Le gouvernement a abandonné le Bataclan aux terroristes

Jeu 3 Déc - 22:23 par Calculette


Le gouvernement a abandonné le Bataclan aux terroristes
Le soir du 13 novembre 2015,  le Bataclan accueille 1500 spectateurs pour un concert de rock. Aucune protection particulière du site n'est organisée par la Sécurité Intérieure. Pourtant la salle de concert mythique aurait dû être impérativement protégée, autant qu’une synagogue ou une école. Comme nous allons le voir, ce gouvernement n’en mène pas large.

Les symptômes
Premièrement, le journaliste de gauche Thomas Guénolé est viré une semaine après le massacre. Chez Bourdin sur RMC, il avait osé pointer les dysfonctionnements des forces de sécurité placées sous la responsabilité du "commandement, des chefs" soit les directeurs de la DGSE, de la police nationale, et Cazeneuve ministre de l’intérieur ! Le politologue demandait "de toute urgence, une commission d’enquête parlementaire" et concluait sans ambiguïté "si c’est vrai, il faudra qu’ils démissionnent parce que quand quelque chose dysfonctionne, c’est toujours la responsabilité des chefs, sinon ce ne sont pas des chefs".
 
Deuxièmement, il y a des centaines d'images sur les attaques islamiques du 13 novembre 2015. Mais le document exceptionnel présenté sur M6 dimanche 15 novembre à 18h05 reste indisponible en replay. Les victimes y sont floutées, et on y voit le travail remarquable des pompiers. En particulier, une séquence filmée devant le Bataclan a totalement disparu du net: j'ai vu ce reportage à la TV, et de mes yeux vu cette scène saisissante où les pompiers appuient deux grandes échelles contre la façade du Bataclan: deux pompiers y grimpent en reconnaissance, lentement, prudemment puis en redescendent... Cette séquence est troublante a posteriori en ce  qu’elle rend perceptible le désarroi des pompiers arrivés parmi les premiers. Un pompier m’a confié qu’un de leur véhicule avait été mitraillé à son arrivée sur les lieux mais que la consigne avait été donnée de taire cette information auprès du "grand public".

Troisièmement, en pleine nuit d’horreur, contre toute logique sécuritaire, l’Élysée annonce l’arrivée en fanfare de l’exécutif au grand complet. Ces irresponsables vont monopoliser encore les services de sécurité déjà sur le pied de guerre et gêner les secours à l'œuvre au Bataclan. Qu'à cela ne tienne : François Hollande, Manuel Valls, Bernard Cazeneuve, Christiane Taubira, ainsi que Claude Bartolone, Anne Hidalgo, le préfet de police de Paris se précipitent donc "pour faire le point" avec le chef des pompiers et du Samu…
On apprendra d'ailleurs que le matin même, avait été organisée par le personnel médical, une vaste simulation de prise en charge de nombreux blessés par attentats simultanés dans Paris...Hasard ? Entrainement en vue d'un drame auquel il faut désormais "s'habituer" ?

Pourquoi le Battaclan aurait dû faire l'objet d'une protection particulière
Le plan Vigipirate est activé depuis Merah. Malgré cela entre 2012 et 2014, six attaques aux cris d'"Allahu akbar" de "loups solitaires" ou "déséquilibrés", faisant 5 morts et 26 blessés, sont perpétrées dont une à Bruxelles par un franco-algérien. Hervé Gourdel est décapité en Algérie. Et à quatre reprises éclatent des émeutes communautaires d’une violence inouïe. Mais à l'instar du Don Quichotte élyséen qui en 2009 accusait son prédécesseur d'"inventer le terrorisme pour justifier sa politique sécuritaire...", les socialistes campent sur l'"islamophobie" et brandissent le "pas d’amalgame" au nom d'un "vivre ensemble" cadavérique et Cazeneuve déclare que "le djihad n’est pas un délit".

En 2015, entre janvier -Charlie et l’HyperCacher- où 17 personnes trouvent la mort et le massacre du 13 novembre faisant 130 victimes, 350 blessés dont 99 graves, quatre autres attaques islamistes ont été médiatisées. Aurélie Chatelain est tuée et Hervé Cornara décapité dans l’Isère. Trois tentatives de carnage dans une église pleine, sur un site Seveso et dans le Thalys ont échoué presque miraculeusement… Concernant l’absence de protection des Français, quelques jours avant le Bataclan, je constatais éberluée l'absence de fouille et de forces de sécurité au Palais des Sports où 4000 personnes applaudissaient les chœurs russes de l''Armée Rouge' autrement plus active contre l’État Islamique que la nôtre !



