvres". Jamais loin de la parabole du jeune homme riche, que Jésus renvoit chez lui parce qu'il refuse de donner sa fortune aux pauvres.

On ne se vante pas d'investir, de faire du rendement, de faire fructifier sa fortune et d'en profiter. On se vante d'être altruiste, désinteressé, gratuitement au service des autres.

Il me semble que ce grand tabou est une caractéristique catholique. L'argent est "sale" si on le garde pour soi ou si on le dépense pour son plaisir.

C'est pour cela que la parabole de la ruche m'a frappée : l'abeille altruiste, la Soeur Emmanuelle des abeilles, la généreuse va mener toute l'entreprise à sa perte en croyant aider ses soeurs...

Je n'en tire pas de conclusion, et je ne fais d'extrapolation politique.

mariesaw

Féminin LR
Nombre de messages : 2

Revenir en haut Aller en bas

Christianisme Re: Ma lettre consternée à Luc Ferry

Message par Calculette le Mer 15 Aoû - 22:49

C'est certain que la parabole est intéressante ... au 18ème elle avait déjà déclanché les polémiques Il est certains aussi que de la vente par exemple n'est pas un métier gratifiant Quand on parle de la vente, les jeunes diplômés voient toujours le représentant de commerce avec ses échantillons et ses soirées seul dans des hôtels minables de province.
Puisque ce n'est pas catholique alors? d'où vient ce complexe face à l'argent
Chez moi l'argent était tabou ! on en parlait pas jamais ! Neutral


Dernière édition par Calculette le Sam 18 Aoû - 9:27, édité 1 fois

Calculette

Féminin LR
Nombre de messages : 4427

http://revolte.exprimetoi.com

Revenir en haut Aller en bas

Christianisme Re: Ma lettre consternée à Luc Ferry

Message par leclerc46 le Sam 18 Aoû - 1:32

@MarieSawano

Je ne conteste pas que dans un milieu catholique pratiquant (et d'ailleurs dans d'autres religions) l'argent devient le "veau d'or" (autre parabole d'ailleurs d'origine juive) si on s'en sert "mal". C'est une position tout à fait respectable.

Mais la polémique vient de l'approche de LF qui en fait un phénomène culturel sociétal d'une telle ampleur qu'à lui seul il explique "la haine du riche" particulièrement en France. C'est cela qui ne tient pas la route et ce que j'essaye d'expliquer.

leclerc46

Masculin LR
Nombre de messages : 8

Revenir en haut Aller en bas

Christianisme Re: Ma lettre consternée à Luc Ferry

Message par Calculette le Sam 18 Aoû - 10:22

OFF
Pour une meilleure lisibilité de notre réflexion, j'ai placé les "jugements" dans un sujet à part à la Terrasse du Fouquet's Appréciations

Calculette

Féminin LR
Nombre de messages : 4427

http://revolte.exprimetoi.com

Revenir en haut Aller en bas

Christianisme En réponse à notre "émoi" nouvelle chronique de Luc Ferry

Message par Calculette le Dim 26 Aoû - 2:09

Dans le cadre du programme de l'Église intitulé «Parvis des gentils», le cardinal Ravasi, président du conseil pontifical pour la Culture, m'a proposé d'écrire à quatre mains un livre sur le sens du message christique pour les non-croyants. J'y travaille avec bonheur, notamment sur la question de l'amour, mais aussi sur celle de l'argent, que j'évoquais dans ma dernière chronique.