Le Bataclan aurait dû être protégé au moins autant qu'une synagogue ou une école. En effet...

  • depuis 2006, le Bataclan désigné par les activistes islamistes pro-palestiniens anti-sionistes et antisémites comme une cible privilégiée, fait l'objet de menaces précises. Cette vidéo de 2008 est éloquente.
  • en 2009, la DCRI -Direction Centrale du Renseignement Intérieur- enregistrait un PV dans lequel le Bataclan était nommément ciblé par les terroristes
  • le Canard Enchaîné  révèle qu'une information judiciaire avait été ouverte le 13 juillet 2010 puis classée "sans suite"le 14 septembre 2012 "faute de preuves"!
  • La DCRI et la DGSE ne pouvaient donc ignorer en 2015 ce que publiait le Figaro en 2011 : Farouk Ben Abbes, un belge d'origine tunisienne arrêté en Égypte après un attentat en 2009 au Caire, avait avoué à la Sécurité d'État égyptienne qu'il avait "un projet d'attentat en France contre le Bataclan" justifié ainsi : "les propriétaires [du Bataclan] sont des juifs".
  • En août 2015, le jihadiste Reda est interpellé par la DGSI sur les indications de Younes autre jihadiste alors qu'il planifiait une attaque contre une salle de concert...


Les copains d'abord
A la décharge de nos barbouzes nationales, ce n'est pas James Bond mais un expert des "Littérature et civilisations françaises" qui a été choisi par le régime le 3 juin 2015 comme "coordonnateur national du renseignement français" : Didier Le Bret, compagnon de Mazarine Pingeot fille cachée de Mitterrand... Ainsi, Le Parisien révèlera d'ailleurs que le GIGN était à Paris le 13 novembre pour relayer le Raid au cas où... mais le TOP donnant le coup d'envoi à leur intervention n'est jamais venu.
Ceci expliquerait-il cela ?

Les dysfonctionnements
Ce soir-là trois bombes humaines viennent d'exploser à l'extérieur du Stade de France. Priorité est donnée aux effectifs des forces de l'ordre de mettre en sécurité Hollande - qui enfile sa veste à 21h36 et sort discrètement. Quelques minutes après, son entourage est exfiltré à son tour. L'essentiel des forces est donc concentré sur Saint Denis où se déroule un match de foot en présence du locataire de l’Élysée. Au même moment à Paris, le massacre au Bataclan commence. Il est 21h40... "Jérôme, caporal-chef des pompiers en reste marqué : on est les premiers  à entrer en contact avec les otages du Bataclan, à prendre de plein fouet leur stress et à essayer de les calmer".

Les renforts armés tardent. Une heure de cauchemar quand un officier de la BAC et son chauffeur policier pénètrent les premiers à l'intérieur du Bataclan... Il est 22h30. Un des terroristes est abattu...Le cauchemar se prolonge encore deux heure. L'assaut par le Raid et la BRI sera donné une heure plus tard à 0h30... Immense respect pour ces grands professionnels si courageux, respect proportionnel au dégoût que m'inspire ce régime irresponsable qui a droit de vie ou de mort sur nous "grand public"...
    
Le Colonel Anatoly Vladimirovitch, officier dans un service de sécurité de la Fédération de Russie, estime que  "...la police semblait débordée. La décision d’attaquer quasi-immédiatement au théâtre était par contre excellente : dans ce genre d’attaques de 'kamikazes', inutile d’essayer de discuter: ils sont venus pour tuer et se tuer. Il faut agir vite."

Certes si le Bataclan avait été protégé, ou si seulement les forces de l'ordre avaient été sur site immédiatement, le fil des évènements aurait été différent. Peut être que certaines victimes n'auraient pas été achevées d'une balle dans la tête, éventrées ou même décapitées...
           
Mais probablement, la fameuse cote de popularité présidentielle n'aurait pas accusé une hausse aussi spectaculaire qu'inimaginable…
Calculette @LaMutine
Boutons de partage en marge à gauche en haut. Merci

Enregistré à la Présidence de l'Assemblée nationale le 5 juillet 2016

RAPPORT

FAIT

AU NOM DE LA COMMISSION D’ENQUÊTE (1)

relative aux moyens mis en œuvre par l’État pour lutter
contre
le terrorisme depuis le 7 janvier 2015




Le Bataclan était sous la menace d'un attentat... par 20Minutes

Commentaires: 11