Je suggérais qu'à la différence des juifs et des protestants, pour lesquels le scandale n'est pas la richesse mais la pauvreté, le catholicisme avait eu tendance à tenir que, loin d'être un signe d'élection, une grande fortune serait plutôt un obstacle au salut, et le dénuement une voie d'accès. Certains lecteurs se sont émus de cette remarque, sans doute par malentendu, car les réticences de l'Église sur ce sujet sont non seulement patentes, mais théologiquement bien fondées. Rolling Eyes

Du reste, le protestantisme eut le plus grand mal à éluder les nombreux passages de l'Évangile qui vont dans le sens d'une critique radicale de la richesse. Il a fallu tout le génie d'un Luther pour y parvenir, ce qu'avait bien vu Max Weber dans son grand livre sur L'Éthique protestante et l'Esprit du capitalisme. La façon dont la doctrine
de la prédestination a permis de redorer, si j'ose dire, le blason de la richesse au sein du monde chrétien, avec la fameuse thèse luthérienne de «la foi seule», est assez subtile. Elle part de l'idée que les humains ne sont jamais sauvés par leurs «œuvres» - entendez: leurs prétendues «bonnes actions» -, mais uniquement par leur foi
(sola fide).
Dans les Écrits réformateurs, j'ai trouvé cette assertion abrupte: «Seriez-vous bonnes œuvres des pieds jusqu'à la tête que vous ne seriez pas sauvés pour autant!» Ce qui motive ici Luther, c'est son aversion pour la pratique des «indulgences», ces «remises de peine» que le Vatican accordait alors aux pécheurs qui tentaient d'acheter leur rédemption en espèces sonnantes et trébuchantes. Mais si la foi est une grâce, un appel dans lequel la volonté humaine n'entre guère qu'à titre de réponse, si Dieu seul décide in fine de notre salut ou de notre perte, alors la réussite sociale ici-bas peut bien fonctionner comme un signe d'élection, comme une promesse de salut.

C'est du moins ainsi, selon Weber, qu'un certain protestantisme, dans le monde anglo-saxon notamment, a réussi à déculpabiliser la richesse, inversant à bien des égards le discours du Christ lui-même. Car que lit-on sur l'argent dans les Évangiles? Pour l'essentiel ceci: qu'il est un moyen, certes légitime en soi, mais cependant
dangereux, car la logique qui conduit à l'accumuler tourne toujours à l'idolâtrie. Sœur Emmanuelle m'a souvent dit l'immense soulagement qu'elle avait éprouvé pour cette raison après son vœu de pauvreté. Elle me
rappelait volontiers ce que Jésus dit au jeune homme riche, dans Matthieu 19, lorsque ce dernier lui demande ce qu'il «doit faire de bon pour obtenir la vie éternelle». Jésus lui répond dans un premier temps qu'il doit observer les
Commandements, le Décalogue. Le jeune homme lui rétorque que c'est déjà fait: que doit-il faire de plus? Jésus lui dit alors: «Vends ce que tu as et donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel», mais le jeune homme, qui est fort riche, s'en va tout triste, trouvant la potion impossible à avaler.
C'est alors que le Christ se retourne vers ses disciples et leur délivre ce fameux message: «Il sera plus facile à un chameau de passer par le trou d'une aiguille qu'à un riche d'entrer dans le royaume des cieux.»
Depuis lors, une littérature innombrable s'est développée contre l'argent dans le monde catholique - on en voit les suites au XXe siècle chez des auteurs aussi inspiréspar ailleurs que Péguy ou Bernanos.On trouvera dans le Catéchisme officiel de l'Église (§2424) une explication de ce profond rejet à travers une critique du système
capitaliste que Marx aurait pu signer des deux mains: «Une théorie qui fait du profit la règle exclusive et la fin ultime de l'activité économique est moralement inacceptable.» Ce n'est évidemment pas l'argent en soi, a fortiori son partage qui sont condamnés, mais ce glissement inexorable par lequel il devient fin plus que moyen, signant ainsi le passage d'une logique de l'être à une logique de l'avoir.
Je laisse à mon lecteur le soin de répondre par lui-même à la question qui suit aussitôt: à partir de quel degré de richesse non partagée avec autrui l'accumulation de l'argent cesse-t-elle d'être un instrument pour devenir un objectif en soi?
----------------------------------------------------------------------
Vincent FRON
Je pense que la réponse à cette dernière question
ne peut être qu'individuelle et dépend très
largement des inquiétudes auxquelles fait face
chaque individu.Et dans un monde de plus en plus
incertain et sans solidarité globale, toute personne
en situation d'inquiétude sera incitée à accumuler
et donc à chercher l'argent. Et cela me parait une
bonne chose de pouvoir l'autoriser à le faire si cela
l'appaise et lui permet de continuer à avancer.
L'exemple qui m'a le plus frappé récemment est le
cas d'Apple et ses montagnes de cash non
utilisées que l'entreprise ne voulait pas redistribuer
à ses actionnaires. Steve Jobs avait voulu cette
politique car il avait frolé la faillite dans le passé,
faute d'avoir mis suffisament de coté pendant les
belles années.Et il s'était juré de ne jamais
recommencer cette erreur. La révolution de l'i-
phone et de l'i-pad auraient elles eu lieu sans cette
paranoia accumulatrice ? Bien sur, il doit y avoir
des mécanismes redistributifs, car la richesse n'est
pas illimitée et les positions de pouvoir économique
et financier existent et peuvent donner lieu à des
abus de position dominante. Mais le mécanisme
fondamental de la création de richesse me parait
être la peur de manquer, et il me semble qu'il ne
faut pas le brider l'excès. Car c'est aussi un apport
considérable de sécurité pour la société dans son
ensemble.
Le 24/08/2012 à 08:31 Alerter Répondre
Démocrate et laïc
Je me permets cette information pour celles et
ceux qui ne connaitraient pas : le sociologue Alain
Ehrenberg traite (entre autres) de cette question
dans son très intéressant livre "La société du
malaise" aux Eds Odile Jacob, 2010. Il y compare
les sociétés françaises (= catholicisme) et
américaines (= protestantisme).
Le 23/08/2012 à 10:39 Alerter Répondre
founi
Si l'article est comme toujours intéressant, je ne
crois pas du tout à la pertinence de la question
finale. Prenons un exemple : Michelin. Une famille
entreprenante et ingénieuse crée une société qui
devient importante. Les héritiers sont à la tête de
quelque chose d'important. Si cette société ne croît
pas, pour être la meilleure, elle va mourir, car si
l'on n'avance pas, on recule. Faudrait-il en suivant
la question posée, démanteler Michelin au seul
motif que c'est devenu trop gros ? Au nom de la
détestation de l'argent, et croyant faire oeuvre de
justice, on détruit de la valeur accumulée par des
entrepreneurs créatifs en taxant immodérément les
successions. On rabote du capital acquis au nom
de la justice. Et qui rachète ? De riches étrangers
qui n'ont pas ces problèmes existentiels. L'argent
est une énergie comme une autre. Quand on crée
une entreprise viable, c'est comme un puits de
forage qui va apporter de l'énergie. Et
l'accumulation d'énergie (d'argent)crée des
réserves utiles pour l'ensemble de la population,
car c'est l'épargne accumulée qui permet les
financements publics.
Cette question de la limite morale à l'accumulation
sert à excuser notre déclin.
Le 23/08/2012 à 09:54 Alerter Répondre
Vonvon001001
Mon catholicisme, simple souvenir, maintenant, a
été nourri de la science biblique de la congrégation
de Betharram. Selon ses prêtres, "le trou de
l'aiguille" était une porte étroite de Jérusalem, par
laquelle un chameau ne pouvait pas passer.
L'image apparemment absurde utilisée par le Christ
avait un fondement réel.
Il est évident que le catholicisme a un problème
avec l'argent, et la réussite professionnelle qui est
habituellement à sa source. Comme me l'a dit un
sage africain (vivant en France):"En France, le seul
gain légitime est celui du Loto!" La pensée
religieuse a façonné la pensée politique. La gauche
a une dette envers l'Église.


Calculette

Féminin LR
Nombre de messages : 4427

http://revolte.exprimetoi.com

Revenir en haut Aller en bas

Christianisme Re: Ma lettre consternée à Luc Ferry

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 14:36


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum